Faire percer les oreilles de sa petite fille, est-ce dépassé?

Que veux-tu, un petit sujet bien polémique déniché sur Libé et me voilà telle la dernière des traîtresses, abjurant ma propre parole après l’avoir couchée ici-même. La formalité même -écrire-, jusqu’au sujet choisi (j’avais dit que je ne souhaitais plus m’exprimer sur des questions éducatives et controversées) prouvent qu’il est possible de se renier totalement soi-même en l’espace de trois semaines. Je préfère considérer ça comme une forme de défi, et non comme de l’inconstance. Question de point de vue. D’ailleurs, ce volte-face me ramènera peut-être de nouveaux abonnés pour mon pseudo grand retour, ou alors une horde de mères hystériques criant à la liberté de penser et d’agir.

Percer les oreilles des petites filles, sujet faussement anodin

C’est que cet article de presse a abordé un sujet à priori anodin, contre lequel je suis vent debout depuis la naissance de ma première fille (le destin m’en a encore accordé deux par la suite, je te rappelle): le perçage ou piercing d’oreilles. Dans la culture de mon mari (et dans de nombreuses autres d’ailleurs), les bébés filles ont souvent les oreilles percées dès leurs premiers jours/semaines/mois. On argue du fait que le bébé souffrira moins (peut-il en témoigner, ce petit être?), ou ne s’en souviendra pas. Raisonnement totalement abject et irrecevable à mes yeux.

L’article de Libé soulève, outre la problématique des stéréotypes de genre, la question de l’atteinte à l’intégrité corporelle de l’enfant, et évidemment, tu commences à me connaître, c’est sur ce point que se cristallise une grande part de mon rejet vis à vis de cette pratique (même si je ne suis pas non plus insensible aux arguments relevant le sexisme de la chose).

Sous nos latitudes, avec les connaissances dont nous disposons aujourd’hui quant au développement de l’enfant, le perçage d’oreilles des bébés, et même des petites filles, devrait être considéré comme un concept totalement dépassé et arriéré, inutile et brutal. Oui, brutal. De quel droit un adulte s’arroge-t-il le droit de trouer la chair de sa progéniture au nom de…au nom de quoi au juste? Au nom du droit à l’ornementer? Du droit à lui faire porter des bijoux qui ne lui apportent rien, ne préviennent rien, ne représentent rien si ce n’est une féminisation précoce de son enveloppe corporelle? J’ai toujours vu les bébés aux oreilles percées comme une incongruité totale.

Percer les oreilles des petites filles: mon vécu personnel

Quand je me suis fait percer les oreilles pour la première fois, j’avais 6 ans. Je l’avais réclamé à cors et à cris à ma mère qui m’y avait emmenée, sans grand enthousiasme. Je l’avais décidé, je pensais savoir de quoi il retournait quand on m’a expliqué que ça allait « pincer » un peu et qu’il faudrait désinfecter le tout pendant un mois minimum.

Quand on a 6 ans, et qu’on veut absolument porter des boucles d’oreilles, tous ces messages préventifs ne sont que du vent. Seules comptent les puces brillantes qu’on pourra arborer dans un futur proche. J’avais choisi la couleur -elles seraient rouges. Je ne me souviens plus de la douleur sur le coup. Je me souviens de ma fierté de pouvoir enfin porter mes boucles. Mais ce dont je me souviens le plus, c’est cette souffrance, tous les soirs, lorsqu’il fallait tourner et retourner les puces auparavant désinfectées à l’alcool, je me souviens de la brûlure, de ces chairs qu’on maltraitait, et je me souviens que malgré tous mes efforts -et ceux de ma mère, qui n’avait rien demandé et avait sûrement bien d’autres chats à fouetter-, l’une de mes oreilles s’est infectée. Comme chez une petite fille sur cinq. Parce que j’avais dû gratter, frotter, parce qu’en réalité, je devais sûrement continuer à vivre ma vie de petite fille de primaire, courant, jouant à l’élastique et échangeant des billes avec des doigts plus ou moins crasseux.

