En immersion: une rentrée en Petite Section

J’ai déballé mes cartons. J’avais oublié que j’avais commandé ce puzzle, ou ce jeu d’empilement, j’adore extraire les nouveaux jouets de leur boîte, encore intacts, m’imaginer comment et quand ils seront manipulés par les petites mains. J’ai fait un tri entre ceux qui peuvent être directement introduits et ceux qui attendront sagement sur une étagère avant d’être gentiment martyrisés.

Je parcours ma salle de classe du regard. Elle était beaucoup trop chargée, quand je suis arrivée. Heureusement, je sais maintenant avec l’expérience de quoi ont besoin mes tous petits élèves à leur arrivée à l’école: de l’espace, des espaces bien définis, où ils peuvent circuler, et surtout, une organisation qui me permette d’avoir chacun d’entre eux sous les yeux, à chaque instant. C’est qu’à cet âge, on aime bien se planquer dans les recoins.

J’ai ramené du matériel de chez moi, afin de faire de ma classe un endroit plus chaleureux et accueillant, malgré la maigreur du budget: un meuble pour ranger les puzzles, des coussins pour le coin bibliothèque, j’ai même ramené mon ancienne poupée, pas ma préférée évidemment mais elle est en très bon état, elle remplacera parfaitement celle qui a perdu tous ses cils et qui ferait peur au premier venu.

Me voilà arrivée à ce moment de latence, j’attends mes premiers élèves, je suis prête, eux aussi, je le sais, je sens cette effervescence parce qu’elle a été mienne ce matin: la coiffure de ma fille parfaitement ajustée, les vêtements sans un pli, le petit sac à dos inauguré pour l’occasion, la photo chargé d’émotion et envoyée à toute la famille, le coeur qui se serre, ça y est, c’est sa première rentrée, qu’elle est mignonne, mon dieu que le temps passe vite, elle va aller à la cantine, non mamie la récupère, j’ai mis ton doudou dans le sac ma chérie, on vient te chercher ce midi d’accord, tu vas rencontrer ta maîtresse et te faire des supers copains, je suis sûre que ça va bien se passer, je t’aime, je t’aime mon coeur.

La directrice a ouvert la porte de l’école. C’est un matin d’été, il fait encore un peu frais mais on sent que la journée sera belle, je commence à entendre des bruissements de pas et des chuchotements dans le couloir, tout le monde parle bas. Je sais qu’il me reste encore une minute, le temps que les petites vestes et les petits gilets et les petits manteaux soient déposés sur les patères provisoirement décorées.

office-4373576_1920

Et les voilà. Ils rentrent, il y a les parents timides, ceux qui ne savent pas quoi dire ni où se mettre, ceux qui sont à l’aise parce que c’est leur quatrième première rentrée, ceux qui te sourient et t’envoient un bonjour sonore, ils te connaissent, tu as eu leur grand ils sont contents que leur fils soit avec toi, ils t’aiment bien, tu as leur confiance. Il y a ceux qui sont pressés, ceux qui ne se décollent pas de leur enfant, encore un câlin encore un bisou. Et au milieu de tous ces adultes, les petits déambulent. Certains sont nés pour vivre ce moment. Aucun ne pleure. Ce qui fait peur, ce n’est pas l’école, c’est la séparation.

Elle arrive, d’ailleurs. Les premiers parents sont partis. Ce sont ceux qui savent que tout se passera bien. Et de fait, leur enfant ne pleure pas. Il est déjà en train de construire un bateau à deux étages, ou de cuisiner une ratatouille au chocolat à la poupée qui se retrouve évidemment toute nue. Les parents inquiets ou prévoyants te demandent de repréciser les horaires, ou le déroulement de la matinée. Il y a les mamans qui versent une larme à la porte. Je les comprends. Moi aussi, j’ai versé une larme le jour où mon mari m’a envoyé une photo de notre aînée dans sa toute première salle de classe.

Pour l’instant, je rassure les parents, en les amenant subtilement vers la sortie. Je suis ferme. Je sais que plus la séparation est rapide, mieux elle se passe. Je demande aux parents allophones de dire dans leur propre langue qu’ils vont revenir. Surtout. Dites-leur que vous allez revenir. Ce sont ces séparations qui sont les plus déchirantes. Je me retrouve avec des enfants hurlants et se débattant dans mes bras, je leur répète que maman ou papa vont revenir, mais ils ne comprennent pas un traitre mot de ce que je leur raconte, alors j’utilise d’autres techniques pour les rassurer. Les chansons marchent très bien. Un petit gâteau aussi, la collation est interdite, on s’en fout, c’est la rentrée, on fait exception. Je distribue des câlins. Des paroles rassurantes. J’initie des jeux. Je limite au maximum les déplacements car je sais que les moments de transition ou de coupure sont difficiles à vivre.

