Chroniques du mois de juin (2019)

Ce mois-ci, j’ai glandé. Honteusement glandé. J’ai lu des livres, regardé des séries, me suis vernis les ongles et ai fantasmé sur tout un tas de robes que je pourrai bientôt acheter avec ma carte bleue renflouée. Car ça y est, c’est officiel: mon cerveau est au repos, j’ai un nouveau métier, tout beau tout neuf, qui n’a rien à voir avec le précédent. Retour sur un mois de juin mémorable.

Un concours

J’ai reçu les résultats de mon concours le 29 mai, donc je décrète que ça compte pour juin. C’est mon mari qui m’a annoncé la bonne nouvelle au téléphone. Je refusais de guetter moi même la liste et d’avoir un loupé cardiaque. Il m’a donc annoncé coup sur coup que j’étais lauréate. Et cinquième. Sur très exactement 2391 candidats. Soit cinquième sur 4,6% des candidats admis. Dans la promo, de nombreuses personnes ayant fait le même métier que moi auparavant. Paraît-il que ça fuit pas mal de ce côté. En entendant le verdict, je n’ai pas eu de loupé cardiaque, mais une réaction qui m’a dépassée et surprise: je me suis effondrée en larmes, je ne pouvais plus m’arrêter. J’étais heureuse et soulagée, bien-sûr, mais le 29 mai ayant été un mercredi, j’étais entourée de mes filles et j’ai culpabilisé, tout à coup. Fini les vacances ensemble, fini tous ces moments privilégiés, un vrai coup de massue, je me suis dit c’est n’importe quoi enfin tu penseras à tout ça plus tard mais pourquoi c’est ça qui te vient merde!

On n’en a pas fini avec la culpabilité maternelle, c’est moi qui te l’dis.

Un métier

img_5537

Être 5ème, c’est pratique, parce que ça entraîne une récompense: tu passes devant tout le monde moins quatre personnes. J’ai donc pu faire mon marché parmi 110 postes proposés, me suis même payé le luxe d’appeler les services, les anciens titulaires, de privilégier, en plus de l’intérêt du poste, l’excellente entente entre collègues et des supérieurs humains, présents et compréhensifs. Mes critères ne t’étonneront sans doute pas, considérant mon lourd passif sur mon tout dernier poste. J’ai appris par la même occasion qu’en plus de bosser à vingt minutes top chrono de chez moi en heure de pointe, je pourrai avoir mon mercredi en étant à temps plein, moduler mes heures de travail, récupérer mes heures supplémentaires, télétravailler après ma titularisation. Soudain, tous mes pseudo-renoncements me sont apparus légers, imperceptibles, tous ces changements imposés à moi-même et à ma famille m’ont fait beaucoup moins peur.

C’est donc le coeur heureux et serein que je suis allée signer officiellement ma prise de poste à la Défense. Quand j’ai été appelée, j’ai annoncé mon choix, une bonne centaine de regards braqués sur ma descente des marches de l’amphi et suis allée griffonner mon nom sur le bout de papier qu’on me tendait. Je tremblais. Je n’ai pas compris pourquoi. Je pensais que ça ne me ferait rien. Mais je tremblais. Il paraît que certains ont pleuré, après moi. En descendant au rez-de-chaussée, j’ai bien cru que j’allais m’effondrer dans le hall. Tout cela était si solennel, si symbolique. Mais je n’ai pas pleuré. Moi. Je n’ai pas pleuré. Je crois que mon article de la veille m’a soutenue. Le deuil, il était dans ces mots-là, pas dans ce hall, pas ce jour-là. Et je me suis dit que c’était étrange et inapproprié tout ce poids, cette gravité et cette componction portés sur un simple changement de boulot, de taf, de poste, comme des milliers de gens le font tous les jours.