J’ai attendu douze années pour retenter l’expérience. J’ai passé toute mon adolescence sans boucles d’oreilles, sans créoles, sans puces, sans rien. J’avais besoin de digérer mon échec et même, au-delà, c’est comme si cet échec avait créé un black-out sur cette problématique: je n’y pensais pas. Je n’y pensais plus. Je n’en avais même pas envie. J’ai attendu mes 18 ans pour être certaine que je voulais vraiment repasser par-là, et j’ai bien fait. Je suis tombée dans les pommes, je te rappelle.

Mais surtout, à 18 ans, je savais. Je savais pourquoi je voulais le faire. Je savais ce que ça représentait. Je savais dans quoi je m’engageais, je savais vraiment ce que voulaient dire quatre semaines de soins ininterrompus, j’étais capable d’assumer cette décision seule de bout en bout, de faire moi-même ma propre médication et d’assumer les conséquences d’une éventuelle négligence. Le fait d’avoir franchi le pas en Terminale n’était sans doute pas innocent. Ça devait avoir, sans que j’en aie conscience, une dimension symbolique, l’entrée emblématique dans l’âge adulte ou du moins, la fin d’un cycle.

Les oreilles de mes filles ne m’appartiennent pas

Aujourd’hui, les boucles d’oreilles sont mes bijoux préférés. Je dois en avoir au moins cinquante paires. Je ne suis absolument pas contre le piercing en soi, et je ne pense pas non plus qu’il s’agisse d’une mutilation uniquement destinée à s’embellir. Le piercing existe depuis la nuit des temps, il a une fonction sociale et représente une part non négligeable du concept d’ornementation humaine, aussi bien féminine que masculine.

Ce que je rejette, c’est qu’on impose cet acte destiné à enjoliver et il faut bien le dire, sexualiser des êtres (il n’y a qu’à voir toute la codification sexuée du piercing, de sa forme, son nombre, à sa localisation) à des enfants qui n’ont pas rien demandé, parce qu’au contraire, la demande peut émaner d’eux, par mimétisme, conformisme familial ou amical, mais qui plutôt, n’ont pas saisi toute la portée et le sens d’une telle démarche à un trop jeune âge. L’enjeu n’est absolument pas que cette démarche soit réversible ou non. L’enjeu est que le corps de nos enfants ne nous appartient pas, et que nous ne pouvons plaquer sur eux des pratiques destinées à des êtres éclairés et consentants, ou décider à leur place de ce qui doit en être fait hors de toute considération sanitaire indispensable, et surtout quand on parle d’un choix invasif.

Aujourd’hui, ma cadette me demande régulièrement de se faire percer les oreilles. Je ne lui dis jamais non. Je ne cherche pas particulièrement à l’en dissuader. Mais je lui explique de quoi il retourne, vraiment. Et à chaque fois, elle conclut que finalement, elle va attendre encore un peu.


38 commentaires Ajouter un commentaire

  1. N’ayant moi même pas encore les oreilles percées à 34 ans, j’avoue que je ne pense pas une seule seconde à faire percer celles de ma fille de 3 ans et demi car pour le moment, je souhaite pour elle une vie simple, confortable et pas déjà orientée vers la notion de paraître. Comme toi j’aviserai quand la demande viendra d’elle et donc merci car je ne savais pas que le perçage était suivi d’un mois de nettoyages quotidiens et qu’il y avait si souvent des infections ! Je pourrai l’avertir de cela et elle pourra alors faire son choix en connaissance de cause.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est tout à fait ça: elles auront bien le temps de se prendre la tête plus tard avec les très nombreuses normes imposées aux femmes sans qu’on doive rajouter en plus des contraintes et des symboles à porter durant leur enfance.

      Les infections sont rarissimes chez les adultes, parce qu’ils connaissent l’importance des soins et évidemment, se touchent moins les oreilles avec des doigts douteux. Mais oui, c’est un argument de poids, qui confirme sur un plan médical que ce n’est pas un acte anodin.

