Il est peut-être temps d’arrêter ce blog

Temporairement, définitivement, je n’en sais rien, de toute façon, si un jour je décide de reprendre, tu n’auras pas ton mot à dire, c’est moi que j’décide ici tout de même.

Il est peut-être temps d’arrêter ce blog. Parce que l’inspiration se tarit. Parce que j’ai moins envie. Mais surtout, parce que j’en ai moins besoin.

Je crois que j’ai commencé à bloguer par besoin. Besoin de garder une trace, d’abord, besoin de témoigner, ensuite, besoin d’analyser, de prendre position, enfin. Aujourd’hui, ces trois raisons n’ont plus lieu d’être.

Je n’ai plus besoin de garder une trace. Parce que les grands évènements qui jalonnent toute vie sont davantage derrière moi que devant moi. Parce que ça fait très longtemps que ce blog ne sert plus de journal de bord de ma maternité et de l’enfance de mes filles. Parce que j’ai appris à laisser s’envoler des pans de vie, parce que tout n’a pas vocation à être empilé, conservé, parce que le cerveau doit faire son travail de tri et d’oubli.

Je n’ai plus besoin de témoigner. J’ai témoigné sur des sujets qui me tenaient à coeur, sur des sujets que j’ai vécus dans ma chair, qui m’ont bouleversée, qui ont changé mon rapport aux choses et aux gens, j’ai témoigné sur des sujets heureux, sur des sujets moins heureux, et je reste convaincue que ce qui fait la force d’un blog, c’est cette vocation de témoignage, pas un témoignage comme une bouteille à la mer mais un témoignage qui crée du lien, qui interpelle et fait réagir.

Je n’ai plus besoin d’analyser et de prendre position. Commenter des problématiques de société ou des préceptes parentaux à la mode ne m’intéresse plus. J’aurais des choses à dire sur Tik Tok, sur les gender reveal et sur cette surenchère permanente autour de nos enfants, mais pas sans tomber dans le débat d’opinions, pas sans qu’une partie de mon lectorat ne retrouve plus ce qu’il était venu chercher ici: une forme de consensus, peut-être, de la légèreté, sûrement.

J’ai commencé à bloguer il y a 13 ans. Je ne suis plus la même, assurément. Je ne sais pas si j’ai réellement changé, ou si ce sont les choses autour de moi qui ont changé. Ou encore, ma façon de les voir et de les considérer. Je sens que j’arrive à une accalmie personnelle, sur tous les plans.

Je me suis parfois demandé pourquoi j’avais fait des enfants. Aujourd’hui, je sais: j’ai fait des enfants en espérant, un jour, me sentir à ma place de mère. C’est comme ça que je me sens aujourd’hui: parfaitement à ma place de mère. Ma famille a atteint une phase d’évidence. Je suis une mère dont la vie de famille coule au quotidien, une mère qui n’est pas sans arrêt déchirée par la culpabilité ou les remords. Je suis une bonne mère. Je le sais et je ne crains plus de le dire.

Avoir changé de métier est et restera, je pense, la meilleure décision de toute ma vie. Je me sens libérée de mon ancienne profession et je me demande même comment j’ai pu éviter la dépression avec un métier qui m’a tant plombée. A y bien réfléchir, je crois que je ne l’ai pas vraiment évitée, cette dépression. Elle n’a pas ressemblé à un burn out, elle n’a pas été violente ni brutale, elle s’est installée insidieusement, a rogné ma vision du monde, m’a amenée à trouver des échappatoires, jusqu’à ce qu’un jour, les échappatoires ne suffisent plus.

Je suis très fière d’avoir fait de cet espace ce qu’il est. Je suis très fière d’avoir osé créer ce blog et d’avoir continué à l’alimenter avec passion et joie au quotidien, je suis fière de l’avoir ressuscité, de l’avoir fait survivre malgré tout ce que j’ai subi à travers lui. Je suis fière d’avoir arraché à l’immensité du net un lectorat fidèle, mesuré et éclairé, fière de vous avoir emmenés dans mon sillage durant ces années. Je ne sais pas vraiment ce que j’ai pu vous apporter, ce que vous retiendrez, ce que vous oublierez des mots que j’ai pu écrire. Je ne sais même pas si je remplacerai ce blog par autre chose. Contrairement à plusieurs de mes collègues, on ne m’a jamais contactée pour écrire un livre, et je n’ai aucun projet en ce sens.

