Pourquoi j’aime mon nouveau métier (et je ne regrette pas du tout le précédent)

Je vais te dévoiler un petit secret, cher (chère) lecteur (lectrice): en coulisses, de nombreuses personnes m’ont déjà contactée concernant mon ancien métier et surtout sur la façon dont je m’y suis prise pour en trouver un nouveau. Voilà deux bons mois que j’ai commencé mon nouvel emploi. J’ai déjà dit à de nombreux proches à quel point ça avait été un choc, positivement parlant et notamment concernant les conditions de travail. Aujourd’hui, plus les jours passent et plus j’apprécie mes fonctions, que ce soit dans leur essence même ou dans la façon dont je les exerce. Et tu vas vite comprendre pourquoi.

J’organise mon temps autrement

On ne va pas se mentir, mes anciennes vacances ont pesé dans la balance de mon choix, et c’est d’ailleurs l’argument numéro un qui m’a été systématiquement opposé quand je faisais part de mon envie de changer d’emploi. Alors certes, mes congés ont été amputés de moitié. Mais je ne le sens pas du tout. D’une part, parce que ma fatigue physique et mentale a été divisée par dix. Au moins. D’autre part, parce que l’année n’est plus du tout découpée en « tranches » égales qui amènent à faire des décomptes réguliers aux mêmes périodes de l’année. Le temps ne s’écoule plus de la même façon. Moins exténuée, je ne pense plus aux vacances comme le Graal à atteindre, si possible en à peu près en bon état.

J’apprécie énormément de pouvoir organiser mon temps comme je le souhaite. De pouvoir commencer plus tard ou finir plus tôt en cas de besoin. De pouvoir poser une après-midi pour un rendez-vous médical ou une journée après un déplacement en province. J’ai perdu en quantité, mais tu l’as deviné: j’ai gagné en qualité, en souplesse et en modularité.

Mes conditions de travail se sont améliorées

Ça a été mon plus gros choc, celui qui m’a laissée totalement déconcertée les premières semaines, un peu perdue: la découverte de mes nouvelles conditions de travail. Dans mon nouvel emploi, j’ai (enfin) la sensation d’être considérée comme un personnel à part entière. Mon espace de travail est pensé. Mon confort pris en compte. Mes besoins anticipés et considérés. Je travaille dans le calme. Je peux faire des pauses quand je le souhaite et me rendre aux toilettes quand j’en ai envie. Et surtout, surtout: j’ai enfin cessé de courir. Au sens propre du terme. De m’agiter dans tous les sens. La sensation d’avoir couru un marathon quotidien, physique et psychologique a tout simplement disparu. Je rentre chez moi dans un état normal.

Finies les montagnes russes

Ce qui a disparu, aussi, c’est cette sensation d’être en permanence sur des montagnes russes. Dans mon ancien métier, alternaient des journées qui se ressemblaient beaucoup, mais pouvaient être radicalement différentes quant à l’empreinte psychologique qu’elles laissaient. Tel jour, ça coulait, mon public avait été sympa et je rentrais à la maison plutôt contente de moi, tel jour, il y avait eu un déclic et c’était l’euphorie d’avoir pu trouver une clé qui avait ouvert une porte et d’autres jours enfin, c’était la descente aux enfers, l’impression d’être pire qu’une merde, d’être un drap qu’on aurait lessivé et tordu des dizaines de fois, jusqu’aux pleurs, même après dix ans, des pleurs et puis je remontais la pente pour quelques temps, je réussissais quelques séances et ma confiance se regonflait un peu, pour être pulvérisée la semaine d’après par des circonstances diverses.

roller-coaster-1643076_1920

Aujourd’hui, je rentre chez moi d’humeur égale. Bien-sûr, j’ai parfois de petites contrariétés, mais rien qui remette en cause ma valeur intrinsèque, ma valeur humaine, j’arrive à séparer la personne qui travaille de mon moi, les deux sont enfin dissociés, et c’est tellement reposant, c’est tellement rassurant, cet équilibre que je n’avais jamais connu.

Je ne sais pas toujours de quoi ma journée sera faite

Il faut que tu saches qu’avant, je savais à quoi aller ressembler ma journée, heure par heure. Semaine par semaine. Et mois par mois. Aujourd’hui, j’apprécie non seulement la variété de mes journées (travail à mon bureau, réunions, séminaires, déplacements, visites de terrain), mais le fait que je ne sache pas forcément de quoi elles seront faites. Parce que des demandes impromptues surgissent régulièrement et que je suis amenée à interrompre une tâche pour en accomplir une autre, qui n’était pas prévue et qui devient prioritaire. Ça me plaît beaucoup.