      Aimé par 1 personne

  2. Cynthia dit :

    J’ai bien fait de garder les notifications pour ton blog ! Ça fait plaisir de te lire. Je pense exactement la même chose que toi. Je trouve que c’est mutiler l’enfant que de lui faire percer les oreilles bébé. Il n’y a aucun intérêt pour l’enfant. Valentine s’est fait percer les oreilles pour ses 10 ans, c’est elle que l’a demandé. Elle ne s’est pas plaint de la période qui a suivi par contre.

    Aimé par 1 personne

    1. Moi aussi contente de te lire 🙂
      Et oui, aucun intérêt pour le petit enfant, pour moi c’est comme si on le poinçonnait comme du bétail pour dire « ÇA, FILLE, PAS GARÇON », ça n’a d’intérêt que pour l’adulte évidemment. 10 ans je crois que c’est un bon âge pour commencer à l’envisager! Et si elle ne s’est pas plainte et que ça s’est bien passé: c’est qu’elle était prête, tout simplement!

      J'aime

  3. Léa dit :

    Merci du retour ☺️! Ma fille de cinq ans me demande aussi régulièrement à se faire percer les oreilles, pour l’instant on ne lui a pas donné de réponse si ce n’est quand tu sera un peu plus grande( pratique ça veut temporellement rien dire). Moi j’ai les oreilles percées depuis mes huit ans, je porte très peu de bijoux mais je ne sors jamais sans boucles d’oreilles!

    Aimé par 1 personne

    1. Et merci d’être au rdv pour commenter 🙂 Pas mal la réponse, ça permet de botter en touche éternellement ça 😀
      Moi aussi très peu de bijou et ne sors quasiment jamais sans boucles d’oreilles!

      J'aime

  4. Ariane dit :

    J’aime bien ton défi, tu peux le relever autant de fois qu’il te plaît ! 🙂 Oh la la, que cet article me parle, une fois de plus ! Je n’ai qu’un mot pour dire : tes mots sont les miens ! Depuis toujours, je répète à qui veut l’entendre que les oreilles de mes filles ne sont pas les miennes et qu’elles choisiront d’en faire ce qu’elles en veulent, lorsqu’elles seront en âge de décider ce qu’elles veulent faire de leur corps. B. semble décidée à franchir le pas pour son anniversaire prochain, je ne l’en dissuade pas et la laisse livre de faire son choix… On verra si vraiment elle se lance !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Ariane, je n’ai pas su résister à cet appel pour parler d’un sujet sur lequel j’ai une position bien tranchée depuis si longtemps! 😀
      C’est très bien aussi de laisser une échéance, ça laisse le temps à la position de mûrir, ici la perspective de la douleur et des soins les rebute pas mal, ce sont les gènes de leur mère qui parlent 😉

      J'aime

  5. Chatelain dit :

    Je suis super contente de lire ton article et de savoir qu’enfin un journal en parle !!!!
    J’ai toujours trouvé ça violent, abjecte comme tu le dis bien ! Ça ne me serait jamais venu à l’esprit d’infliger cette douleur à mes enfants juste pour faire beau… Et j’ai toujours été choquée de voir ces bébés affublés de ces ornements imposés et de fait, leur peau toute neuve irrémédiablement trouée ! On retrouve là la toute puissance de l’adulte sur l’enfant, conception d’un autre âge !
    Ma fille m’a réclamé de se faire percer les oreilles et je l’ai prévenue de la douleur. On avait convenu que ce serait son cadeau des 10 ans et on s’y est tenues !
    On a bien fait, la douleur fut telle qu’elle en a pleuré !
    Sa sœur a prévu de la faire pour ses 30 ans 😂

    Aimé par 1 personne

    1. Moi aussi j’ai trouvé ça super qu’un article sur un sujet aussi mineur en apparence fasse la une, et puis ils l’ont classé dans « droits des femmes » (et ont eu raison de le faire), ça en dit long sur la position qu’ils ont voulu prendre à travers ce sujet.

