Peut-on réparer une amitié brisée?

Dans ma vie, mes amitiés sont comme autant de cours d’eau qui viendraient alimenter et grossir un même estuaire. Il y a les rivières tranquilles et évidentes, les sources impétueuses et sinueuses, les ruisseaux asséchés faute d’avoir été nourris. Et il y a deux fleuves. Larges, profonds, charriant de multiples souvenirs, discussions, rires, échanges, larmes et partages, encadrant par leurs grèves épaisses le paysage de mon existence.

mud-434291_1920

L’un de ces fleuves a toujours connu un débit constant et nourri. Rien n’est venu perturber son cours, ni crues ni décrues, il a continué sa route, imperturbable, confiant, puissant, sûr de lui, même dans le silence, sous la pluie ou le soleil.

L’autre, en revanche, s’est brutalement tari à mon entrée dans l’âge adulte. Je ne saurais même plus te dire pourquoi exactement. Dans mon souvenir, il s’agit d’un mélange de non-dits, d’incompréhensions et de petites rancoeurs, qui ont fait que les ponts joignant ses rives se sont rompus. Comme ça. Sans que je ne puisse rien faire, sans que je ne fasse rien, comme si tous les évènements concourant à ce dessèchement étaient indépendants de ma volonté.

Pendant six ou sept longues années, je n’ai rien fait pour retenir son eau au creux de mes mains. Je n’ai rien fait pour tenter de réalimenter la source, pour faire pleuvoir un peu dans son lit, pour qu’une goutte d’eau jaillisse et signe, peut-être, la renaissance d’un quelque chose, même d’un pas grand chose.

Mais, durant de nombreuses nuits, cet affluent a hanté mes pensées. Durant toutes ces années, j’ai souvent rêvé que je tendais une main, que je disais un mot, qu’on me lançait une corde à laquelle me raccrocher, et je la saisissais, et je pleurais, c’était triste, c’était joyeux et c’était bon. Mais je me réveillais, et la vie, amputée d’un de mes fleuves, continuait.

Et puis je suis devenue adulte. J’ai voulu me marier. Et ce passage initiatique m’a ouvert la voie. Comme une évidence, j’ai su que c’était à cette occasion qu’il me fallait agir. Faire un geste. Il serait peut-être ignoré, ce geste. On le balayerait sans doute d’un revers dédaigneux, ou pire, silencieux. Mon coeur saignerait abondamment. Mais ne saignait-il pas déjà en un lent goutte à goutte?

Je n’ai pas eu le temps de tendre cette main. Mon second fleuve m’a ouvert les bras en premier. Cette convergence, cette coïncidence, après toutes ces années de vide, de rien, ce fut la bouée à laquelle je me suis accrochée pour sauter à l’eau. Sans hésitation. Je savais que je boirais la tasse. Que l’eau serait froide. Qu’au début, je me fatiguerais en des mouvements désordonnés pour joindre les deux berges. Mais j’ai sauté.

sea-2312623_1920

J’ai bien fait. Je savais que cette amitié valait la peine que je la rejoigne et que je l’abonde. Je savais qu’elle en valait l’effort et l’énergie. Nous nous sommes retrouvées. Nous avons parlé, beaucoup. Puis, peu à peu, nous avons réappris à rire et à pleurer ensemble. Nous sommes devenues mamans. Nous avons scellé notre amitié réparée par nos enfants, en nous choisissant comme marraines respectives. Nous avons connu des déboires, de grandes souffrances, des joies profondes, nous les avons partagées. Quand j’ai eu trop mal, j’ai pu déposer quelques uns des ces cailloux qui défiguraient mon paysage au coeur de ses propres eaux. Elle les a recouverts, ces cailloux, elle les a polis, sans jugement, elle m’a aidée à gommer leurs aspérités, et désormais, ils reposent au creux d’elle, comme un souvenir, un témoignage qui nous relie et qui nous prouve que nous avons eu raison de prendre le risque de souffrir en nous recontactant.

