Pourquoi nous n’irons pas en vacances à la mer cette année

Espèce de bourgeoise pourrie gâtée!

Voilà la mélodieuse et aimante réflexion à laquelle j’ai eu droit quand j’ai dit il y a plusieurs mois à mon mari que cet été, il était hors de question qu’on parte en vacances à la mer. J’avais encore des exigences de rentière, à l’époque. Car ouais, la mer, j’en ai marre. Et je risque bien de jeter un pavé dans l’étang avec cet article coup de poing, digne des plus grandes prises de position sociétales. 

Mais, j’en suis sûre, ma phrase d’accroche a attisé ta curiosité malsaine et tu brûles désormais de connaître le dénouement de ce tragique pourparler conjugal. Pourquoi diable ne veux-je plus partir à la mer, et où diantre irons-nous donc cet été?

La mer, j’en suis lassée

Entendons-nous bien. Je ne suis absolument pas lassée de la mer en elle-même, la pauvre, elle n’y est pour rien, et comment pourrais-je l’être? Je ne serai jamais blasée en regardant un paysage maritime, quelqu’il soit.

Je ne serai jamais rassasiée non plus de la contempler en adulte, lui faisant face, au calme, un livre à la main, sous l’ombre d’un arbre indigène, sirotant une boisson fraîche légèrement sucrée, les cheveux doucement  caressés par une brise iodée, réajustant ça et là mon paréo sans un pli assorti à mon maillot de bain, et goûtant, de temps à autre, le plaisir d’une baignade subtilement rafraîchissante qui me laisserait entrevoir à quel point mon vernis est parfaitement assorti à l’ensemble de ma tenue estivale.

Non, ce qui me fait suer des aisselles, au sens propre comme au figuré, c’est la façon dont ces douces occupations se sont sournoisement et violemment transformées depuis qu’on a des enfants, c’est tout ce qu’on se sent obligé de faire avec eux au bord de la côte, et qui me gonfle particulièrement ces dernières années:

bucket-1005891_1920

  • Aller tous les jours à la mer. Ou presque tous les jours.

  • Prendre tous les jours cinq tonnes de matériel que même avec quatre bras t’as l’impression de déménager toute ta baraque et d’être en exil climatique.

  • Mettre tout ce beau monde en combi-anti-UV-lunettes-casquette-claquettes.

  • Mettre, remettre et re-remettre de la crème solaire, en observant avec un regard haineux les jouvenceaux jouant innocemment aux raquettes, ou cette nymphette arborant un chignon impeccable, alors que ta coiffure, après deux heures à courir après tes mômes, ressemble davantage à l’extrémité d’une brosse à chiottes – usagée, cela va sans dire.

  • Déplier et planter ce putain de parasol en faisant un beau monticule de sable, et même que ça marche jamais et qu’au premier coup de grand vent t’as toujours ta super installation qui dégage.

  • Rentrer avec du sable partout, bouffer du sable, boire du sable.

  • Devoir se lever aux aurores et arriver alors que le sable est encore tout froid.

  • Ne pas se lever aux aurores et se taper les embouteillages et pire, la promiscuité.

  • Se baigner en portant un enfant sur la hanche, un autre sur les genou, le maillot de bain à moitié descendu sur les nichons, poussant le troisième juché sur son crocodile gonflable.

  • Avoir envie de nager loin, très loin, là-bas, au delà des bouées délimitant la zone de baignade et de monter sur le premier yacht, voilier, ou même pédalo – sans enfants à bord – qui passe.

  • Faire des châteaux de sable. Qui a inventé cette merde?

  • Faire la queue à la douche, s’entendre dire avec une voix de sorcière infanticide: Mais naaaaaaaaan c’est pas froid. T’as encore du sable sur les pieds! Tes pieeeeeeds! Tes pieds jt’e dis, là, derrière, laisse la place à ta soeur maintenant, laiiiiiiisse. Voilà. A toi. Mais naaaaaaaaan, c’est pas froid.

  • Enlever le sable des pieds, des mains, des ch’veux, des bras, des coudes, des sacs, des culottes, des seaux, avec diverses techniques toutes plus foireuses les unes que les autres, pour pas dégueulasser une voiture déjà dégueulasse.

  • Rentrer à 12h30 et avoir l’impression d’avoir déjà vécu trois merveilleuses journées en une.

