Bonjour 2020

À toi qui vas bientôt entamer à mes côtés la 3ème année d’existence de ce blog, je souhaite une très belle année 2020, à la hauteur de tes espérances et de tout ce qui compte peu ou prou dans ton existence.

Scoliose: la blessure silencieuse

Une scoliose ne fait pas mal. C’est ce qu’on m’a toujours dit. Eh bien si. Elle fait mal à l’intérieur. J’écris ces mots pour m’octroyer le droit de le dire, et de ne pas l’oublier.

35 ans, l’heure du bilan?

Je ne m’étais jamais fixé cet âge comme un point d’étape, jusqu’à ce que je n’aie plus le choix de le faire: à 35 ans, il fallait que j’aie changé d’emploi. L’objectif a été atteint et aujourd’hui, alors que les premières semaines de transition ont eu lieu, je m’étonne: je m’étonne que tout coule aussi bien, je m’étonne de me sentir à ma place, sereine, je m’étonne de ne ressentir absolument aucun manque de mon précédent métier et de me demander même comment j’ai pu l’exercer aussi longtemps. Pourquoi ne suis-je pas partie plus tôt?

J’ai 35 ans: 6 autres choses que tu ignorais sur mon auguste personne

Mon précédent article sur le sujet a été écrit alors que mon compteur se rapprochait encore davantage des 30 que des 40 (soupir). Il vous avait bien plu. Enfin, c’est ce qui me semblait, vu les commentaires. J’ai donc décidé de récidiver, et de vous dévoiler des anecdotes croquignolesques que seuls les plus proches de mes proches ou presque connaissent. Cépartimonkiki.

Changer de métier: le temps de la peur

Il y a deux ans, je changeais de poste. Et là je change carrément de métier. De métier, bordel, je change de métier. Je me retourne sur ces deux dernières années qui ont bouleversé mes choix de vie. J’ai peur.

En 2040, je serai…(TAG)

Catherine, du blog 3 kleine grenouilles, a lancé un TAG très sympathique il y a de cela un mois. Définitivement sortie de ma grotte, j’y participe enfin! 2040: comment/ qui serai-je à cette date? Fais gaffe, ça décoiffe!

Je suis athée, et pourtant je ne me ferai jamais débaptiser

Tu l’auras sûrement deviné au détour de deux ou trois réflexions personnelles: je suis athée. Mon athéisme, c’est ma foi à moi. À l’heure où la question se pose régulièrement dans les médias, je dois t’avouer que j’ai pensé à franchir le pas de la débaptisation.

Coup d’ mou du g’nou

Tiens, c’est étrange, il a fallu que je ponde un article sur mon bonheur de bloguer pour que mon inspiration s’assèche comme un ruisseau en plein désert. Mais que diantre se passe-t-il donc? J’ai un coup d’ mou. Un coup d’ mou du g’nou. Tu l’auras deviné, c’est pas avec mon article d’aujourd’hui que tu vas te poiler.

Peut-on réparer une amitié brisée?

Dans ma vie, mes amitiés sont comme autant de cours d’eau qui viendraient alimenter et grossir un même estuaire. Il y a les rivières tranquilles et évidentes, les sources impétueuses et sinueuses, les ruisseaux asséchés faute d’avoir été nourris. Et il y a deux fleuves. Larges, profonds, charriant de multiples souvenirs, discussions, rires, échanges, larmes et partages, encadrant par leurs grèves épaisses le paysage de mon existence.