Nouveau métier: un mois derrière moi

Mais qu’est-ce que j’ai fait bordel? Pourquoi j’ai fait ça? Pourquoi j’ai changé? J’étais bien là-bas, avant, qu’est-ce qui m’a pris?

Ai-je fait une monumentale erreur? Dans ces moments où je crée moi-même ma propre tragédie, je vois se répéter mes pires choix de vie et j’ai l’impression d’être un hamster faisant tourner la roue qui le mènera à sa propre finitude. Tragique, ai-je dit.

J’avais pressenti quelque chose. Je me sens l’âme d’un imposteur et j’ai peur qu’ils découvrent que je n’y connais finalement pas grand chose et j’ai peur qu’ils regrettent de m’avoir embauchée et j’ai peur. J’avais peur surtout le soir avant de dormir. Mais non, me répondait-on. Tu ne leur as pas menti. Ils t’ont recrutée en connaissance de cause. Ils recherchent des compétences. Ils t’ont dit qu’ils te formeraient, qu’ils ont dit.

Mon intuition ne m’a pas trahie. Dès le premier jour, après un accueil glacial et parfaitement approprié d’une collègue m’informant qu’elle avait postulé sur mon poste sans être retenue, j’ai été jetée sur de la créa graphique, sur un outil inconnu, comme ça, sans aucune aide. Un p’tit truc, pas grand chose, tu verras.

Je crois que jamais, même démunie devant une classe, je n’ai ressenti aussi violemment la peur et le sentiment d’être démasquée. Au moins autant que Clark Kent qui change juste de coiffure et ajoute simplement une paire de lunettes entre ses deux identités (oui, je sais, so 90’s comme référence).

Une sensation de panique m’a gagnée peu à peu, comme si mon avenir sur le poste dépendait entièrement de la pauvre production qu’on exigeait de moi dès le premier jour. Mon intelligence et ma logique, en perte totale de repères, me faisaient cruellement défaut. Je partais dans tous les sens, aggravant mon incompétence et mon improductivité. Livrée à moi-même. Et surtout, surtout, sans possibilité de donner le change. Clark Kent avec sa cape ET ses lunettes.

Je n’avais jamais éprouvé cela auparavant. Quand j’étais prof, j’étais certes condamnée à trouver des solutions par moi-même, sans formation, mais j’étais entourée de congénères, de semblables. Nous occupions tous le même poste, aucun d’entre nous n’avait à endosser de responsabilités qui n’incombaient pas aux autres. Je n’avais rien à prouver aux autres et tout à prouver à moi-même (je n’ai jamais réussi d’ailleurs, même au bout de 13 ans).

Dans mon second métier, rien ne nécessitait une technicité particulière, la compréhension était instinctive et il s’agissait d’intégrer, de comprendre des informations et de les relier entre elles. Rien que je n’eusse déjà mobilisé dans d’autres circonstances.

Finalement, au bout d’une semaine d’un énorme bad trip qui m’a fait frôler la neurasthénie, le catastrophisme et le divorce, j’ai refait surface, sous une autre identité:

Jojo La Débrouille.

J’ai trouvé des solutions. En me faufilant entre de multiples galères, mobilisant le triple de temps normalement nécessaire. J’ai décroché mon téléphone. Cherché des tutos. Posé des questions. Demandé de l’aide. Testé l’infinie patience de partenaires. Essayé, rectifié, abandonné, persévéré, échangé, finalisé. Et au final, au bout d’un mois, j’ai non seulement le sentiment d’avoir énormément appris, mais surtout, surtout, d’avoir touché du doigt l’essence de ma nouvelle fonction: la créativité.

Je crée. Moi qui ai toujours dessiné, peint, écrit, je sens que je viens d’intégrer une famille de métier qui se rapproche de la substance de ce que j’aime vraiment faire: proposer, concevoir, inventer, produire des résultats finis, concrets, évaluables et analysables.

Alors bien évidemment, tout n’est pas parfait. J’ai perdu en qualité s’agissant des conditions de travail. Je n’ai pas toute la liberté que je souhaiterais avoir dans mes propositions et mes idées. Mais j’en fais tout de même passer pas mal. Et dans tout ce que je fais passer, je le vois, il y a ma patte.

J’ai encore pris le risque de changer, de bouleverser mes acquis, mes certitudes, mon confort et mon quotidien. J’ai vraiment cru le regretter.