Je bosse sur des sujets à enjeux

Pas un jour ne passe sans que je me dise que j’ai extrêmement bien choisi mon poste. Il correspond tout à fait à ce que je souhaitais. Je travaille sur des sujets à enjeux. Je ne suis pas du tout cloîtrée entre quatre murs, je suis amenée à travailler sur des dossiers, à les analyser, à les porter, les défendre et les mettre en perspective, auprès de multiples interlocuteurs, dont de grands manitous. Je ne m’attendais pas à ce que mon poste soit aussi polyvalent et m’amène à réfléchir sur des sujets stratégiques, avec des personnes stratégiques. Je kiffe. Grave.

Je ne fais pas une dépression quand la météo annonce de la pluie ou -5 degrés

Je ne regarde presque plus la météo. Sauf pour savoir s’il faut mettre des bottes aux gosses. Car je sais que désormais, il n’y a plus aucun risque que je passe cinquante minutes dehors par trois degrés. Ni trente minutes dans une salle commune surchauffée et survoltée quand une douce pluie s’abat sur l’asphalte. Je n’ai plus froid. Mes mains ne sont plus détruites par les crevasses. Je suis beaucoup moins malade.

Je m’habille comme je veux

Corollaire du paragraphe précédent et basculement jouissif s’il en est: je m’habille comme je veux. Comme je veux bordel. Je ne crains plus de mettre certains vêtements délicats. Je ne mets plus dix couches de vêtements quand je sais que je serai dehors plusieurs fois par jour. Je porte des talons si je veux et quand je veux.

J’ai (déjà) des retours sur mon travail

Je ne dois plus attendre cinq, six voire sept ou huit ans pour avoir un retour d’expert sur mon travail. J’ai des conseils, des aiguillages et des remarques quotidiens qui me permettent d’ajuster ma pratique. Je sais très rapidement quand ou si je vais dans le mur. Mon travail est (déjà) reconnu, et valorisé. On m’a déjà fait comprendre que ma capacité à travailler vite était très appréciée. Bref, je suis face à une multitude de feed-back qualifiés, plus ou moins importants, plus ou moins formalisés, qui me permettent de me situer par rapport à mon poste et à moi-même. La base, et pourtant, cette base n’existait pas dans mes précédentes fonctions et me faisait constamment douter de ma propre valeur.

Je claque la porte

Et enfin, avantage mis en avant par de nombreux ex-collègues reconvertis: quand je claque la porte de mon travail, rien ne me poursuit. Ni côté contenu, ni côté humain. Mes vacances sont de vraies vacances. Mes week-end, de vrais week-end. Je n’ai rien à planifier, rien à anticiper ni à préparer, même mentalement. Je suis libre.

Il faut avoir exercé mon précédent métier pour comprendre toute l’étendue des points que je décris. Pour saisir à quel point des aspects qui peuvent paraître évidents ou banals à certains, sont pour moi une véritable révélation. Mon travail a repris la place qui doit être la sienne: un simple travail. Il a enfin cessé de me sucer le corps et l’esprit. Non, rien de rien. Non, je ne regrette rien.

J'ai testé pour toi (6)


28 réflexions sur “Pourquoi j’aime mon nouveau métier (et je ne regrette pas du tout le précédent)

  1. Je crois que je comprends ce que tu veux dire. Je n’ai pas exercé ton ancien métier mais les feed-back reçus de mes amies qui le pratiquent me donnent un aperçu. Par ailleurs, ce sont les raisons pour lesquelles je travaille au privé : besoin de reconnaissance, d’avoir un pouvoir de négociation, des possibilités d’évolution, de façonner un poste à ma mesure. C’est sûr que la différence de congés est folle, surtout si tu prends en compte qu’ici je n’ai que 3 semaines, mais je troquerais jamais des congés contre la légèreté de mon pas quand je vais au boulot … je suis contente pour toi que tu te sentes à ta place 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Totalement. Les gens ne comprennent pas mes motivations premières. Ils me disent: « c’est à cause des élèves, hein? » mais les élèves sont l’une des dernières raisons qui m’ont amenée à changer de métier! Je n’en pouvais plus de ce manque de perspective, d’évolution, de retour, je mourais à petit feu, je m’éteignais!
      Les congés je m’en fous, mais je m’en fous tellement. Quelle mauvaise raison pour rester. Je suis contente de m’être écoutée.