La vie m’a offert un précieux cadeau: elle m’a appris que réparer une amitié brisée était possible. Ça n’a pas été facile. Ça a été long, et hésitant. Ça laisse une petite cicatrice qu’on caresse parfois en se remémorant toutes ces années de silence, qui j’en suis sûre, ont été utiles, sans lesquelles nous n’aurions pas été prêtes pour l’ultime tentative.

Si toi aussi, tu portes en toi la souffrance d’un lien rompu ou effiloché, si ça te hante, si tu sens au fond de toi qu’il faut tenter une réparation, jette-toi à l’eau. Qu’as-tu à perdre que tu n’aies déjà perdu? Une amitié qu’on essaie de reconstruire, c’est refuser l’échec, la fatalité, c’est accepter d’être éprouvé à nouveau sûrement un peu, beaucoup, pour récolter, peut-être, un bout de bonheur à la clé. C’est n’avoir aucun regret. C’est comprendre que tout n’est pas de notre ressort. C’est déposer un peu de sa propre confiance en l’autre et en la vie sur le chemin, et voir ce qu’il en advient.

À toi, M. Merci de nous avoir laissé une seconde chance.

 

questions existentielles (1)


40 réflexions sur “Peut-on réparer une amitié brisée?

    1. Exactement, je le souligne d’ailleurs dans mon article, en même temps que je tais deux timides tentatives pour reprendre contact. Tellement timides que je les avais oubliées. La première venait de moi, la deuxième de mon amie. Ni elle, ni moi n’étions prêtes à ce moment. La 3ème fois fut la bonne.

      J'aime

      1. Très bel article. J’ai connu des « ruptures amicales » moi aussi. 2 amitiés en particulier qui n’ont pas résisté à l’éloignement. C’est vraiment triste, une vraie déception, et c’est vrai qu’on en rêve souvent, mais je ne sais pas si je serai capable de renouer après tant d’années. Bravo à toi et à ton amie.

        Aimé par 1 personne

      2. Oui, c’est très triste quand on doit faire un vrai deuil. Tu renoueras si tu le sens. Une chose est sûre: ton inconscient te parle. Je te jure que du jour où nous avons définitivement repris contact, je n’ai plus JAMAIS rêvé de mon amie. Du jour au lendemain. Alors que ça m’avait hantée pendant plusieurs années.

        J'aime

  1. Je ne me lasse jamais de ton style d’écriture.
    Concernant cette amitié retrouvée, je pense qu’on est plusieurs à avoir connu ces passages à vide suivis d’un renouveau. Cela me semble assez normal finalement car pour grandir, il faut parfois se détacher de ce qui nous retient à notre passé.
    Des bises

    Aimé par 1 personne

    1. Quelle jolie façon de nous faire partager ton expérience de l’amitié !
      Moi non plus je n’ai pas connu de rupture franche, mais un éloignement progressif du à la vie elle même. Néanmoins, cela fait quelque temps que les ponts se reforment, petit à petit, anecdote par anecdote. Je pense avoir davantage souffert en amitié que mes « moitiés », la faute à mon tempérament entier, mais j’ai appris à m’en remettre. Et quel joli cadeau quand les liens se reforment des années plus tard !

      Aimé par 1 personne

      1. Par quel biais ces relations se reconstruisent-elles? Réseaux sociaux? Ils peuvent être d’une grande aide dans ces cas-là, la reprise de contact se fait plus en douceur, virtuellement et facilite les choses! Quant au côté entier de la personnalité qui joue dans la façon de vivre ces relations, ce n’est pas moi qui le contredirais!