Je crois que j’ai besoin de vivre les choses pour elles-mêmes, au moins pour un moment. Sans les analyser, sans les afficher, sans les commenter, sans les mettre à profit. Je me sens de plus en plus en décalage avec les réseaux sociaux et certaines trajectoires que nos quotidiens, nos vies et notre société prennent actuellement. Je suis convaincue que nous n’allons pas forcément dans le sens du progrès et parfois, je rêve du temps où nos existences n’étaient pas soumises et contrôlées par nos vies virtuelles. J’ai envie de me libérer. De voyager, réussir, aimer, tester, rater sans que ça fasse forcément l’objet d’un article potentiel.

Je reviendrai peut-être dans deux semaines, ventre à terre, en priant les cieux pour que vous ne vous soyez pas désabonnés entre-temps. Ou pas. Ce blog restera ouvert, évidemment. Il continuera de résonner sur Google et sur le net, pour peu que les mots-clés et le référencement fonctionnent. Et puis un jour, il disparaîtra.

Merci à vous tous de m’avoir permis de mettre de la passion et du bonheur dans ma vie à travers l’écriture. Merci d’avoir donné du sens à ma démarche. Et peut-être, à bientôt.

32 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Ce fut un plaisir de te lire si régulièrement, bravo pour ta longévité sur WordPress, je n’y suis pas arrivée 😉
    J’espère avoir l’occasion d’avoir de tes nouvelles IRL, parce que je suis d’accord avec toi sur ce point, vivre les choses sans en faire un post ou un article, c’est encore meilleur 😜

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Agnès, le plaisir fut partagé et ta longévité s’est révélée ailleurs 😉
      Et évidemment, je suis partante pour qu’on se revoie IRL, ce blog m’aura apporté ça aussi, et je ne le renierai pas 😊

      J'aime

  2. mamoundines dit :

    Bon, ben puisque c’est toi que tu décides de quoi tu fais alors : bonne route ^^.
    C’est chouette de savoir commencer, de faire et d’arrêter pour certainement faire autrement.

    Aimé par 1 personne

    1. Le mari est persuadé que je vais m’y remettre, moi…beaucoup moins. Merci de m’avoir suivie durant toutes ces années, merci d’avoir commenté, merci d’avoir compris l’importance que ça revêtait pour moi ❤️

      J'aime

  3. Picou dit :

    Une suite malheureusement logique mêmesi j’aurais aimé continuer à te lire…je continue, pour l’instant, pourtant je me retrouve dans chacun des points que tu évoque et qui me pousseront aussi, un jour, à mettre un point final. A écrire ailleurs, aussi, peut-être… en tout cas on te sens libérée et sereine et c’est bien l’essentiel. J’espère pouvoir entretenir un petit lien, de loin en loin, et pourquoi pas un jour de retour à Paris te revoir avec grand plaisir. Belle route à toi et merci pour tous tes mots légers, profonds, et beaux qui m’ont donné beaucoup de plaisir à lire toutes ces années. Bon vent! Et si je peux me le permettre : bisous!

    Aimé par 1 personne

    1. Ce sera peut-être une première tentative de sevrage qui échouera, un peu comme quand on arrête la cigarette 😜 Je pense que vous êtes les seules à pouvoir saisir les dimensions que prend cette décision…c’est un gros renoncement. Merci d’avoir été présente durant toutes ces années, je continuerai de te lire et évidemment, suis partante pour qu’on se revoie toutes autour d’un café, d’une planche, d’un pique-nique!

      J'aime

  4. unbrindemaman dit :

    J’aime beaucoup ta plume. Tu vas vraiment beaucoup me manquer. Et en même temps je crois que je comprends…
    De gros bisous à toi.

    Aimé par 1 personne

    1. Un immense merci pour tes mots simples mais qui me vont droit au cœur. Je ne désactive pas mon compte WP et continuerai à lire les blogs que je suivais. Bonne route ❤️