      Ce que je ne supporte pas et tu le pointes très bien, c’est de faire de l’enfant un objet. Ca arrange très bien les adultes, crois-moi, qu’un bébé ou un jeune enfant ne sache pas dire sa douleur…Il a été prouvé qu’un enfant ressent autant la douleur, sinon plus qu’un adulte. C’est tellement pratique qu’un tout petit ne sache faire que brailler pour l’exprimer. Ca se fond dans ses autres moyens d’expression. Tous ces arguments sur l’oubli ou la souffrance supposément moindre me révoltent.

      Laisse-moi deviner laquelle va le faire à 30 ans? 😀 😀 😀

      J'aime

  6. maman délire dit :

    ouuuuh bah dis moi quelle aventure ce perçage d’oreilles ! si je dois parler de ma propre expérience, je me suis fait percer les miennes à 11 ans, à ma demande. je ne me souviens pas de ma mère me prévenant de ce que cela impliquait, honnêtement.. elle même ce les est fait percer à 35 ans je crois… je n’ai pas eu d’infection, tout s’est bien passé. effectivement je trouve ça incongru de le faire à des petites filles sans qu’elles en aient fait la demande ! ( je ne savais même pas qu’on le faisait jusqu’à il y a quelques années !) sans parler du fait que pour moi c’est un super souvenir d’y être allée avec ma maman.. je voulais la même expérience avec ma fille. je ne sais plus trop quand elle m’en a parlé, mais nous avons fini par le faire le jour de ses 8 ans. elle a eu un peu mal mais ça a été, et une oreille a fait un peu des siennes pendant quelques mois, mais on a géré toutes les 2. ne rien imposer a son enfant de ce style me parait assez logique et du bon sens, mais parfois les rituels et traditions amènent les gens à faire certaines choses…

    Aimé par 1 personne

    1. Préadolescence et adolescence, le bon âge pour l’envisager en toute connaissance de cause. Et moins de risques d’infection parce qu’à 11 ans, on joue moins à la terre et aux billes qu’à 4 ou 5.

      De mon côté j’ai vu des dizaines et des dizaines de toutes petites filles et leurs soeurs bébés les oreilles percées là où j’enseignais auparavant. Ca ne choquait absolument personne, c’était la norme. Moi, visuellement, ça m’a toujours heurtée. Autant que si on avait maquillé ces gamines et ces bébés.

      Ne rien imposer c’est très bien, mais expliquer ce qu’il y a derrière cette symbolique et cet acte, c’est encore mieux. J’ai l’impression que la pratique sur les petits enfants est en recul, et c’est un progrès à saluer 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. maman délire dit :

        oui c’est sur que par ton ancien métier tu croisais plus de petits filles que moi ! moi aussi ça me fait bizarre… ca me rappelle cette collègue qui maquillait sa fille en primaire… mais bon il y a toute une histoire derrière, tu imagines bien. c’est pas top pour la fillette, la maman était beaucoup dans l’apparence.. bref. laissons nos filles faire leurs choix en confiance !

        Aimé par 1 personne

      2. Oui c’est exactement le parallèle que j’ai fait au dessus, sur de toutes petites filles ça me fait le même effet que du maquillage: déplacé et outrancier.

        Aimé par 1 personne

  7. In dit :

    Et bien j ai bien fait de jeter un oeil sur le blog! D autant que c est pour moi une vraie interrogation et je suis très ambivalente. Ma mère (2 trous dans chaque oreille) disait déjà que c était barbare et arriéré. Bilan : je me suis fait percer les oreilles 4 fois (à 4,5,7 et 9 ans…à 5 parce que le trou des 4 ans s est infecté et rebouché, à 7 pour faire comme ma mère qui a fait le 2e et à 9 parce que je voulais) toujours à ma demande. Je me souviens des soins mais pas trop négativement. Ma sœur elle a 2 trous dans chaque oreille, à sa demande également. Apparemment ma mère aussi était ambivalente ! Ma fille a 3 ans, évidemment je ne souhaite pas lui faire si elle ne le demande pas mais… j attends qu elle demande !!!!! Et parfois je me dis que non, c est ridicule et que je ne devrais accepter que quand elle sera « grande « (10 ans? 15?) si tant est qu elle demande. Aujourd’hui je porte rarement des boucles mais qu est ce que j ai aimé plus jeune! Comme quoi ça paraît rien et en fait….merci pour l article !