Mais non. Je ne regrette pas. En route pour la suite.

16 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Shi dit :

    Trop forte comme d’hab’. C’est évident que tu vas CAR-TON-NER. Faut juste laisser le temps au moteur de chauffer et que tous s’ajuste en douceur… Te souhaite le meilleur. Bises de La Gruyère mon idole

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Shirley! Le temps de chauffe est assez chaotique, je produis beaucoup de fumée au démarrage 😀

      J’aime

  2. maman délire dit :

    ouf !!! tu m’as fait peur ! moi qui lisait que tu t’éclatais jusqu’à récemment ! faut prévenir avant quand tu veux nous faire des coup au cœur comme ça, à mon âge ça peut être fatal !! bon elle m’a l’air d’une bonne garce quand même ta collègue, ou du moins une personne aigrie qui n’a pas compris pourquoi elle ne l’avait pas ce poste, et qui s’est dit qu’elle allait te mettre dans la m… juste comme ça pour voir… bref. une fois de plus tu t’en ai sortie grâce à ta capacité d’adaptation ! ( qui est mentionnée sur ton CV, bien sur ? ;-). en tout cas bravo, tu peux être fière de toi ! et moi ? bah j’ai le temps de répondre car je suis entre 2 contrats, je souffle enfin depuis une semaine. vais-je avoir le temps d’écrire un article de blog pour raconter mes derniers épisodes ? J’espère bien oui ! et d’ailleurs, tu es en région parisienne le 18/19 juillet ?

    Aimé par 1 personne

    1. Elle m’a sorti exactement ce qu’il fallait pour que je doute et que je me dise « ça y est, ils vont se dire qu’ils ont merdé, qu’ils auraient dû la prendre à ma place… » Gros, gros bad trip. Pour m’adapter je m’adapte ahaha! Mais j’y arrive. Par des chemins tortueux, mais j’y arrive.
      J’espère que tu trouveras le temps de nous raconter tes nouvelles aventures également! Et oui, je suis là le 18/19 juillet, mais avec les gosses à garder!

      J’aime

  3. Très heureuse d’avoir de tes nouvelles après un si longue pause 🙂 Je comprends mieux les raisons de ton silence ; tellement pas évident de prendre ses marques dans un nouveau métier avec une collègue aussi charmante et bienveillante (#jalouse). Hâte que tu nous en dises plus mais en attendant, je te souhaite de très bonnes vacances !
    Grosses bises,

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Cécilia! Trois mois! J’avais jamais coupé autant! Je m’en suis voulue d’avoir encore pris autant de risques, et oui, c’est chaud de changer, chaud de débuter…je me suis promis de ne plus recommencer aussi souvent 😀
      Très bonnes vacances à toi aussi 🙂

      Aimé par 1 personne

  4. mamoundines dit :

    coucou!!

    du changement dans l’air! Mais tu fais quoi au final? Communication? formation? autre?
    Je vois que c’est partout pareil malheureusement. Les nouveaux ne sont pas toujours bien accueillis,voire jugés très vite et pas aidés. C’est d’une débilité ce système! (au delà de ta collègue qui a ripé sur la marche de son ascension. Bon…elle est déçue, c’est normal…un temps).
    Bref, quand tu seras une pointure et bien installée là où tu es, j’espère que tu te souviendras de ces moments là quand une nouvelle recrue arrivera. Et pis la gentillesse et l’entraide, c’est tellement plus valorisant que l’indifférence et le mépris.
    Contente en tous cas de voir que tu es heureuse de ton choix. On ne t’arrête plus! ^^

    Aimé par 1 personne

    1. Communication 🙂 Et communication couteau-suisse! Polyvalence extrême. Hyper formateur. J’ai préféré oublier cette petite crotte de nez balancée dès le départ pour mettre mon énergie ailleurs. Je prends confiance, ce qu’elle a dit ne m’atteint déjà plus! Mais que c’est difficile de changer…pas que le boulot, l’orga familiale aussi, les relations entre collègues à reconstruire…

      J’aime

  5. Tu as encore changé ? Félicitations !!!
    Nouveau saut dans le vide 🙂 Bienvenue au club ! Les arrivées c est parfois un peu hard. Tu as bien fait de t’ accrocher . Tiens nous au courant !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci 🙂 Oui, encore! On va dire que j’ai saisi l’opportunité de réorienter ma carrière et l’opportunité m’a saisie aussi 😉 Yes, c’est hard à l’arrivée mais je m’accroche et de toute façon, quoiqu’il arrive: j’aurais (beaucoup) appris!