        J'aime

      2. Une journée à coudre ce p*#%^ de déguisement pour les conscrits de num1, je prends enfin le temps de te répondre !
        Un peu par hasard a vrai dire, et en partie grâce aux réseaux sociaux oui. Un anniversaire souhaité, un post liké, un café pub puis une course à pied partagée… petit à petit l’oiseau a refait son nid 🙂 pas encore aussi fort qu’avant, mais n’a-t-on pas la vie devant nous ?! (Ah, on me dit dans l’oreillette que cette information n’est pas confirmée, et qu’il s’agirait donc d’accélérer le mouvement, dans le doute… 🙂 )

        Aimé par 1 personne

      3. Ahaha, j’ai vu sur FB, d’ailleurs tu m’impressionnes, c’est le genre de truc dans lequel je ne me lancerais jamais!!
        C’est super cette reprise de contact via les réseaux! Comme quoi ils ne sont pas si inutiles qu’on le dit 😉

        Aimé par 1 personne

    2. Merci Cécilia. J’ai également connu des liens distendus, je trouve qu’il est beaucoup plus simple de reprendre contact dans ces cas-là, on ne fait que poursuivre quelque chose en suspens, là, il a fallu recoudre chaque brin déchiré. Ca demande beaucoup d’effort, de confiance et d’humilité.

      J'aime

  2. Oh, merci à toi pour cet article sur l’amitié. Effectivement il y a des amitiés qui traversent les années sans prendre une rides. personnellement j’ai une amitié à laquelle je tenais mais à un moment donné quand ça ne va plus qu’à sens unique et que tu ne sens plus le petit truc. C’est pas grave non plus, c’est la vie. Et qui sais, peut être un jour nous nous retrouverons. Ou pas 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Mon premier fleuve est de ces amitiés toujours jeunes et vigoureuses malgré le temps. Je chéris le fait que ces deux grandes relations n’aient pas suivi le même chemin. C’est aussi ce qui fait leur richesse!
      Je crois qu’on a tous vécu ce que tu décris, et dans ces cas-là, mieux vaut laisser la vie faire son oeuvre, et en général, elle le fait très bien.

      Aimé par 1 personne

  3. J’ai eu la chance de ne jamais connaître ce genre de ruptures d’amitié franches, les amitiés que j’ai perdues se sont délitées dans le temps, sans mal, juste parce que nos chemins se sont trop éloignés, sans heurts. Mais c’est un beau témoignage d’optimisme!

    Aimé par 1 personne

    1. C’est certain que quand ça se passe comme ça, il y a moins de souffrance, chacun va son chemin et personne ne ressent le moindre besoin de combler quelque chose. Cette rupture est à l’image de notre amitié: nous sommes deux personnalités entières, et puis nous avons énormément mûri, mais je trouve magnifique de nous ayons réussi la transition vers l’âge adulte.

      J'aime

  4. Très joli texte !! Pour ma part les rares (pour ne pas dire la seule) relations brisées ont en fait été de véritables libérations… Il y a parfois des relations toxiques – un peu comme certaines relations amoureuses finalement – dont il n’est pas facile de se défaire, et même si je regrette certains bons moments je réalise aussi qu’on se tirait mutuellement vers le bas… Ce qui m’a aussi permis d’identifier les relations riches et qui me portent, et les chérir – sans doute jamais assez d’ailleurs, ton texte est aussi un peu un rappel, alors merci !!

    Aimé par 3 personnes

    1. Ton commentaire te fait penser à d’autres types de relation, hors amitié, que j’ai volontairement coupées pour les mêmes raisons que toi. Oui, tu as raison, rupture peut valoir libération. Mais cette leçon de vie m’a appris à ne fermer aucune porte complètement. Et comme tu le dis si bien, à chérir les personnes que la vie met sur notre chemin!