    Aimé par 1 personne

    1. Hihihi, merci de commenter, franchement avoir autant de commentaires pour mon petit come-back ça fait vraiment du bien!

      Ton commentaire me fait vraiment sourire et m’interpelle, parce que oui, on sent une ambivalence dans le rapport aux boucles dans votre famille, la volonté de faire « comme une grande », « comme maman » est présente et c’est pour ça que je parlais de dimension sexualisée de cet acte, les boucles représentent la femme dans l’imaginaire de la petite fille, et c’est tout à fait ça qui fait fantasmer ma cadette à fond les ballons (tout comme le fait d’avoir un portable et de porter des talons). C’est aussi pour cette raison que je ne lui parle pas que de la douleur, et que mon rôle de maman c’est aussi de lui garantir sa place de petite fille. Elle aura tout le temps de jouer à la femme plus tard.

      Mais tu as raison, rien que le fait que chaque maman ait une position et un avis sur la question montre que c’est un sujet qui a une importance éducative certaine!

      J'aime

  8. Mummy dit :

    Je me suis fait percer les oreilles à 18 ans. Sans problème pendant au moins…..1/4 de siècle ! (Ça fait beaucoup dit comme ça 😆) et puis un jour, il y en a une (d oreille ) qui s est rebellée ; elle s est mise à me faire mal, à rougir, à gonfler. Impossible de supporter une boucle et depuis, malgré mes tentatives réitérées, cette oreille n a plus voulu rien entendre (non non, je vous rassure, ça ne m a quand même pas rendue sourde 😁). J ai cèdé, elle a gagné….et le trou s est rebouché !

    Aimé par 1 personne

    1. C’est bien 18 ans. J’aime bien, en toute objectivité ahaha! Et je ne savais même pas que j’avais suivi ta voie! Et tu prouves aussi que le destin peut se rebeller après-coup, peut-être une intolérance aux matériaux des boucles? Mais oui, on peut être femme sans boucles d’oreille, et même sans bijoux!

      J'aime

  9. 40 ans et je n’ai pas les oreilles percées, je vis très bien sans!!
    J’ai toujours trouvé ça troublant cette culture, ce choix pour d’autres, à savoir nos enfants. Il y a un âge où ils peuvent faire ce choix, ce n’est en aucun cas vrai quand ils sont bébés. Je sais qu’il y a des cultures et des traditions mais quand ces traditions causent douleur et souffrance, quel intérêt!
    Nos enfants tout comme nous devraient toujours avoir le choix de ce qui est fait à leur corps.
    Quand je vois des bébés avec des oreilles percées, ça me bouleverse un peu.
    Sujet intéressant et c’est important d’en parler, merci de l’avoir relevé.

    Aimé par 1 personne

    1. Mais je m’en doute, que tu vis très bien sans! C’est cool cet anti-conformisme 🙂
      Oui, c’est terrible ces traditions plaquées sur les enfants. Je suis très intransigeante sur l’intégrité corporelle des enfants. On a eu beaucoup de discussions avec mon mari sur ces sujets. Et moi aussi, je suis choquée quand je vois des bébés avec les oreilles percées. C’est une véritable anormalité. Merci beaucoup pour ton retour en tout cas!

      J'aime

  10. Je plussoie ton avis sur le perçage d’oreilles infligé à de jeunes enfants sans leur consentement ou bien via un consentement biaisé par la méconnaissance du sujet. Autant te dire que c’est pas demain la veille que ma fille arborera de vraies boucles d’oreilles !

