Tu as 6 ans

Je croyais qu’il me serait difficile de t’écrire ces mots et de les afficher ici. Et finalement non, ils sont venus seuls, pressants, pour témoigner de ce que peut être une relation maman-enfant qui ne va pas de soi.

Ma cadette, tu as 6 ans. Chaque année qui t’éloigne de ta petite enfance me ravit. Je n’éprouve aucune nostalgie du temps où tu étais petite. Tes trois premières années ont été si difficiles. Je ne devrais pas, mais j’aspire à te voir grandir, je me dis qu’avec les années qui passent, tu la trouveras peut-être enfin, ta place.

Toi, ma position reflet dans la fratrie, celle que je ne comprends pas, celle qui me pousse dans mes retranchements, celle qui me fait puiser dans mes dernières ressources de patience, de bienveillance, de décodage.

Je croyais t’avoir percée à jour, mais ce n’est toujours pas le cas. Tu as une personnalité enchevêtrée et changeante, il est difficile de te suivre, avec toi les jours, les semaines et les mois sont en dents de scie. Plus le temps passe et plus je comprends qu’il est vain de croire que tu nous provoques ou que tu le fais exprès.

Avec toi, j’ai découvert la parentalité âpre, opaque, celle qui ne va pas de soi, celle qui nous pousse à nous interroger, chaque jour, à nous améliorer, sans cesse, celle qui ne nous laisse jamais nous reposer sur nos acquis.

J’ai découvert quelle exigence ce pouvait être d’avoir un enfant. Quelles parties de nous-mêmes peuvent nous être renvoyées à la figure, comme un miroir qui nous dévoilerait nos plus grandes forces et nos plus grandes faiblesses.

Car tu es l’une des personnes les plus complexes que je connaisse.

Être ta maman a évidemment été synonyme de beaucoup de bonheur. Être ta maman a aussi été très difficile. Être ta maman a été bouleversant. Être ta maman a été épuisant. Être ta maman a été déstabilisant. Mais être ta maman m’a appris à être une version plus aboutie de moi-même. Toutes les remises en cause de ma maternité viennent de toi. Toutes mes tentatives d’être une meilleure maman viennent de toi. Tous mes essais de changement, c’est toi qui les a impulsés. Tu m’as fait puiser au fond de moi-même des ressources insoupçonnées, des idées nouvelles, des tactiques innovantes, parfois évidentes, parfois absurdes.

Pour que je sois à la hauteur de l’amour que tu mérites.

Ma petite fille, j’en ai fait des erreurs à tes côtés, on en a traversé des tempêtes, et je sais qu’on en traversera encore. Mais avec toi, l’inconditionnalité de l’amour a pris toute sa dimension. Je t’aime au-delà de tout ce que tu peux faire, au-delà de tout ce que tu peux dire, au-delà de tout ce que ça peut provoquer chez moi.

Tu ne seras jamais un fleuve tranquille, et en cela tu me ressembles. Chez moi, c’est plus intériorisé, mais quand j’y pense, ce sont les mêmes bourrasques émotionnelles qui nous traversent. Je te souhaite de trouver ta place, ta propre identité, je ferai tout pour t’y aider.

Deviens toi-même, mon petit coeur.

img_5218


36 réflexions sur “Tu as 6 ans

  1. Tu exprimes si bien ces sentiments que je partage pour ma num2 qui, elle aussi, a tellement de mal à trouver sa place, à se faire comprendre, à exprimer ses sentiments et à gérer ses frustrations… Elle qui me ressemble tellement aussi. Merci de nous rappeler qu’ailleurs non plus, ça n’est pas simple tous les jours 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Non, même si tout à l’air rose et lisse vu de l’extérieur, c’est loin d’être le cas et je voulais aussi témoigner d’une situation intrinsèque qui va bien au delà d’une crise (des 2 ans, des 4 ans, d’opposition). Merci pour ton retour!