      J’aime

  6. Miss Zen dit :

    Pas toujours facile les changements radicaux et les crises de panique sont plus que normales.
    Un jour une psy/coach m’a dit « ce sont les imposteurs qui ne paniquent et ne doutent pas ».
    Il faut laisser le temps, on parle souvent de 3 mois pour prendre ses marques.
    Et puis quand on a la force de faire un changement radical, on a souvent la force d’en faire un autre en cas de besoin…. même si c’est assez épuisant.
    Mais là on sent que tu es en route, que tu as trouvé tes réflexes d’adaptation. Bravo à toiet bel été

    Aimé par 1 personne

    1. Je te rejoins totalement sur chacun de tes mots. Oui, le temps est un allié précieux sur chaque prise de poste, mais c’est vrai que lors de mon précédent changement je m’étais sentie bien moins en difficulté et m’étais adaptée très rapidement. Là, je souffre plus, mais le boulot en vaut davantage la peine!

      J’aime

  7. Gisèle dit :

    Quel courage de te lancer sur un nouveau poste (toujours dans le même ministère ?) et de t’orienter vers quelque chose de totalement différent ! Tu es drôlement inspirante ! Bravo pour ce saut !
    Chaque changement de poste demande tellement d’énergie pour s’adapter au nouvel environnement, alors quand on change en plus de domaine d’activité, c’est normal d’avoir ce sentiment d’imposture au départ… Il te faudra encore quelques mois avant de te sentir plus à l’aise et ensuite, je suis certaine que ça va rouler et que même la collègue qui était déçue de ne pas avoir eu le poste finira par reconnaitre que tu avais un meilleur profil pour ce poste qu’elle… (je suis en RH alors crois-moi, des gens qui veulent évoluer en restant au même endroit, y en a plein et ils sont toujours au mieux très déçus qu’on ne les ai pas pris, au pire, ils évoluent sur place et c’est une catastrophe pour tout le monde…)
    Courage et passe un bel été !

    Aimé par 1 personne

    1. Alors non, je ne suis plus au même endroit, j’ai changé de structure à la faveur d’un détachement. Inspirante, je ne sais pas, un peu tarée parfois, je me demande 😉 J’espère aussi que dans quelques mois, je me sentirai plus à l’aise. pour l’instant, j’ai l’impression de « bricoler » et j’ai horreur de ça. Mais le boulot est très riche, varié et intéressant. Alors je m’accroche. merci pour tes mots et passe un très bel été également 🙂

      J’aime

  8. Mon Dieu, et moi qui rentre toute bronzée de vacances et qui fais le tri dans ma boîte mail, je tombe sur ton article, je clique avec impatience, et je frôle la crise cardiaque !!! c’est pas du tout gentil ça 🙂
    Bon j’imagine ce par quoi tu es passé. C’est chaud de se sentir incompétente ou incapable, sans la connaissance des outils… c’est un peu la spécialité des annonces de jobs dans la comm, on te demande d’être graphiste-webmaster-codeuse-attachée de presse-journaliste tout en étant mal payée. Ah la la. Quand est-ce qu’ils comprendront que tout ça ce sont des jobs différents !
    Bravo en tout cas pour ton opiniâtreté et ton courage ❤
    J'espère au moins que tu vas quand même avoir quelques vacances ?

    Aimé par 1 personne

    1. Bah voilà t’as tout compris j’ai toutes ces casquettes! Surtout celle de graphiste. Zéro formation, zéro tutorat. Je bricole. Je me débrouille. Mais j’aime pas bricoler, j’aime les choses carrées, alors j’espère que dans quelques mois ça ira mieux parce que j’ai le sentiment d’occuper un poste intéressant en ne l’exploitant pas au maximum de ses potentialités.
      Je reviens de 3 semaines et demi de vacances dont deux en Corse, donc ne t’inquiète pas, j’ai eu ma dose de ce côté 🙂
      Au niveau du salaire c’est vraiment confortable de ce côté: je l’avais négocié et je ne serais jamais partie sans cela.
      J’espère que tes vacances à toi se sont bien passées aussi. On n’écrit plus sur nos vacances du coup gros vide sur nos destinations! Je t’embrasse!

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s