    Aimé par 1 personne

    1. Vive les clips! Mes filles en ont plein leurs boites, mais ont interdiction de sortir avec, tout comme avec du vernis d’ailleurs! En fait je me rends compte qu’elles s’en servent pour se « déguiser » en femmes, et c’est ce que les boucles devraient être et rester pour les petites filles: un déguisement.

      J'aime

  11. unbrindemaman dit :

    Haha ! Un plaisir de te lire de nouveau. Sujet très intéressant sur lequel je me suis penché 15 fois et j’ai eu 15 avis différents… Pour le moment on attends même si ma grande me le demander H24. On verra ça cet été.

    Aimé par 1 personne

    1. unbrindemaman dit :

      Mon message s’est envoyé trop tôt, donc je disais, on verra cet été mais ce que j’ai remarqué avec toute cette polémique, c’est que souvent, on reprojette notre propre expérience sur nos enfants. Exemple, j’ai toujours rêvé d’avoir les oreilles percés ce qui a été fait trop tardivement à mon goût pour moi. A partir de là j’ai eu envie pour mes filles que ce soit fait très tôt pour qu’elles puissent être comme les autres et en profiter le plus longtemps possible (contrairement à ce que j’avais vécue). Puis je me suis calmé et j’ai réalisé que je devrait plutôt attendre leur demande… Je pense qu’il faut beaucoup en discuter et qu’ attendre leur demande est une bonne chose.

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, je comprends totalement quand tu parles du poids du vécu, ça peut être pour reproduire ce qu’on a vécu (une lectrice en parle en dessous, elle a vécu le perçage d’oreille comme un rite complice mère/fille), ou au contraire pour vouloir prendre le contre-pied comme dans ton exemple. De mon côté, ma malheureuse expérience n’a rien à voir avec ma position sur le sujet. J’ai une position globale et inébranlable sur ce type de question, je le vois vraiment sous l’angle « pas touche à un corps qui n’est pas le mien », que ce soit pour les filles ou les garçons d’ailleurs.

        Aimé par 1 personne

    2. Oh merci, moi aussi ravie de te lire par ici!

      Aimé par 1 personne

  12. moi je me suis fait percer les oreilles à 35 ans. Ca ne se faisait pas trop dans ma famille. Mais j’ai longtemps vécu dans une ville avec une forte communauté espagnole/portugaise, et toutes les petites filles avaient les oreilles percées quand elles étaient bébés, en effet. Ma fille me l’a demandé avec insistance, et j’ai cédé quand elle avait 8 ou 9 ans je crois. Sinon je partage tout à fait ta vision, comme souvent. Cette urgence à rendre désirable ou remarqué le corps de bébés me stupéfie.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, c’est une tradition très présente chez les espagnols et les portugais. Dans les cultures orientales aussi. Je me suis renseigné un peu sur l’histoire du piercing, il est tombé totalement en disgrâce en France jusque dans les années 70, et il a beaucoup à voir avec les traditions familiales, c’est quelque chose qui se transmet, et quand ce n’est pas dans le gène familial, franchir le pas est vu comme une transgression.
      Du coup pourquoi à 35 ans? Ca correspond à une période de renouveau dans ta vie si je calcule bien, non?

      Aimé par 1 personne

      1. ah ah, exactement, après mon divorce. 32 ans en fait (je viens de recalculer)

        Aimé par 1 personne

      2. Ça m’a tout l’air de verser dans le symbolique, ces histoires d’oreilles percées 🙂

        Aimé par 1 personne

  13. 3kleinegrenouilles dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec toi. Je ne vois pas l’intérêt de faire percer les oreilles à un enfant qui ne l’a pas demandé. Ma cadette l’a souhaité pour son sixième anniversaire. On a attendu encore 4-5 mois, je lui ai expliqué les conséquences et tout s’est globalement bien passé.
    J’aime beaucoup les boucles d’oreilles. J’en porte depuis que j’ai 2 ou 3 ans. A 16 ans, j’ai fait percer les deuxièmes trous pour chaque oreille et à 17 ans, le troisième trou à gauche. J’ai longtemps hésité à continuer en me faisant faire un hélix et un tragus… et j’ai préféré me faire tatouer. Aujourd’hui, je porte principalement des clous pour les premiers trous et rien d’autre… mais je regrette un peu ma période plus rock’n roll quand je portais mes cinq boucles d’oreilles différentes. 😉
    Bonne soirée !