Dans la très grande majorité des cas, je rendrai les enfants à leur parents, intacts, heureux et souriants, la plupart s’étonneront que leur fils ou leur fille n’ait pas pleuré, ou se soit arrêté juste après leur départ. Bien-sûr, il y aura des moments compliqués, la cantine, le coucher pour la sieste, la récréation quand on retrouve le grand frère ou la grande soeur et qu’il faut bien le lâcher quand la cloche sonne, mais je resterai toujours étonnée de la rapidité avec laquelle toutes les habitudes et le grand ballet de l’école se mettent en place chez les enfants de trois ans. Pour ceux dont la culture est très éloignée de l’école, ce sera un peu plus long. Mais ce n’est pas grave.

Parce que c’est ce qui fait le charme de ce niveau si épuisant et si difficile: en Petite Section, on a le temps. De prendre ses marques. De pleurer. De rester mutique. De se cacher. De ne pas dire bonjour à la maîtresse, ni à l’ATSEM, ni au directeur d’ailleurs. D’aller chercher son doudou dans le sac à dos. De mettre ses chaussures à l’envers. De se tromper de manteau. De refuser de faire des jeux. De chanter les chansons seulement avec les mains. D’appréhender les règles, tout un tas de règles. On a le temps. On a toute une année devant nous.

J'ai testé pour toi


22 réflexions sur “En immersion: une rentrée en Petite Section

  1. Tu me rassurerais presque après avoir lâchement abandonné ma fille complètement paumé au milieu de tout le monde 😉 J’espère que ce soir j’aurai le plaisir de constater que tout s’est passé comme tu le décris si bien 🙂

    Aimé par 2 personnes

  2. Tu fais un métier merveilleux et tu le fais merveilleusement bien – effectivement j’aurais aussi été rassurée de te laisser mon gamin – on sent que tu fais partie de ces maitresses qui aiment leur métier et c’est un tel don pour les enfants…. enfin bref moi j’étais quand même du genre à trainer !

    Aimé par 1 personne

    1. C’est très gentil ce retour, ça me fait plaisir, mais tu sais, je me reconvertis cette année. Je suis persuadée que OUI, c’est un métier merveilleux, mais NON, il n’est pas fait pour moi. Je pense que ce qui transparaît dans mon article ce n’est pas tant l’amour du métier que tout le soin et la conscience que j’y mettais malgré tout. Je laisse la place à d’autres 🙂

      J'aime

  3. ça me rappelle maintenant de vieux souvenirs… aucun des miens n’a pleuré le jour de la rentrée.. l’aînée est partie jouer direct sans faire vraiment attention à nous ( on était groupé avec papa et le petit frère ) et le petit dernier justement, avait traîné avec moi 2 ans dans cette école tous les jours ou j’allais chercher sa sœur , avant d’y faire sa propre rentrée, il connaissait déjà toutes les maîtresses !

    Aimé par 1 personne

    1. Les miennes non plus (quoique petite dernière est en train de nous flinguer les stats avec les pleurs chez la nounou…j’en chiale moi aussi)! Quand ça se passe comme ça c’est un tel soulagement pour les parents (et pour la maîtresse)! Et suis d’accord avec toi: les cadets/benjamins sont avantagés par leur connaissance de l’environnement!

      Aimé par 1 personne

  4. Pas d’expérience de rentrée en petite section puisque ça n’existe pas chez nous ! Mais deux expériences en Vorschule… la même chose mais deux ans plus tard. Là, on a bien ri avec mon mari pour la rentrée de la cadette. Elle est allée dire bonjour à la maîtresse, lui expliquer qui elle était et qui était son frère et nous a fait au revoir de la main pendant qu’elle allait s’installer à une table et faire des dessins. Pendant ce temps, on bloquait la benjamine qui avait décidé de se faufiler pour aussi aller s’asseoir avec sa sœur. Bref, en deux minutes, c’était plié !
    Très joli témoignage de ta part !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s