      Aimé par 1 personne

  2. Voilà, j’ai la chanson dans la tête^^. C’est fou de réaliser à quel point ton ancien job ne te convenait pas. Tu sembles si bien dans cet enrichissement intellectuel permanent et cette reconnaissance qui t’a tant manquée. Profite, le meilleur est encore à venir !

    Aimé par 1 personne

    1. De rien 😁
      C’est exactement ça: ce job ne me correspondait pas/plus, à tous niveaux, de ses fondements jusqu’à ses répercussions les plus futiles.
      Et je suis tellement sereine à l’idée de me dire qu’à présent, je change/j’évolue si je veux et quand je veux!

      J'aime

  3. Ravie pour toi. Tu vas donner envie aux gens qui te lisent de changer de boulot, lol. Mais c’est vrai qu’on ne se rend pas bien compte des contraintes de ton ancien métier, on en a toujours une idée de je me la coule douce parce que j’ai plein de vacances, on en oublie tous les à côté…

    Aimé par 1 personne

    1. Les 10 ans de REP/zone violence ont laissé des traces. Les montagnes russes, je ne pense pas qu’on les vive partout et aussi souvent. J’ai déjà été poussée dans mes pires retranchements. Tu sais, quand j’étais encore au cœur du métier, je n’avais aucun recul. Mon plus grand choc, je l’ai vécu en septembre: je me suis rendue compte à quel point prof est un métier épuisant. A quel point les conditions de travail sont mauvaises. Je me demande parfois comment j’ai fait pour tenir aussi longtemps. Je ne reviendrais en arrière pour rien au monde.

      J'aime

      1. Merci beaucoup pour cet article !

        Dans mon école de REP, deux enseignantes sont absentes depuis maintenant un mois. Les premières semaines, ça a été très compliqué en terme de remplacement du fait de la pénurie de remplaçants dans la circonscription. Une personne d’une autre circonscription est venue un jour, mais a refusé de revenir le lendemain, « sinon j’irai voir le médecin pour être arrêtée ». Ça a énormément énervé certains collègues, qui considéraient que ce n’était pas juste pour nous, qui étions au front à gérer des crises (souvent violentes) quotidiennement et qui devions en plus accueillir des élèves d’autres classes en imprimant de quoi les occuper à l’arrache tout en faisant classe.
        J’ai alors compris quelque chose. Moi qui avais été remplaçante pendant des années, j’aurais moi aussi été tentée d’aller voir le médecin pour échapper à de telles situations (j’avais été choquée par ma journée de remplacement en CM2 dans cette école, le comportement des enfants (moquerie lorsque j’ai fait l’appel et écorché les prénoms que je n’avais jamais entendus, bagarre en classe,…), leur vocabulaire, leur niveau (plusieurs parlaient très mal français), le sentiment de nullité ressenti à la fin de la journée). Mais quand on est nommé à titre définitif sur une telle école, on a beau tout faire pour tenter d’ améliorer ses conditions de travail (rdv avec les parents, PPRE, recours aux services sociaux, au RASED, travailler, organiser, re organiser, ne pas en dormir à chercher des solutions …), le quotidien reste épuisant, on prend sur nous, on sait que ce qu’on vit n’est pas normal, c’est notre famille qui en pâtit et on continue d’aller au travail malgré le fait que notre entourage nous conseille d’aller voir le médecin car on sait que si on ne vient pas les collègues devront se répartir nos élèves…
        Plus que 6 mois et une semaine avant ma reconversion !!! 😀😀😀😀😀😀

        Aimé par 1 personne

      2. Merci pour ton retour Julie! J’ai été témoin de ce que tu décris. Je pense qu’en ZEP, la cohésion des équipes est fondamentale, et peut vraiment aider à rendre les situations quotidiennes compliquées plus supportables. Je me suis toujours sentie soutenue par mes collègues et ai toujours essayé de les soutenir. Mais tu as raison: malgré tout, la REP use, à court, moyen ou long terme, on finit par y perdre le sens des réalités, d’une certaine « normalité » aussi…Tu es déterminée à te reconvertir alors? Quel est ton projet?