    J'aime

  14. GToch dit :

    Houla que je suis d’accord avec toi ♡♡♡

    Perso je me suis fait percer le nombril alors que je n’avais jamais touché à mes oreilles 😉 visiblement c’était une première pour le perceur… J’ai fait les oreilles bien après mes 20 ans.

    Pour me fille j’ai attendu que la demande vienne d’elle et je lui ai expliqué que nous n’irions pas chez un bijoutier comme ses copines. Je l’ai emmené chez mon perceur tatoueur. Elle a donc de VRAIS trous (qui ne se referment pas même après une longue période à vide). Les piercing médicaux n’ont pas de jolis trucs qui brillent mais sont vraiment fait pour cette période particulière. Aujourd’hui bientôt 10 ans, elle souhaite un deuxième trou. Ce sera pour son anniversaire.

    Mon fils avait demandé à 6 ans aussi mais j’ai senti l’effet « copain ». Je lui ai demandé de bien réfléchir et que si dans qq temps il était toujours ok je ne m’y opposerais pas. Finalement il a souhaité attendre pour être plus sûr de lui. Aujourd’hui à 10 ans il est prêt et je le sens prêt. C’est notre cadeau de communion 🙂 qui ce fera comme pour sa soeur chez le perceur.

    C’est un choix que j’assume. J’ai toujours trouvé la méthode bijoutier horrible… Alors même si le perceur est très impressionnant au moins je suis sûre qu’ils le veulent vraiment. Et que ce soit pour moi personnellement ou pour ma fille, absolument ZERO douleur. Chacun son métier !

    J'aime

  15. lexieswing dit :

    C’est un sujet qui me parle et un avis que je plussoie. Je n’aime ni l’argument de la tradition ni celui de la projection de nos propres souhaits. Ce n’est pas mon corps et je trouverais ça absurde de prendre une telle décision pour elles. Ma mère n’a pas les oreilles percées. Je crois l’avoir fait pour mes dix ans et l’une des deux s’est infectée et rebouchée. J’ai refait deux trous quelques années plus tard, j’en ai donc un d’un côté et deux de l’autre. Je porte très peu de boucles d’oreilles, j’ai un peu de mal à les remettre quand je me décide à en reporter, mais à date elles ne sont jamais rebouchées. Je trouve que l’adolescence ou l’âge adulte sont de bons moments pour prendre ce genre de décisions … et les assumer !

    Aimé par 1 personne

    1. Ah oui tu vois ça fait quand même pas mal de lectrices qui se sont retrouvées avec une infection au final! J’aime bien le côté asymétrique pour les boucles d’oreilles, ça doit être stylé 😉

      Aimé par 1 personne

      1. lexieswing dit :

        J’aime bien aussi ! J’aime ce qui n’est pas ordonné 🙂

        J'aime

      2. T’es pile dans la tendance du moment!

        J'aime

      3. lexieswing dit :

        Rien à voir par ailleurs mais je pense souvent à ce que tu avais écrit sur le côté peu pratique de ta première alliance. Je vais recevoir la mienne bientôt (on se marie cet été) et je l’ai choisie en bonne partie avec en tête l’idée que je voulais quelque chose que je puisse porter en permanence, ou presque. Je n’avais pas cette notion en tête avant de te lire et ça m’a aidée à me projeter.

        Aimé par 1 personne

      4. Oh mais FELICITATIONS!! C’est une très belle nouvelle ça! J’espère que tu en feras en magnifique article, et je ne doute pas que le choix de ton alliance soit parfait!

        Aimé par 1 personne

Répondre à Latmospherique Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s