      Aimé par 1 personne

  5. Quel joli article ! Cela a du vous demander du courage à toutes les deux. J’ai connu des périodes (longues parfois) d’éloignement, mais jamais de ruptures douloureuses en amitié. En revanche, j’apprends désormais à accepter que certaines amitiés s’étiolent, du fait de la distance, des choix de vie… C’est ainsi.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci! Oui, les retrouvailles ont été spéciales, ni froides ni chaleureuses, il a fallu réapprendre à se parler, on s’est quittées à peine sorties de l’adolescence, on s’est retrouvées adultes. Mais ça a très vite recollé, et puis on l’a senti, sans quoi on n’aurait pas insisté je pense.
      Moi aussi j’ai appris à laisser partir certaines relations. Je trouve qu’on sent vite quand il ne faut pas insister. Le temps se charge de faire le reste!

      Aimé par 1 personne

  6. J’adore ton texte. C’est super que tu as réussie à reprendre une amitié qui avait mal fini. J’ai une amitié qui est un peu comme ça avec une amie. On c’était brouillée pour des idioties et on c’est perdu de vue presque huit ans et il a fallut qu’on se retrouve toute les deux à Lyon pour renouer notre amitié même si j’avoue qu’il y a quelque chose de casser entre nous et même si ça fait plusieurs années que nous avons renouer. Par contre j’ai une autre amie que je connaissais de l’enfance et que j’avais un peu perdu de vue à l’adolescence et que j’avais eu envie de renouer quelque temps avant mon mariage mais qui ne m’a jamais répondu à mon mail et je trouve ça dommage car c’est quelqu’un que j’appréciait beaucoup, mais bon ce sont les aléas de la vie.

    Aimé par 1 personne

    1. C’était ma plus grande crainte. Que ça ne soit plus comme avant, qu’il y ait quelque chose de cassé. J’avais peur que tout ce qui s’était passé entre temps ne soit pas « rattrapable », comme si une somme d’événements pouvait éloigner d’eux-mêmes deux personnes. Mais j’ai compris qu’il y a des relations sur lesquelles le temps n’a pas de prise. Bien-sûr que ce n’était plus comme avant, on avait changé, grandi. Mais au fond, la flamme: la même.
      C’est dommage que tes deux tentatives de renouement n’aient pas été fructueuses. Je sais qu’une absence de réponse n’est pas très bon signe, j’ai toujours eu horreur des silences. La dignité impose de répondre à quelqu’un qui a fait l’effort de nous dire un mot.

      J'aime

      1. De mon point de vue, moi aussi par courtoisie je répond lorsqu’une personne avec qui j’ai été amie m’a sollicité mais pour cette personne, à priori, je ne devais pas être si importante à ses yeux, c’est dommage mais c’est ainsi. Quoi qu’il en soit c’est top si ton amitié a pu dépasser les incompréhensions qu’il y a pu avoir entre toi et ton amie et que votre amitié soit restée comme auparavant, je pense que c’est ça la clé de l’amitié ^^.

        Aimé par 1 personne

      2. Je pense que quand on a de l’estime pour quelqu’un, on lui répond. C’est tout. Le silence est difficile à vivre, mais c’est l’un des meilleurs moyens de faire le tri, même si c’est un tri provisoire.
        Je dirais qu’aujourd’hui notre amitié est plus forte qu’avant parce qu’elle connaît ses failles, elle sait qu’elle doit être protégée.

        J'aime

  7. Ton article est magnifique, touchant, poétique… j’aime énormément. Tu as bien de la chance que cette amitié se soit réparée. J’ai perdu des amis aussi quand on a grandi. On s’est fait des reproches, le reproche surtout de ne plus être là pour l’autre. On s’est promis de tout arranger. Mais la douleur était trop vive. Cruelle déception. J’ai essayé, à nouveau… c’était fini. Profite bien de ton amie.

    Aimé par 1 personne

    1. Wahou, merci. Beaucoup. Tu as eu raison d’essayer de reconstruire quelque chose. Il ne faut pas avoir de regret et suivre son instinct. Nous avons eu de la chance, notre amitié à la base est un peu un « coup de foudre » et je pense que les bases étaient là. L’humour, la façon de voir la vie…ça ne peut pas être totalement bouleversé par les années qui passent.