      J'aime

  2. Très bel article, tellement vrai et émouvant. Il me fait penser à mon aîné qui nous provoque beaucoup et est très émotif. C’est difficile de trouver sa place dans une fratrie et dans la vie ensuite… Joyeux anniversaire à cette grande fille !

    Aimé par 2 personnes

  3. Très beau texte. Oui en effet être parent, ce n’est pas toujours rose, certains enfants sont « gratifiants » d’entrée de jeu, avec d’autres la relation est moins évidente… C’est le mystère des personnalités. Mais ce qui est certain c’est que votre réponse en temps que parents et votre amour inconditionnel façonne votre future relation avec elle, adulte.
    C’est certainement une petite fille à la sensibilité très vive, habitée par des torrents émotionnels qu’elle extériorise de cette manière. Plus tard, elle sera sans doute heureuse de voir le reflet de ce qui la traverse dans des romans, ou sans doute elle aimera exprimer tout cela dans une activité artistique ?
    Je me disais aussi en te lisant, que c’est tant mieux (même si c’est dur pour vous) qu’elle se sente autorisée à exprimer cette violence, plutôt que de devenir une bombe à retardement. Ça prouve qu’elle se sent en sécurité avec vous 🙂
    Bon anniversaire alors petite fille du milieu au si beau prénom !

    Aimé par 1 personne

    1. Je fais tout pour lui donner le cadre le plus sécurisant possible, mais sans comprendre ce qu’on fait, sans savoir où l’on va, c’est très compliqué certains jours. On a déjà réfléchi à lui faire faire du théâtre. On attend qu’elle entre en élémentaire pour franchir le pas. Merci beaucoup pour tes mots ❤️

      J'aime

  4. De très jolis mots pour une relation qui doit être bien plus courante que l’on ne le lit sur les blogs… Quelque part c’est courageux d’aller à contre sens en écrivant que tout n’est pas toujours rose, et qu’il n’y a pas qu’un sens dans la parentalité ; de l’autre, c’est naturel, et terriblement authentique, et c’est pour ça que les mots viennent tous seuls, car ils viennent du coeur. C’est visiblement une relation complexe que vous avez, mais très riche car elle vous fait évoluer à deux. J’espère que ses tempêtes sauront s’apaiser avec le temps pour qu’elle trouve cette place qui est la sienne : et les signaux m’amènent à croire que ce sera une de ces personnes qui sortent du lot, et qu’on n’oublie pas!

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai écrit ce texte d’un seul jet et ne l’ai pas retravaillé. Ça fait du bien de mettre tout ça à distance et de se rendre compte que l’essentiel est là. C’est comme si notre relation avait un potentiel qui n’a pas encore éclos.
      Tes mots sont très justes. Merci ❤️

      J'aime

  5. C’est un très joli billet et je comprends à travers celui-ci combien les tempêtes ont dû souffler fort dans ton cœur de maman. Que de remises en question qui prouvent comme la compréhension parent-enfant n’est pas toujours innée. Certaines sont évidentes, naturelles, presque animales tandis que d’autres se forgent au fil du temps.
    Joyeux anniversaire à ta puce !

    Aimé par 1 personne

    1. Ce fut terrible en effet, certains de mes proches, qui m’ont récupérée après certaines d’entre elles, s’en souviennent sûrement. Mon mari, moins présent au quotidien, en a moins souffert. Quant à moi, j’ai été pendant de nombreux mois la falaise contre laquelle venait se briser sa fureur. Nos relations se sont apaisées mais sont encore loin d’être évidentes. On fait ce qu’il faut pour continuer sur la bonne voie! Merci pour ton retour! 😊

      J'aime

  6. Quelle jolie déclaration! Je n’ai aucune idée de ce que deviendra cette petite fille mais il y a une chose dont je suis sûre c’est qu’elle aura en mains toutes les clés pour devenir qui elle est. On n’imagine pas en ayant des enfants qu’ils puissent nous éprouver psychologiquement à ce point , du moins moi je ne l’imaginais pas et je crois que je ne suis pas au bout de mes surprises…Et en même temps, ce sont ces questionnements et ces remises en cause qui nous font avancer! Je vous souhaite à toutes les deux de tracer votre route à vous..