      Aimé par 1 personne

  5. bon ben non, moi je ne suis pas d’accord. Certes c’est toi la patronne, mais je ne suis pas d’accord quand même !
    En revanche je suis bien d’accord sur le côté oppressant de penser blog, éventuel article, et vivre sa vie en fonction de ce que l’on pourra en écrire : c’est bien relou. Je suis effarée de voir tout ce que certaines disent et montrent de leur vie sur les réseaux sociaux, d’autant plus que très franchement, c’est loin d’être passionnant (d’ailleurs, ce ne sont pour ainsi dire jamais des blogueuses, et tant mieux car ce serait si insipide que personne ne les lirait). Je me demande où cette course à l’étalage de l’intimité peut bien mener. Je pense en particulier à une personne filmant et diffusant la réaction de son mari à l’annonce de sa grossesse (scène réelle ou rejouée, je ne sais pas), à la place du gars j’aurais tellement les boules de voir un moment aussi personnel jeté en pâture à des milliers de personnes, c’est assez gerbant. Ton attitude me semble donc extrêmement saine !
    Après, je crois que le confinement et les circonstances que nous vivons depuis plus d’un an ont porté un coup très dur à la créativité. Une part de l’insouciance s’est envolée, je trouve. Je suis complètement à sec aussi de mon côté, en dehors de sujets sérieux, mais j’ai le plus grand mal à trouver des trucs marrants à dire, car la vie actuelle n’est ni légère, ni marrante. Probablement que l’inspiration te reviendra en des temps meilleurs ? En tout cas nul doute que nous aurons l’occasion de nous refaire des soirées blogueuses / ex-blogueuses autour d’un verre, que nous ne raconterons pas !

    Aimé par 1 personne

    1. Tu as tapé dans le mille: je ne supporte plus tout ce déballage et encore, je fais tout pour m’en protéger. Je me suis même demandé si je ne l’alimentais pas, moi aussi, à mon échelle. Ce que je reproche le plus à notre époque, c’est la mise en scène perpétuelle de nos pathétiques existences. Comme si c’était incroyable d’être enceinte. Comme si c’était incroyable d’attendre une fille ou un garçon. Comme si ça valait la peine de le scénariser et de le jeter à la face du monde. Je ne supporte plus cette surenchère, même les anniversaires de nos mômes doivent maintenant avoir des thèmes, de la déco assortie…je n’ai jamais eu autant cette sensation que l’humanité tourne en rond. Je suis désabusée. C’est peut-être aussi pour ça que l’envie d’écrire s’émousse.

      Et oui, bien sûr, tu as également tapé dans le mille en évoquant ces multiples confinement qui ont terriblement restreint nos horizons. Peut-être aurai-je effectivement un regain d’inspiration quand les jours seront meilleurs.

      Je suis évidemment ouverte à toute proposition de sortie avec vous toutes. Je serai vraiment heureuse de vous et te revoir!

      Aimé par 1 personne

  6. Ton article résonne si fort en moi qu’il m’en étourdirait presque car je dois te l’avouer, être aux prémices de cette même réflexion. Et comme l’a si bien dit Marie (prgr), ces douze derniers mois y sont pour beaucoup, le coup fatal ayant été porté lors de ce 2ème confinement avec fermeture des écoles/centre de loisirs. Cela devient compliqué pour la majorité des blogueuses de se renouveler alors même que nos vies sociales sont au niveau des mottes de terre. L’effet boule de neige à la limite du challenge s’est peu à peu liquéfié, victime de l’érosion ; aussi je ne peux que comprendre ce que tu ressens. Sens-toi libre de revenir ou rester, l’essentiel est que nous ayons plaisir à nous revoir en irl prochainement. Et pourquoi pas autour d’un pique-nique ?!

    Aimé par 2 personnes

    1. Je ne pensais pas que tu en étais aussi à ce stade de réflexion, c’est vrai que tu me semblais être, avec Picou, l’une des irréductibles de la productivité et de la créativité! Oui, les confinements nous ont porté un sacré coup. Nos existences manquent terriblement de relief, et je ne parle même pas de choses incroyables à faire, mais juste de ces petites choses qui mettent du piment et de l’anecdote dans nos quotidiens, bref, de ce qui fait le sel de notre écriture et de notre projet. Peut-être que ce n’est que temporaire, tu as raison, je me laisse cette liberté. Je continuerai de te lire et évidemment, pique-nique ou autre: je serai toujours partante pour qu’on se retrouve!