De la glande en mode livres et séries

Si t’as bien suivi, ça fait un bon mois que je ne fous plus rien, hors mes tâches ménagères habituelles et peut-être bien aussi mon enfant de deux ans et demi à occuper. J’ai donc pu lire. Quatre De Vigan. Je n’avais jamais lu De Vigan. Je salue la nomenclature très travaillée de ses romans, leur architecture, leur construction, mais De Vigan a une écriture qui ne déclenche pas grand chose chez moi, même dans ses récits les plus dramatiques. Dans son roman qui traite de son histoire familiale, faite d’une succession de bonheurs et de tragédies, j’ai eu la sensation de lire une autopsie. Ses livres m’intéressent, mais ne me bouleversent pas, même au sens littéraire du terme. Ce sont des livres de qualité, selon mon opinion. Point.

untitled-design-66

J’ai aussi glandouillé devant deux nouvelles séries: Dark, et Dans leur regard (When they see us).

Dark est une série allemande destinée aux gens qui ont envie de se prendre la tête entre présent, passé et futur, qui se régalent à mémoriser des dizaines et des dizaines de visages appartenant à des personnages dans quatre époques différentes, qui ne redoutent pas la métaphysique, ni de demander à leur conjoint toutes les cinq minutes: T’as compris? T’as capté qui c’était, là, hein? T’as vu les bagnoles? C’est dans le passé hein. C’est la mère de la tante de la fille de l’oncle qui a disparu. Mais nan, pas celui de 1953!! Celui de 1986!! Tu suis rien, bordel! Dark, même si on dirait pas quand je t’en parle, c’est trop bien.

dark-100-1

J’ai aussi suivi les recommandations enthousiastes de la presse et ai tenté le fameux Dans leur regard, qui relate le destin de cinq adolescents noirs ou hispanique injustement inculpés de viol. C’est malheureusement une histoire vraie. Et elle fait froid dans le dos. Je ne peux que t’encourager à regarder cette mini-série de quatre épisodes prenante, choquante, bouleversante, d’autant plus quand tu lis les déclarations actuelles – toujours aussi glaçantes – de la procureure de l’époque. Une oeuvre de réhabilitation et de lutte contre l’oubli.

when-they-see-us

Tout plein d’occupations

Evidemment, le mois de juin, c’était aussi les kermesses, les fêtes, les derniers challenges, les sandales en soldes, la canicule et la piscine achetée chez Truffaut en catastrophe et que même elle est trop petite pour être traitée et trop grande pour être vidée et qu’en gros j’ai pris la taille qui fallait pas, les melons trop mûrs, les cerises sans goût recyclées en clafoutis, les fraises du jardin, les restos en terrasse, la crème solaire avant le départ à l’école, les dernières arrhes des vacances à régler, les pots de départ, les rendez-vous médicaux à boucler avant les vacances, Sucker des Jonas Brothers en boucle (je t’avais dit que j’ai des goûts musicaux très pointus), les volets fermés tous les après-midi, la révision de la voiture à programmer surtout pour la clim franchement on sent rien t’es sûr qu’ils l’ont rechargée l’année dernière on dirait pas et cet esprit, serein, serein, serein malgré tout ça, l’esprit léger, qui vole, qui survole, qui se fout de ce qui se passera dans deux mois, qui savoure, qui vit, là, maintenant.

C’est sur ces mots que je vais te laisser comme un(e) grand(e) pour les vacances. Je rédigerai peut-être un petit article par-ci par-là entre l’Italie, la Normandie, le Nord et les cours de natation, mais rien de très fréquent ni de très régulier. Passe un très bel été entouré(e) des tiens, on se retrouve à la rentrée dans l’odeur des cartables tout neufs pour ouvrir un nouvel épisode de ma vie de maman et de femme: mon second métier. Ah oui, je t’ai pas dit: je serai chargée d’études. Et je ne sais absolument pas en quoi ça consiste. A vrai dire, là, comme ça maintenant: je m’en tamponne le coquillard.