      Aimé par 1 personne

  8. Cet article est superbe! J’ai connu également une amitié dont le fleuve s’est tari. Pas vraiment de tourments, de pleurs, mais des rencontres de part et d’autres qui font que nous nous sommes éloignées, des vies bien différentes, des rancoeurs (désormais oubliées),…
    Aujourd’hui, nous sommes encore « loin » l’une de l’autre mais savons toutes deux (je l’espère) que quoi qu’il arrive nous faisons partie de nos vies respectives, que nous ne nous oublions pas et que nous serons toujours là si l’une de nous deux tombe.
    Merci de me rappeler l’importance de l’amitié, je m’en vais, de ce pas, l’appeler…

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup! Tu soulèves là un point assez important: le fait qu’autrui puisse éloigner deux personnes. Ce n’est pas un hasard si certaines ruptures ont lieu à la charnière entre l’adolescence et l’âge adulte, c’est vraiment à ce moment que les chemins peuvent s’éloigner par des rencontres incompatibles, dans lesquelles on ne trouve pas le miroir de l’autre.
      C’est bien que tu aies fait la paix avec ces rancoeurs, la paix avec cette relation, te dire qu’elle est comme ça, « de loin », mais qu’elle a quand-même une force.

      J'aime

  9. Ton article résonne en moi… Il y a trois ans, une amie que je connaissais depuis une dizaine d’années a cessé tout d’un coup de me parler (je tombais toujours sur le répondeur, mes mails restaient sans réponse). J’étais enceinte de ma benjamine, il y a eu ses problèmes de santé qui ont commencé dès sa naissance et j’ai mis encore quelques semaines à remarquer que je ne me souvenais même plus de notre dernière conversation au téléphone. J’ai réessayé de la contacter, aucune réponse, j’ai fini par passer par sa cousine (que je connaissais un peu) et là, j’ai eu un mail me disant qu’elle ne voulait plus aucun contact avec moi et que ce n’était pas de ma faute. Deux lignes ! Je ne sais pas ce qui s’est passé et c’est vrai que ça reste douloureux pour moi. Mon homme me dit qu’un jour ou l’autre, elle me recontactera. Je n’en sais rien mais j’ai en tout cas le sentiment que c’est encore trop tôt.
    Merci de m’avoir donné un peu d’espoir avec ton article !

    Aimé par 1 personne

    1. Ce silence…je crois que c’est ça le pire. Ne pas savoir, ne pas comprendre pourquoi. Moi non plus j’avais rien compris, même si je me doutais de certaines choses, au fond ça m’a torturée, ce qui explique pourquoi j’en ai autant rêvé. Je suis d’accord avec ton homme. Elle doit avoir besoin de faire la paix avec ses démons. Il est rare qu’une rupture aussi douloureuse finisse sans explications. Le défaut d’explication, en général, c’est quand on s’éloigne doucement, personne n’a besoin d’expliquer quoique ce soit. Garde espoir et si je puis me permettre: retente. Une fois, deux fois, quand tu le sentiras. Ce ne sera peut-être pas le bon moment pour elle, mais elle saura qu’une porte reste ouverte.

      Aimé par 1 personne

      1. Exactement ! On avait déjà eu une fois ou deux des tensions mais on en avait parlé très ouvertement et réglé très rapidement le problème. Quand j’ai pris conscience que je n’arrivais plus à la joindre, je me suis vraiment inquiétée pour elle et je me suis demandée si elle était hospitalisée, dans une secte ou en prison ! Je ne pouvais pas du tout imaginer qu’elle ne m’explique pas un minimum pourquoi elle ne voulait plus de contact avec moi. Le pire, c’est que je n’ai même pas de piste de mon côté. Je la recontacterai peut-être quand je me sentirai vraiment en paix.

        Aimé par 1 personne

      2. C’est violent, comme situation. Laisse passer du temps, tu as raison. Tu ne seras peut-être pas plus éclairée qu’à présent mais au moins tu seras apaisée. Je te souhaite que l’issue soit aussi heureuse que la mienne.