        J'aime

  4. Récit exaltant, et attisant la curiosité
    Étant toujours dans ton ancien métier, et réfléchissant depuis 2 ans à 1 reconversion, que dis je….. une PORTE DE SORTIE !!!!! Je suis intéressée pour savoir comment tu as trouvé cette sortie et comment tu as eu le déclic du choix….. (vacances peut-être, mais aussi salaire, gestion familiale…..)
    Merci d’avance

    Aimé par 1 personne

    1. Merci, ravie qu’il déclenche autant d’enthousiasme chez mes lecteurs 😁 rendez-vous sur ma boîte mail pour des infos plus détaillées (je t’avoue avoir pré-rédigé un mail, je finissais par me répéter à longueur de temps), je t’y donnerai des infos sur mon fameux « déclic », car oui, il en a fallu un. Ça faisait des années que je réfléchissais à cette reconversion.

      J'aime

  5. :), comme quoi il faut trouver le courage de se lancer… et le temps, et l’énergie, et l’organisation parentale qui s’appuie souvent beaucoup sur le membre du couple enseignant, en tout cas chez moi….je comprends tellement le choc d’être considérée!
    L’avenir sourit aux audacieux! Bravo! Et sincèrement contente pour toi!

    Aimé par 1 personne

    1. ❤️ Merci beaucoup pour ce retour et je t’assure: tout paraît difficile quand on est au pied de la montagne. Chez moi aussi, c’est sur ma personne que s’appuyait toute l’organisation familiale. Une fois que le sommet est franchi, on se demande pourquoi on s’est mis si longtemps des barrières.

      J'aime

  6. Mais que tu me fais rêver! Enseignante dans le 2nd degré, je reconnais en grande partie ce que tu décris de ton ancien métier. Enceinte de mon 3è, j’ai été profondément déçue et vexée par le manque de considération de ma hiérarchie. Aucun mot, aucun geste au sujet de ma grossesse. Nous ne sommes que des numéros…Me voilà désormais à la maison (repos forcé) et, plus que jamais, je ne souhaite pas retourner dans mon établissement. Alors à moi de prendre mon avenir en main!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Cha pour ce retour! Je t’assure que je n’ai rien enjolivé, je décris juste mon ressenti, peut-être pétri d’une fraîcheur un peu naïve mais certainement pas exagérée. Je ne réagirai pas sur la hiérarchie de l’EN, mais tu sais ce que j’en pense…je te souhaite une très belle grossesse et te donne rdv par mail: j’ai une petite proposition à te faire 😊

      Aimé par 1 personne

      1. Je te remercie pour ton message. Je ne doute pas qu’une part de ton enthousiasme provienne aussi de ce renouveau et ce nouvel environnement, et je te souhaite, vraiment, que cela perdure…mais je n’en doute pas! Pas vu de mail passé…

        Aimé par 1 personne

  7. Tu t’es ouvert la voie du succès ! Et tu peux en être fière. C’est bon de te voir déjà avec ce recul, ces avantages déjà si présents. Quelle joie de renouer avec un nouveau quotidien professionnel à la trentaine, on l’apprécie tellement plus quand on peut le comparer à ce qui manquait auparavant !

    Aimé par 1 personne

  8. Bonjour
    j’ai découvert votre blog par hasard mais il est très intéressant.
    Je serais intéressée d’en savoir plus sur votre reconversion professionnelle. Professeure agrégée, j’hésite à sauter le pas pour des raisons pécuniaires (et les vacances avec les enfants bien sûr), mais m’ennuyer au quotidien et avoir comme déformation professionnelle un ton trop sec à la maison envers mon mari et mes enfants en cas de désaccord (habitude de devoir le faire devant 30 adolescents). Bref, stimulation intellectuelles, environnement apaisé, tout cela me fait envie ;))
    Le déclic, le concours que vous avez passé (si j’ai bien compris, vous étiez en congé parental ? Personnellement je pourrais passer à 50% une année éventuellement mais mon conjoint ne gagne pas assez pour que nous gardions un niveau de vie suffisant) , le niveau de rémunération de votre nouveau statut…, bref, tout m’intéresse car les témoignages de reconversion réussie et « faisable » des enseignants ne sont pas si fréquents !
    Mille mercis pour votre retour et bonne continuation dans votre nouveau métier !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour votre retour et pour avoir pris le temps de laisser trace de votre passage sur mon espace. Je vous propose de me recontacter par mail (vous êtes plusieurs à m’avoir écrit ces dernières semaines) pour vous détailler mon parcours avec quelques conseils à la clé! A très vite!

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s