J’ai certes un peu forcé le trait. Un peu. Mais comme tu peux le voir, je prends un plaisir profond et manifeste à aller à la mer avec de jeunes enfants. Je crois que j’apprécierai, un jour lointain, par exemple quand elles seront ados, qu’elles sauront se mettre de la crème seule, voire n’en mettront plus du tout, iront faire les yeux doux à de jeunes éphèbes, jouant au volley, allant rafraîchir leur bronzage en deux trois brasses nonchalantes et surtout en me foutant une paix royale. Dans ces moments, j’ai hâte d’avoir 45 ans. Dans ces moments là seulement hein. En attendant d’atteindre cet âge libertaire, j’ai réclamé une simple année de répit.

Mais alors, où qu’cest qu’on va donc?

J’ai donc dit à mon mari que ras-le-bol, que nan, que d’abord c’était hors de question cette année, que j’avais envie d’autre chose merde, et qu’on pourrait pas concevoir des vacances autrement un peu, que toujours faire la même chose même si c’est dans des endroits différents merci bien. Je lui ai même proposé le Danemark ou la Norvège en destination estivale, c’est te dire comme j’ai fermement posé la problématique. Si tu te souviens bien de nos critères de choix quant à nos vacances d’été, tu sauras tout de suite que mon mari a répondu un non ferme et sans appel à mes arguments névrotiques pour aller rendre visite aux Suédois. Ou aux finlandais, c’est pareil.

On a quasiment sorti la carte de l’Europe. Car, où aller pour des vacances différentes, sans mer, avec soleil garanti? En vrais chiants qui se créent eux-mêmes des problèmes, nous ne voulions pas non plus de montagne exclusive (qu’est-ce qu’on peut bien foutre à la montagne en été à part des randonnées et du parapente, activités totalement exclues avec des enfants de moins de 10 ans peu portés sur le sport, en l’occurence, les nôtres?).

On a trouvé. Enfin, mon mari a trouvé. En sortant la grosse artillerie pour me convaincre.

lake-como-1576614_1920

+

salad-2487775_1920

+

7815864_6049756a-84df-11e8-b678-39495671d1f1-1_940x500
Maman Lempicka, vous zici?

Ouais, t’as deviné, j’ai dit oui. J’ai dit oui, parce que et même si on y est allés il y a déjà dix ans. J’ai dit oui parce que le lac de Côme, en plus de pouvoir apercevoir George, c’est du tout en un:

  • Le lac. Pardon, mais c’est pas pareil que la mer. Déjà t’as moins de monde. Et comme t’as moins de plages et que l’eau est froide et que c’est plus difficile d’accès, tu ne peux décemment pas y aller tous les jours. Tri sélectif.

  • La montagne. Côme, c’est montagneux, c’est tout près des Alpes italiennes, donc si on a envie d’aller en montagne une ou deux journées comme ça, hop, on y va, légers comme des randonneurs nullipares, sans avoir l’impression d’être coincés au fond d’une vallée pendant quinze interminables jours.

  • Les villes à visiter (Bergame, Milan, je refais au passage une jeunesse à ta culture géographique). Car vois-tu, je rêve parfois de vacances où je ne revêtirais pas un maillot de bain pendant une journée entière, mais où nous irions juste flâner et manger des glaces sans nous préoccuper de (non)bronzage et de crème solaire.

  • On a pris une location avec piscine. Beaucoup moins chère que tout ce qui se fait d’équivalent sur la côte. C’est notre critère numéro un. Comme ça, si on n’a pas envie de bouger, on ne bouge pas. Et les enfants sont contents, avec une piscine. Toujours. C’est la mer, avec les trucs chiants en moins (cf paragraphe 1).

  • En Italie, on bouffe bien. Ouais, pardon, mais c’est un critère qui pèse dans la balance. Je bave déjà de plaisir à l’idée de retourner dans cette auberge familiale où j’avais mangé les meilleures pâtes à la carbonara de toute ma vie. Chacun ses priorités.

  • On peut y aller en voiture. Notre expérience en avion de l’année dernière, avec quinze valises pour trois mômes, dont celui de un an sur les genoux ou à bras pendant huit heures, PLUS. JAMAIS.

On apprend de ses erreurs, paraît-il. En toute logique, nous devrions expérimenter cette année les meilleures vacances de toute notre vie avec nos mômes. Sans courses au supermarché, sans disputes dans la voiture, sans prise de tête sur l’itinéraire du lendemain, sans enfant en bas-âge qui refuse de faire sa sieste, sans soirée en amoureux niquée par des gosses qui font la teuf dans leur lit, sans…Nan?