      J'aime

  7. Ok avec tous vos commentaires je lis très peu de blogs qui soient trop persos souvent ca m’ennuie mais j aime bcp le tien j ai aimé suivre ton cheminement et la saveur de tes analyses souvent pertinentes autant que drôles. Tres bonne suite et amitié virtuelle pour autant q cela signifie qque chose.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton retour qui me va droit au cœur. Je suis heureuse que tu aies pu te retrouver dans mes mots et qu’ils t’aient touchée. Très bonne continuation à toi aussi ❤️

      J'aime

  8. Elsa's mum dit :

    Une prise de décision réfléchie et l’aboutissement d’un parcours que j’admire…J’ose cependant espérer que ce n’est qu’ une pause (et là je ne pense QU’A MOI:-)!
    Merci du fond du coeur pour toutes ces merveilleuses lectures et…que le meilleur des vents t’accompagne !
    Avec toute mon amicale sympathie,
    Claude

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Claude, ça me fait tellement plaisir de lire tes mots! Honnêtement je vais me laisser porter par mon envie. Une envie impérieuse d’écrire, je sais la reconnaître entre mille et je ne sais pas lui résister…alors peut-être reviendra-t-elle. Le format du blog reste ce qui rend le mieux justice au type de propos que je tiens…merci pour ta présence en ces lieux, c’est un honneur pour moi d’avoir su retenir aussi des femmes de la génération de ma mère, qui ont plus d’expérience et de sagesse que moi! Avec toute mon amitié

      J'aime

  9. Tu m’a fait beaucoup rire par ton style d’écriture. Tu m’a beaucoup émue aussi. N’hésite pas à revenir nous faire rire à nouveau si l’envie t’en prends. Je suis contente de t’avoir lu et connu par ton blog.

    Aimé par 1 personne

    1. Éprouver et transmettre des émotions à travers mon écriture est la plus belle des récompenses, alors merci pour ces mots qui résument l’essence de ma démarche ❤️

      J'aime

  10. Ariane dit :

    Non non non, je ne veux pas y croire !!!! Toi, nous quitter, ce n’est pas possible !!… Et en même temps, comme je comprends ! Je trouve moi aussi qu’il est devenu très compliqué de poursuivre sa vie de manière normale. Quand on est sur les réseaux sociaux, on finit par tout vivre au jour le jour sous le prisme de « Qu’est-ce que je vais pouvoir raconter ? », « Chouette, vivons cette expérience, je pourrai la montrer/en parler ! ». Je regrette moi aussi l’insouciance de ces moments que l’on vivait sans avoir l’idée de les exposer, de les commenter. La vie semblait plus légère qu’aujourd’hui (actualité mise à part !). Là, c’est la course au sujet, au sensationnel. Envie de me libérer de ces chaînes invisibles. Même si les blogs ont beaucoup apporté, ils nous ont aussi enchaîné(e)s au notre insu. Ton dernier paragraphe me parle beaucoup. C’est là toute l’absurdité de la chose. Je comprends ton envie de fuir, tout en regrettant déjà ton absence car tu posais des mots pour nous toutes sur des sensations, des émotions et expériences communes. Et tout cela va manquer si vraiment, c’est pour toi le clap de fin. D’un autre côté, cela me réjouit : il va falloir reprendre le bon vieux téléphone, celui qui nous reliait par une vraie intimité ! Car si le blog dévoile, il retient aussi beaucoup. Le fil n’a plus qu’à être entretenu autrement ! Je t’embrasse !!

    Aimé par 1 personne

    1. Tu es terrible Ariane, parce que ton commentaire sur le microblading me donne tout sauf envie de raccrocher!! Je me rends compte que j’ai besoin de ces échanges aussi comme stimulant pour écrire.
      Concernant les réseaux, je rejoins évidemment tous tes constats. C’est très compliqué pour moi parce que je me sens de plus en plus « en marge » vis à vis d’eux, et oui, je pense aussi que les blogs nous enchaînent, ne serait-ce que parce qu’on est dépendant de notre inspiration, dépendant des commentaires, des likes, de l’adrénaline que procure la publication d’un article, de notre déception quand les retombées ne sont pas celles qu’on espérait…ce sont aussi ces chaînes dont je veux me libérer, même si elles sont très ambivalentes ces chaînes, elles me procurent aussi beaucoup de plaisir.
      Le téléphone est compliqué aussi pour moi. Le concept de rendez-vous, pfiouuu! Mais bien-sûr, cette fin n’en est pas une pour nous 😉

      J'aime

  11. 3kleinegrenouilles dit :

    Comme dit dans les commentaires précédents, je comprends tout à fait tes raisons. Je suis effarée de cet étalage de sa vie privée, de celle de ses enfants alors qu’ils n’ont pas donné leur consentement à être transformés en produits publicitaires. Je suis tombée sur une youtubeuse qui se filmait en train de faire le ménage et sur une autre qui montrait ses courses au supermarché ou je ne sais où. Peut-on trouver des thèmes encore plus ennuyeux ? Le pire, ces vidéos avaient des centaines de milliers de vues et de commentaires !
    Parmi les premiers blogs que j’ai découverts, il y a le tien, c’est donc une page qui se tourne. Je te souhaite bon vent et peut-être à bientôt !