        Aimé par 1 personne

  10. Quel magnifique article! Il m’a mis les larmes aux yeux. Je suis comme toi, j’ai deux meilleures amies, des amies d’enfance, qui me connaissent par coeur. J’ai également gardé presque toutes mes amies de collège, c’est une chance précieuse. J’ai connu une amitié brisée que j’ai essayé de réparer il y a deux ans, mais je me suis heurtée à du mépris, voire de la haine de la part de la personne concernée. Figure-toi que j’ai ravalé ma fierté, que j’ai continué à lui écrire, à lui envoyer des perches, tous les ans, et tous les ans, la même absence de réponse, ou des moqueries. Depuis plusieurs années, j’ai cessé de m’infliger ça et je me suis fait une raison . Je me dis que je n’ai vraiment rien à me reprocher, j’ai tout tenté! L’essentiel est de ne pas avoir de regrets 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Wahou, merci ma Frau! Je peux te dire que j’en ai versé des larmes en l’écrivant! Mes deux meilleures cop datent du collège et du lycée. Au primaire, j’étais dans le privé, et le décalage social s’est révélé trop grand au final pour que les relations se poursuivent dans le temps. Pour ton amitié brisée, je t’admire d’avoir insisté. Dans ce genre de situation, j’insiste si je n’ai pas de réponse, ou une réponse laconique. Mais si je me prends un mur, voire les réactions que tu décris, ça me refroidit, ça me glace, même. Au moins, tu en es SURE, ça n’en valait plus la peine!

      J'aime

  11. Je prends enfin le temps de répondre à ta magnifique déclaration !
    Non pas que je n’avais pas le temps avant mais je tiens à ce que ma réponse soit à la hauteur de ton écrit. Il est tout simplement sublime et je reste sans voix.
    Beaucoup de larmes ont coulé. Beaucoup d’émotions refont surface.
    Pas mal nous ont reconnues et ont envoyé un message en me disant « c’est toi ??? »
    Oui. C’est moi. J’ai pas eu envie d’en dire plus.
    Juste à toi : Merci. Merci d’avoir ouvert tes bras. Merci à toi aussi de nous avoir laissé une deuxième chance. Merci d’avoir été là. Merci d’être là encore aujourd’hui. Merci d’être toi. Merci pour cette leçon de vie que je saurai transmettre à mes filles. Tu m’as poussée dans mes retranchements et tu as su me faire grandir.
    La vie est parfois surprenante et sème sur nos chemins de petites pépites qu’il faut savoir saisir.

    Aimé par 1 personne

    1. Ton amie doit en avoir les larmes aux yeux. C’est très touchant. Je suis allée lire ton article car il me parlait, il y a de nombreuses amitiés que j’aurais aimé voir renaître ; et pour certaines d’entre elles j’ai essayé, en vain. Je me suis excusée de ce que j’avais pu faire de blessant. Même si la personne concernée ne voulait pas de mes excuses au moins je me déculpabilisais de ce que j’avais fais. Parfois c’était l’autre qui avait été blessante, et pour celles dont je n’ai jamais reçu d’excuse je n’ai jamais rien fait… Alors je me suis dis que sur la route, je trouverai de nouvelles amitiés, plus belles encore. Et ce fut le cas, aujourd’hui j’en prends davantage soin car j’en connais bien mieux la valeur désormais…

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, elle a pleuré en le lisant, puis encore plus en le relisant (une fois que je n’étais plus là 😉
        C’est une très belle démarche de s’excuser, certains ne franchissent jamais le pas, mais tu as raison, même si ça ne permet pas de reprendre une relation, ça répare quand-même quelque chose.
        La vie nous fait sans cesse croiser de belles personnes mais mes amitiés historiques ont une force et un poids bien particuliers.

        J'aime

Répondre à 3kleinegrenouilles Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s