Allez, à ton tour, raconte-moi où tu vas cet été, et même, soyons fous, pourquoi t’y vas!

ma vie de maman (12)


63 réflexions sur “Pourquoi nous n’irons pas en vacances à la mer cette année

  1. Ça m’a rappeler quelques souvenirs… Et l’Italie, je suis complètement d’accord avec toi, c’est génial. Les Agro Turismo sont super. Si tu ne connais pas, ce sont en quelques sortent des chambres d’hôte dans des fermes. Très sympas, et en plus certaines proposent des activités pour les enfants….

    Aimé par 1 personne

  2. C’est une super idée le lac de Côme comme plan vacances pour l’été ! Ce qui est certain c’est que ça va vous changer de la mer et de joies du déménagement de la maison, du sable, et compagnie ! Je pense que pour le coup, il y a plus de chances que ça soit de réelles vacances pour vous les parents quoi … 😉

    Aimé par 1 personne

    1. On l’a fait il y a 10 ans, donc on sait à quoi s’attendre, c’est vrai que c’est un bon compromis baignade/nature/visites…tout ce que je recherche: ne pas faire la même chose pendant nos 15 jours de vacances! Quant aux réelles vacances, je t’en dirai des nouvelles à notre retour 😉

      J'aime

  3. J’adore ! C’est exactement ça!
    nous ça sera vacances dans la maison de famille parce que nous ne serons pas les 2 en vacances en même temps. Et je ne suis pas suffisamment maso pour aller toute seule en vacances à l’étranger avec mes 2 moins de 6 ans. Même si je rêve d’aller au Lac de côme.
    et pour la plage, je prendrai une babysitter pour y aller à ma place 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. J’adorerais une baby sitter plage! Y’a un filon. L’année dernière, notre 3ème a fait une allergie au sable (urticaire). C’est quand je me suis rendue compte que j’étais ravie de la garder pendant que mon mari emmenait les grandes à la plage, que je me suis dit que j’avais touché le fond. Le fond de cette conception des vacances plage, plage, plage.

      Aimé par 1 personne

    1. Si tu savais. Quand je repense à notre road trip d’il y a 10 ans ( Cinque Terre/Côme/Garde/Vérone/Venise), la moitié me revient par images sous forme de bouffe 😀
      Je sens que ces vacances vont mieux nous correspondre à tous, en fait, et que chacun en aura un peu selon ses goûts.

      J'aime

  4. Comme je te comprends. La mer avec des enfants, c’est tout sauf de la détente ! Cette année aussi, je passe mon tour.
    Et le lac de Côme, j’en rêve ! J’ignorais que Georges y allât en villégiature estivale, mais cela ne fait que renforcer mon intérêt pour la région.
    je suis preneuse de toute info (prix, adresse de votre location, etc) pour travailler au corps mon mari pour les vacances 2020 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. De temps en temps, pourquoi pas. J’apprécie quand c’est un jour par-ci, par-là. Enfin, j’apprécie. Ca ne me dérange pas. Mais de là à en faire 80% du temps d’occupation des vacances…je peux plus.
      QUOI??? Tu ne savais pas que George avait une villa là-bas? Je l’ai vainement guetté, il y a 10 ans, mais je ne l’ai jamais croisé. Ô désespoir. Je te donnerai nos bonnes adresses quand elles seront testées et approuvées!

      Aimé par 1 personne

      1. C’est bien si tu peux rester peinard sous ton parasol en feuilletant Elle et en buvant un cocktail. Mais sinon, avoir du sable dans les fesses, très peu pour moi. Mon mari par contre est un enfant de la mer (en plus d’être un enfant de la neige, quel homme), il kiffe la plage. Et il adore faire les châteaux de sable avec les enfants (tâche que je lui délègue avec grand empressement !)

        Aimé par 1 personne

  5. il se pourrait qu’on aille en Italie nous aussi…mais avec le combi hein.. parce que si c’est pas en combi, mon mari ne se sent pas en vacances… et moi dans tout ça ? ben justement, je suis en train de me poser sérieusement la question………

    Aimé par 2 personnes

    1. Ah ouais, carrément! Vous campez?
      C’est compliqué de trouver un terrain d’entente sur les destinations. Mon mari est très branché plage, je m’y retrouve de moins en moins. On a trouvé un bon compromis cette année, mais je sais que je devrai faire des concessions à l’avenir…il faut que chacun s’y retrouve un minimum.