Love you et remember: la crème solaire, c’est pas bon pour les petits poissons.

questions existentielles


40 réflexions sur “Chroniques du mois de juin (2019)

  1. alors c’est comme dans le maître d’école ??? tu descends au tableau choisir ton poste… bah en tout cas félicitations, et profites bien de cet été, et même après en fait. profites de tout, tout le temps. c’est ça le truc. non mais 5eme quoi !!!!
    tu vas ou en normandie ? moi je vais y aller aussi ! ( enfin c’est grand la normandie mais bon !)
    en tout cas bravo, tu peux être fière de toi !!!

    Aimé par 1 personne

    1. Exactement, c’est théâtral et millimétré! Merci beaucoup, je profite de cette période de latence sans aucun poids moral, c’est tellement, mais tellement bon!
      Je vais quelques jours dans l’Eure, chez mon frère (pas la partie la pluie touristique mais il a une grande piscine 😁)

      Aimé par 1 personne

  2. 5ème, juste la méga classe si je puis me permettre! Je te souhaite évidemment le meilleur pour cette nouvelle vie pro à venir, à commencer par le vivre de façon bien plus cool qu’auparavant en envoyant au placard cette culpabilité que tu sais si malsaine au fond. D’ici là profites bien de tes vacances, glandes encore plus, profites encore plus, vis encore plus et reviens nous dans ta meilleure forme! Hâte de te lire encore à la rentrée!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup, je suis fière de moi, de mes choix, toutes mes stratégies ont payé 😊
      La culpabilité s’est étouffée toute seule quand j’ai découvert mes conditions de travail.
      Passe de très bonnes vacances toi aussi, prends soin de vous ❤️

      J'aime

    1. Merci beaucoup, très heureuse de ma place, beaucoup de gens ont fait une prépa pour arriver au même résultat que moi, je suis donc doublement fière!
      Et très heureuse du poste à la clé! Toutes les conditions sont réunies 😊

      J'aime

  3. Mais quel mois de juin!! Et encore félicitations 🙂 C’est génial que tu aies pu choisir un poste qui te convienne!!
    Bonnes vacances à toi et en passant dans le Nord, si jamais tu n’es pas loin, n’hésite pas à me faire signe si tu souhaites que l’on se rencontre autour d’un verre 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Écoute j’ai eu mon service ils ont l’air cooooooool!
      – Je viens avant pour vous rencontrer?
      – Nooooooon
      – Je dois prendre rdv avec la RH?
      – Nooooooon
      – Vous avez besoin de pièces pour mon dossier?
      – Nooooooon
      Je vais arriver en mode touriste 😄

      J'aime

  4. AHAHA j’ai écrit un article récemment sur les crèmes solaires qui sont bonnes pour les petits poissons si ça t’intéresse ! Ert tout le long de la lecture de ton article, je me suis demandée : « mais bon dieu, elle est reçue pour quel métier ???? » et chargée d’études c’est vaste, dans la construction, le notariat, la science, autre ??? Mystère ! Bravo en tout cas !

    Aimé par 1 personne

  5. Quel talent, mais quel talent ! 5e… devant un amphi blindé… Ha ha, mais quelle récompense !! Encore bravo, tout cela est bien mérité, je te comprends tellement de ne rien glander avec l’esprit léger.
    Profite bien de ces 8 semaines de glande pour revenir en pleine forme et toute bronzée en septembre 🙂

    Aimé par 1 personne

  6. La classe ! Tu as bien mérité ta grande séance de glande.
    Et sinon, je suis comme un Ornella un peu curieuse : c’est quoi ton nouveau métier….
    Mais si tu n’as pas envie de tout révéler ici : hop tu me cales une petite claque sur les mains et la vilaine petite curieuse aura compris le message….
    Alors très très bonnes vacances !

    Aimé par 1 personne

  7. Bonjour ! Félicitations pour ce succès professionnel! Oserais-je te demander de quel concours il s agissait et comment tu l as préparé? Professeure en lycée, en congé parental cette année après la naissance de ma troisième (mais je reprends en septembre), je suis de plus en plus tentée de quitter le navire de l éducation nationale. Merci infiniment et bonnes « vraies » vacances!

    Aimé par 1 personne

Répondre à Madame Bobette Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s