    Aimé par 1 personne

    1. En tant que blogueuse, je pense qu’il faut vraiment accepter que ce n’est pas le contenu recherché et travaillé qui fait réagir. Les gens cherchent l’instantanéité, le voyeurisme, le narcissisme, le buzz, la polémique…le blog est à contre-courant de tout ça, sauf peut-être pour la polémique, mais au moins il oblige à l’argumentation par son format. On est un peu les dinosaures du net, faut se le dire 😀
      Merci en tous les cas de m’avoir suivie depuis les prémices de cet espace, je te souhaite une bonne continuation aussi et au plaisir de te lire (ce que j’ai fait pas plus tard que cet aprem!)

      Aimé par 1 personne

  12. Miss Zen dit :

    Je te comprends parfois quand nos vies prennent des virages, on a un peu de mal à continuer ses petites habitudes, on ne sait plus trop quoi dire et la pandémie n’aide certainement pas.
    Alors je préfère te souhaiter un bon break et j’espère à plus tard

    Aimé par 1 personne

    1. En fait c’est frustrant parce que lorsque j’ai un moment de libre, le clavier me démange, c’est quasiment physique. Et puis je me rappelle que je n’ai rien à dire. J’aime bien quand tu me souhaites un break. La fille pas dupe ahaha 😀
      Merci pour ta fidélité et à bientôt!

      J'aime

  13. Elsa dit :

    Noooon 😦

    Quelle tristesse, j’étais souvent là en « sous-marin », je ne commentais pas forcément mais qu’est-ce que j’aime ce blog! Il m’a fait rire (beaucoup!), pleurer, voir certaines choses à travers un autre prisme, en bref, réfléchir…
    Il va me manquer, chaque petite notification de nouvel article était une réjouissance.

    En tout cas, je comprends la démarche et OUI, qu’est-ce que tu as changé, évolué…. C’est flagrant. Ton écriture, ta personnalité, ta réflexion…. C’est magnifique, c’est comme une métamorphose de papillon (Insectlore represents 😉 )
    Merci pour avoir tant partagé avec nous. Merci tout court. Tu m’as beaucoup apporté à titre personnel et ça tu le sais.

    Je me console de 2 manières : la première c’est que j’ai la chance de t’avoir dans ma vie « pour de vrai » et la 2ème c’est que je mise sur une reprise du blog à plus ou moins long terme! Alllllllleeeeeeez!

    Bon vent à toi…. Mille bises

    Aimé par 1 personne

    1. Elsa…ton commentaire me prend aux tripes et tu vas gagner ton pari final si tu continues!!

      Merci pour ces mots magnifiques qui me font retrouver la vocation première d’un blog: le partage. Tu as compris à quel point ce blog comptais dans ma vie, tu sais je n’oublierai jamais ton texto dans la salle d’attente du médecin le lendemain du tsunami. Merci pour ton intelligence des autres et de la vie, ta sensibilité, ta délicatesse, ta faculté à comprendre ce qui est important et précieux pour autrui. Moi aussi j’ai de la chance de t’avoir dans ma vie. Trop de love. Vivement juillet.

      J’espère secrètement que tu auras misé juste. Et t’as réussi à me faire marrer avec ton © Insectlore (tu sais que j’en ai un en route pour début mai? Les souvenirs de papillons déglingués, y’a que nous pour comprendre 😂)

      J'aime

  14. maman délire dit :

    bon il suffit que je me barre quelques jours pour que tu fasses n’importe quoi :-))))) !!! bref, je te comprends, et un blog même si ça n’en a pas l’air, c’est hyper personnel. le plaisir est le premier moteur. je fais partie de celles (et ceux?) qui vont regretter de ne pouvoir te lire, mais c’est toi la boss ! et puis je serais bien mal placée pour dire quoi que ce soit, moi qui ai un blog à l’abandon. ce qui est drôle d’ailleurs, c’est que ça fait quelques semaines que j’ai envie de réécrire dessus, je trouve justement que notre quotidien actuel manque cruellement d’autodérision, et il y aurait bien besoin de prendre du recul sur tout ça. alors qui sait, je vais peut être bientôt passer à l’action ! en tout cas j’espère que lorsque je serai de passage en région parisienne on pourra s’en jeter un petit ! et quoi qu’il arrive je reste abonnée, si par hasard un jour un nouvel article venait à être publié..