      Aimé par 1 personne

      1. oui et là je me rends compte que c’est une vraie question. parce que les vacances devraient être un vrai plaisir pour les 2, mais si on a pas les mêmes envies, ça devient compliqué, ou alors il y en a un qui fait plus de concessions que d’autres. depuis quelques jours, et sachant qu’on part demain pour quelques jours, cette question est en train de sérieusement m’arriver à la figure, moi qui laisse passer le truc depuis des années…

        Aimé par 1 personne

      2. Tudieu, je vais pas déclencher un divorce, tout de même? Tu sais que je ne m’en suis rendue compte que récemment, ce manque d’intérêt criant pour la plage? Avant je ne me posais jamais la question: tout le monde va en vacances à la mer, les enfants adorent la mer, hop, allons à la mer…mais ça vaut le coup de remettre les choses à plat. On a le droit de faire évoluer sa façon de concevoir le repos et le partage avec les proches. Je ne conçois plus mes vacances comme avant. Je prends bien plus de plaisir à faire un plongeon dans la piscine avec les gosses ou à boire un apéro avec eux qui piquent tous les gâteaux apéritifs qu’à me tartiner la plage. Parle avec l’homme. Le mien n’a pas super bien réagi sur le coup, et finalement, je crois que c’est lui le plus heureux d’aller à Côme.

        Aimé par 1 personne

      3. non t’inquiètes, en fait ça fait déjà plusieurs jour que ça me travaille, et ton article en remet une couche ! ça va être difficile, car pour lui les vacances c’est un peu sa raison de vivre ( vu qu’il a un boulot qui lui sort par les yeux) il faut que j’y ailles tout doux…

        Aimé par 1 personne

  6. Cette année, on s’y colle, et même double dose ! On va une semaine en camping au bord de la mer… Si je survis, j’écrirai peut-être un article pour raconter. On y va avec deux familles d’amis : 10 enfants pour 6 adultes. Si je ne survis pas, la canonisation devrait être acquise, non ?
    C’est vraiment pour faire plaisir aux enfants et à mon homme car je ne suis pas fan du tout de la plage. Je déteste avoir de la crème solaire sur les mains, je déteste sentir la crème solaire, je déteste être tartinée de crème solaire (le message est passé, non ? 😉 ).
    Et puis, les mêmes raisons que toi, le sable, les seaux, les râteaux, etc. En plus du manque total d’activités à faire pour un adulte !
    Mes vacances idéales sont dans un pays où on mange bien (l’Italie, c’est parfait !), avec beaucoup de vieilles pierres à voir. J’y ai à peu près converti mon homme et mes enfants… mais on compense aussi avec des vacances à la mer (une semaine tous les deux ans…)

    Aimé par 2 personnes

    1. Je t’ai canonisée rien qu’en lisant ton commentaire. Va, et reviens surtout.
      Bon je vois qu’on est sur la même longueur d’ondes pour la plage. Chez moi c’est à petite dose. Je pourrais totalement m’en passer (par contre, d’une piscine ou d’un point de baignade, impensable. Pour moi, vacances = piscine, bien avant la mer). Les vieilles pierres, on essaie d’y initier les filles aussi, à petites doses. J’aimerais vraiment qu’on s’oriente vers des vacances équilibrées qui permettent de toucher, de voir et de goûter à plein de choses différentes. Majorque c’était pas mal pour ça. L’intérieur des terres est superbe. Mais trop de plage (même si je n’y suis quasiment pas allée grâce à l’urticaire providentiel de la dernière).

      Aimé par 1 personne

      1. Un bon plan, c’est la plage… au printemps ou en automne ou dans le nord en été ! Le barda à transporter et le sable restent… mais au moins, la crème solaire est inutile et la journée à la plage se réduit à deux heures parce qu’après il faut aller se réchauffer. Il y a deux ans, on avait passé une semaine au Touquet en juillet, j’en ai de bons souvenirs malgré le froid et la pluie. 😉

        Aimé par 1 personne

      2. T’as oublié la Bretagne. J’adore aller à la mer dans le Nord ou en Belgique. On se découvre pas, on se contente de se balader sur la digue, de tremper les pieds et de se goinfrer de gaufres. Suis pas une nordiste pour rien 😀

        Aimé par 1 personne

      3. Sinon, les vacances que j’aime le plus sont à la campagne en louant un gîte avec une piscine dans un gros village ou une petite ville. Mais une campagne avec des petites villes médiévales, des bâtiments historiques à visiter, une gastronomie locale sympa, etc.