    Aimé par 1 personne

    1. J’espère qu’elle s’apaisera avec le temps. Ma plus grande crainte c’est que ces errances lui laissent une béance qu’elle ne saura jamais combler. Moi non plus je n’aurais jamais imaginé du haut de mes 28 ans pouvoir être à ce point poussée dans mes derniers retranchements. Ce n’est certes pas ainsi que j’imaginais ma relation avec elle, quand je l’attendais. Mais c’est vrai qu’elle nous pousse à l’action, elle nous pousse à améliorer l’ensemble de notre cadre familial! Merci
      pour tes mots Lucie ❤️

      J'aime

  7. ouffff ! ça change des déclarations habituelles qu’on lit sur la toile !. il est clair que nos enfants nous poussent dans nos retranchements, c’est en tout cas le sentiment que j’ai avec les miens parfois, même si ça se passe bien, il y a eu et il y aura sans doute des passages extrêmement compliqués. Elle a bien de la chance de t’avoir en tout cas, que tu te remettes en question, et que tu ne sois pas de ces parents qui font d’une certaine manière et tant pis pour l’enfant si ça ne va pas. mais les personnalités les plus complexes donnent à coup sur de belles personnes, qui feront bouger les lignes . lesquelles je ne sais pas, ça sera à elle de trouver sa cause. bel anniversaire à elle ! elle est du 28?

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, elle est du 28! C’est vrai qu’avec elle, ce ne sont pas simplement des périodes qui sont difficiles, c’est l’ensemble de notre relation qui est délicate, et l’ensemble des relations avec le reste de la famille d’ailleurs. Le quotidien n’est pas horrible, loin de là, il y a une amélioration globale depuis ses 3 ans, mais on est encore loin de rapports apaisés et sereins. J’espère qu’elle sera de ces personnes que tu décris! Merci pour ton retour!

      J'aime

      1. Je ne peux qu’imaginer en effet.. quoiqu’il arrive, tu ne peux pas tout « régler » en tant que mère non plus. Il y a bien des choses qui nous échappent en tant que parent, et c’est difficile a accepter mais pourtant il le faut… en même temps, étant née à la même date que moi, je me dis qu’elle a forcément un atout majeur !! 🙂

        Aimé par 1 personne

      2. Ta phrase « tu ne peux pas tout régler » me fait du bien. Parce que dès que ça va pas je me dis que c’est forcément de ma faute, que j’ai raté un truc, merdé sur un tournant…et pourtant elle est aussi responsable de ce qui se passe. Et à présent, sachant ce qu’elle a en commun avec toi, j’en suis sûre: elle est et sera exceptionnelle 😉

        Aimé par 1 personne

      3. bon dieu quand nous lachera cette culpabilité maternelle qui nous fait dire que nous sommes responsable de tout ce qui se passe, et de tout ce qui ne se passe pas ? comme si les mères étaient toutes puissantes ! mais heureusement et malheureusement, nous ne le sommes pas…

        Aimé par 1 personne

      4. Mais tout le discours ambiant tend à nous le faire croire! Moi je dirais heureusement nous ne le sommes pas! Je ne veux pas être la seule responsable des effets de l’éducation de mes enfants! Trop lourd à porter!

        J'aime

  8. Très beau texte et très émouvant! ! Tu sais que je peux vivre la même chose avec ma grande 😉 je trouve que ça va de mieux en mieux de mon côté. L élémentaire lui faut du bien même si le trop plein d émotion peut encore frapper… j’espere que ce cap aidera aussi ta puce! Plein de bisous

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai beaucoup pensé à toi en l’écrivant. Tu es l’une des rares personnes autour de moi à ne pas simplement vivre « une crise » passagère mais à devoir composer avec cette situation pérenne. On va passer par la même case que vous. Et j’espère que l’élémentaire lui fera du bien, comme à ta grande 😊

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s