    Aimé par 2 personnes

    1. Oui c’est hyper perso un blog, je l’appelle mon bébé moi 😁 On y met beaucoup de soi et c’est normal que nos inspirations et préoccupations rejaillissent sur lui. Moi aussi je garde tous mes abonnements et je te rejoins sur le fait qu’on a tous besoin de recul et d’autodérision en ce moment…tu sais que j’ai la capacité de le faire…mais même ça, je n’y arrive plus en ce moment. Ma vie est trop sérieuse. Ça manque d’anecdotes. J’espère pouvoir te lire bientôt et dans tous les cas, merci pour ce lien spécial que nous avons développé au fil des ans ❤️

      Aimé par 1 personne

  15. Anne dit :

    Bonsoir,

    Je fais partie de ces lectrices « de l’ombre » qui ne commentent jamais, mais qui néanmoins apprécient grandement votre plume, et cela depuis suffisamment longtemps pour comprendre à quel point il est rare de trouver une telle perle rare sur Internet…

    Malgré tout, sans avoir jamais commenté précédemment, ni être abonnée, je suis et lis (et l’utilisation du présent et non de l’imparfait est bien délibérée;) ) vos billets avec assiduité, curiosité et franche admiration également , car ils ont l’avantage de dépasser de loin les insipides et énièmes articles convenus que l’on retrouve le plus souvent ailleurs, et qu’ils allient le traitement de thèmes a priori ordinaires à une très belle prose non dépourvue d’humour et de réflexions intelligentes.

    Bref, un grand merci à vous d’avoir permis à de modestes lectrices comme moi de sourire, voire de s’esclaffer dans l’anonymat le plus total… et de leur avoir permis également de ressentir de nombreux élans de sympathie à distance, même sans vous connaître. Merci aussi (et surtout ?) d’avoir évoqué avec brio des sujets dépassant largement le cadre de la maternité, thème qui à mes yeux s’apparente quelquefois à une sorte de néo-carcan auto-imposé dans lequel s’enferment malheureusement beaucoup de blogs de femmes pourtant actives et intelligentes…

    Pour tout vous dire, votre dernier article me fait le même effet que lorsque l’on s’apprête à fermer un roman qui nous a particulièrement ému(e) et touché(e)… on a beau savoir rationnellement que le livre est terminé, on ne peut s’empêcher de ressentir un pincement au coeur à l’idée qu’il n’y aura peut-être pas de suite… mais on en espère tout de même une 😉

    Encore merci, merci et merci pour vos mots, et bon vent à vous, si d’aventure votre décision d’arrêter devait malheureusement vous convenir 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Anne, merci. Votre commentaire me touche en plein cœur et pour tout vous dire, après l’avoir lu, j’ai écrit un article. Je ne sais pas si je vais le publier parce qu’avec du recul il n’a ni queue ni tête, mais vos mots ont su faire vibrer une corde sensible. C’est un bonheur d’avoir réussi à vous toucher, vous émouvoir et vous interpeller de la sorte, simplement avec ces mots sortis de mon cerveau. Merci d’avoir pris le temps de m’écrire ces belles choses qui resteront gravées, quoiqu’il advienne de cet espace à l’avenir.

      J'aime

  16. lexieswing dit :

    Comme je lis les articles dans le désordre, je comprends que tu as finalement décidé d’écrire de nouveau, au moins ponctuellement. Les blogs sont un espace sympathique, qui nous permettent de laisser courir notre plume en étant lu quand on a pas le privilège d’être auteure par ailleurs. C’est pour ça que je le garde, même si j’écris plus rarement désormais. J’adore te lire, ta plume est superbe, tu as le droit de partir et revenir et partir encore. Tu es chez toi, tu fais comme bon te semble, mais sache que je serais là pour lire tes derniers articles (en retard et dans le désordre, donc).

    Aimé par 1 personne

    1. Tu as raison, c’est comme ça qu’il faut considérer cet espace mais j’avoue que j’ai encore un rapport assez compulsif à mon blog, là où tu toi tu fonctionnes sur un mode plus distancié je trouve. Merci de me lire encore et toujours, et en plus, de commenter!

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s