        Aimé par 1 personne

      4. Nous avions passé quelques jours à Ostende quand ma cadette était bébé et ce sont de bons souvenirs (mis à part la tétée au sable sur la plage…). Je te sens prête pour les vacances au bord de la mer Baltique. Lübeck pour les vieilles pierres et le massepain, Travemünde pour la journée à la plage avec une chouette aire de jeux pirate dans le sable.

        Aimé par 1 personne

      5. Pardonne-moi mais il a tort. Lübeck est une ville superbe et il peut lire les Buddenbrook de Thomas Mann pour se préparer (en plus, une chance, c’est le seul roman de Thomas Mann que je trouve lisible)…

        Aimé par 1 personne

  7. Tu m’as fait rire! C’est tellement ça la plage avec enfants… Et même en vivant pas trop loin et en étant habitué, c’est le déménagement à chaque fois. Difficile d’optimiser. Et le lac de Côme, quelle bonne idée ! Je suis également preneuse de tous tes bons plans. J’y ai passé une journée lors de mon séjour au lac majeur il y a 13 ans et je m’étais promis d’y retourner. Alors, je mets ça sur ma wish list. Rien de grandiose pour nous cette année. La Dordogne et la Côte d’Azur. Comme tu le sais, c’est l’an prochain qu’on va en prendre plein les mirettes ! De quoi faire concurrence à Ariane et son expédition nippo-caledonienne!

    Aimé par 1 personne

    1. Tu me rassuuuuuuuuuures Elvire! Je me disais, elle va me prendre pour la citadine chiantasse de service qui ne supporte pas d’avoir un grain de sable sous l’ongle, mais non, même les autochtones sont de mon avis 😀 Le lac Majeur est prévu pour nous. Si on y arrive! Je te donnerai bien-sûr les adresses et vous enverrai tout plein de photos pour bien me venger de vos futurs voyages au bout du monde 😉

      J'aime

  8. Ahh je pars faire les lacs lundi prochain! Mais moi, j’ai un seul petit de 2 ans a gérer ( on est encore en majorité avec mon mari 😊). Sinon 3 semaines de station balnéaire vendéenne prevue cet été: Je vais en manger du sable! Sinon pour un prochain compromis avec ton mari, je te recommande la Slovénie. J’y suis allée en voyage de noce et c’est un pays magnifique!

    Aimé par 1 personne

    1. Un petit de 2 ans, ça compte double, non? 😉
      La Slovénie, une amie y est allée l’année dernière dans un road trip qui contenait la Croatie et le Monténégro (2 merveilles que j’ai déjà visitées), et j’ai été effectivement surprise par la beauté des sites d’un pays dont personne ne parle! Ca va être une destination montante du tourisme, je n’en doute pas!

      J'aime

  9. Bonjour!
    D’habitude je suis une lectrice de l’ombre, mais ce post me parle tellement que je ne peux que commenter! Nous partons tous les ans dans le Sud de la France (nous y avons un petit studio). Par commodité, affection pour la région et soucis d’économie nous y allons plusieurs fois par an. Mais pas cet été! En effet, nous avons une fille qui vient d’avoir 1 an et un fils de 5 ans. Et tu n’en parles pas dans ton post, mais il y a un inconvénient principal à la plage dans le Sud avec des petits… c’est qu’on ne peut pas sortir entre midi et 17h tellement le soleil tape! Et en plus notre fils ne fait plus de sieste… alors rester enfermer dans le noir pour la sieste de la petite alors que mon fils ne demande qu’à bouger… l’enfer se dessinait pour nous!
    Nous avons donc opté pour des vacances à la montagne, première fois pour nous en été! Et tant qu’à faire en tout inclus pour ne pas avoir à penser aux repas pendant 15 jours… le pied!
    Bonnes vacances alors!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ce commentaire qui me fait bien plaisir! Je parle de l’inconvénient de la plage avec les petits en filigrane en fait, avec l’obligation de se lever tôt et d’être rentrés à 12h30…ce qui a l’avantage de faire éviter la foule! Ici on a remplacé la sieste par un DVD pour les plus grandes. Dès qu’on l’a inséré dans le lecteur, on se rue comme des damnés dans la piscine où on barbote dans la PAIX pendant une bonne heure. Le meilleur moment de la journée avec l’apéro. Irréalisable à la plage.
      J’aimerais bien avoir ton retour sur la montagne avec des petits l’été (sorties, activités…)
      Quand au all inclusive, c’est mon rêve mais pas accessible financièrement dans les endroits qui nous intéressent…
      Bonnes vacances à toi aussi 😉

      J'aime

  10. Ah comme je suis d’accord avec toi. Tu sais bien que j’aurais aimé échapper à la plage cet été, mais quand je me plains je passe pour une blasée de la vie qui est obligée d’aller passer ses vacances en Corse…
    Quand j’étais petite on partait souvent à la montagne l’été, j’en garde de très bon souvenirs (luge d’été, randonnées, lacs…).
    On se donne rdv au retour pour voir qui sera la plus fraîche de nous 2 (j’ai déjà une petite idée) !

    Aimé par 1 personne

    1. Si tu savais comme j’ai pensé à toi en écrivant cet article et à description de ton arrivée avec V et M sur la plage 😀 La Corse, c’est sublime, mais quand tu peux varier les plaisirs c’est mieux. On compte y retourner les prochaines années avec un programme un peu plus diversifié.
      La luge d’été je ne connaissais pas, en voilà une idée qu’elle est bonne!
      OK pour le battle 😉

      J'aime

  11. Bon ben nous c’est simple on part plus en vacances XD. Je ne suis pas une fana de la plage de toute manière: le sable partout, le manque de place, la chaleur, les potentiels coups de soleil (peau de rousse bonjour), une peur irrationnelle des poissons sur le bord de mer et des méduses …

    Aimé par 1 personne

  12. Bonjour, je viens de découvrir votre blog… la lumière de ma journée ! Surtout sur ce premier article hautement polémique… ne pas aimer la mer.. damned, moi qui vit à 5h de route de la plage la plus proche, et qui porte dans mes gènes le goût des embruns, je ne peux pas me passer de mon bain d’eau salée au moins une fois par an. Ceci dit, à la lecture de la liste (plus que réaliste, j’en conviens) des inconvénients au séjour balnéaire, je ne peux que compatir. J’adore la mer, mais je n’apprécie pas plus que ça de passer tous mes jours de vacances non-stop à faire la crêpe sur le sable… (ou plutôt, à faire l’animatrice plage pour mon gamin). Mon mari et moi aimons bien aussi les vieux cailloux, les balades dans les villes/villages inconnus et découvrir les curiosités de nos destinations ( ça comprend la bouffe généralement). Du coup, on a trouvé un compromis, on essaye de choisir chaque année un endroit qui allie le combo soleil/plage et trucs à visiter (culture ou nature c’est égal) en évitant les stations balnéaires sans charme. Mine de rien, y’a pas mal d’endroits qui correspondent (les côte italiennes, la côte croate, les îles grecques etc…). Et pour le nain… beh à 5 ans il suit encore sans qu’on lui demande bien son avis, et on le félicite d’une grosse journée de marche avec un atelier château de sable le lendemain. Bref, je vous souhaite de trouver le compromis idéal pour vous et votre famille et… bonnes vacances (je compte les jours pour ma part…)

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour votre retour, je vous avoue qu’être le soleil de votre journée m’a fait bien plaisir! Concernant les vacances nous avons procédé comme vous: toujours des destinations avec des trucs à visiter à côté de la plage; le souci c’est qu’avec les petits, ce qui devait ressembler à des vacances équilibrées glisse très souvent vers plage-plage-piscine-plage. Je me dis qu’au moins là, on n’aura pas le choix de penser les vacances autrement. Moi aussi j’adore la mer, et si vous voulez savoir comment, je vous invite à lire mon article sur les Pouilles 😉 Au plaisir de vous lire et de vous ensoleiller!

      J'aime

  13. Papa et moi avons adoré ton article. Nous avons beaucoup ri : la description de la (demi) journée à la plage est tellement vrai, tellement drôle ! Et j ai adoré le petit clun d oeil de Georges 😁. Tu devrais renoncer à te battre contre le sable dans la voiture, un bon coup d aspi quand les vacances sont terminées et le tour est joué

    Aimé par 1 personne

    1. Hihihi, merci maman, ça t’a rappelé des souvenirs? Pour le sable, c’est que souvent on a fait avec des voitures de location, et pour les nettoyer les jours de départ c’est la misère (tout le monde a la même idée en même temps)! Mais cette année avec la nôtre on sera plus détendus du slip, c’est certain 😀
      PS: Ca me rappelle que vous aspiriez toujours la voiture la veille des départs en vacances, j’aimais bien, on partait avec une voiture toute propre et 3 jours après elle était dégueu 😀

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s