Ecologie: mon expérience au ministère en 5 infos choc

La responsable presse de la Pétanque gastronomique (mais si, là, tu te souviens?) m’a conviée à un colloque environnemental au ministère de l’écologie, organisé par WECF. J’ai accepté de suite, parce que le colloque traitait de problématiques à la fois féminines et maternelles, bref, il ciblait mon lectorat à 97% (coucou messieurs). J’y suis allée parmi la presse, avec la ferme intention de te ramener des infos qui changent de ce qu’on peut lire ça et là, bref, des exclus pour mieux te protéger ainsi que ta petite famille, parce que je t’aime, tu sais.

Le contexte

Franchement, aller au ministère de de la transition écologique et solidaire -soyons précis-, c’est hyper sympa. C’est en plein centre de Paris, donc on y est très vite en transports, et puis bon, c’est la classe quoi. J’ai été accueillie dans une salle de conférence magnifique, avec café, thé, muffin aux myrtilles (j’ai ruiné ma robe en cinq minutes en faisant plein de miettes), dossier de presse, casque de traduction, voisins et voisines (surtout des femmes d’ailleurs, pourquoi la santé reste-t-elle leur apanage en terme de préoccupation?) constitués en grande partie de professionnels de santé (médecins, sage-femme) et de journalistes spécialisés. Autant te dire que quand je me suis présentée pour réclamer mon badge au nom de la blogueuse Maman Lempicka, je me suis sentie en plein dans le syndrome de l’imposteur.

Mais j’étais heureuse d’être là, et c’est un euphémisme. Dans un lieu prestigieux, entourée de personnes spécialistes et compétentes, confortablement assise et très bien nourrie à coup de buffet vegan et de boisson détox, avec pour seul but celui de me cultiver, j’avais l’impression que j’étais née pour être là, à ce moment précis.

WECF

Ce réseau international d’organisations féminines et environnementales existe depuis 10 ans (ouais, en fait j’ai été invitée à l’anniversaire, d’où les muffins aux myrtilles), et s’est fait connaître notamment par son action d’envergure pour des jouets éco-conçus (ils ont d’ailleurs publié un guide que je t’invite à consulter sur cette page). L’une des membres du conseil d’administration de WECF France a d’ailleurs travaillé pour le magazine 60 millions de consommateurs, qui, tu le sais, a relayé de nombreux scandales sanitaires et environnementaux ces dernières années. La spécificité de cette organisation est d’envisager les problèmes environnementaux sous l’angle du genre, partant du principe que les femmes doivent être plus que jamais les initiatrices et relayeuses des actions et changements en faveur de la santé et du développement.

Les infos

Mon but n’est évidemment pas de te faire un compte-rendu journalistique. Ce n’est pas mon rôle, ni mon métier. Je vais tout simplement tenter de te faire passer des infos déprimantes de façon sympatoche.

On est dans la merde.

On va tous crever, et sûrement plus tôt que prévu. Ça, ça a été le constat de départ, sans angélisme, sans s’épargner, pour regarder la réalité en face. Ce constat là, on le connaît tous: réchauffement climatique, perturbateurs endocriniens, insuffisance des initiatives politiques… Nous avons de nombreuses sources d’informations à notre disposition. Mais je tenais tout de même à te relayer cinq sujets qui ont été autant de petites gifles pour moi:

On sait qu’on va droit dans le mur depuis 27 ans avec les perturbateurs endocriniens

C’était en 1991…j’avais 7 ans. Depuis 27 ans, on sait que les perturbateurs endocriniens ont des effets délétères sur la santé, le développement du foetus, qu’ils sont responsables de cancers, de cas d’autisme, de troubles du développement, de déficits d’attention, d’infertilité, d’hyperthyroïdie. Ça fait longtemps que t’entends parler de ces merdes, toi? En tout cas, c’est sûr, ça fait pas 27 ans.

On est de plus en plus con

Nan, y’a pas d’issue. Pas la peine de regarder ton conjoint, hein. T’es inclus dedans. Oui, notre QI est en baisse, à l’échelle internationale. Je sais pas pour toi, mais pour moi, c’est une info terrible. On ne parle pas de troubles de développement disséminés ça et là  dans la population, non, on parle d’une baisse généralisée du QI à l’échelle de la planète. Je t’explique.

Les hormones thyroïdiennes entrent en jeu de façon majeure dans le développement du cerveau. Elles jouent un rôle dans la création, la multiplication, la connexion des cellules lors de la grossesse, surtout lors des quatre/cinq premiers mois. Or, toutes les femmes sont contaminées chimiquement. Le liquide amniotique est un véritable cocktail, dans lequel le bébé baigne, et où l’on retrouve PCB, pesticides, perturbateurs endocriniens (et je t’ai pas noté tous les noms des merdes qu’on y trouve, certaines m’étant totalement inconnues). Ces derniers ont une composition moléculaire très semblable à celle de l’hormone thyroïdienne. Ainsi, ils viennent se greffer sur elle, voire la remplacent à terme, et c’est autant de capacités en moins pour la construction du cerveau qui se joue dès les premiers mois de la conception.

pregnant-1245703_1920

Les maternités ne remplissent pas (toujours) leur rôle en matière de prévention

Les maternités sont des lieux, où, en tant que jeunes parents ou parents débutants, on s’attend à pouvoir avoir accès à des informations, des produits et des conseils sécurisés en matière de santé pour soi-même et son bébé…tu vois où je veux en venir? Comment les informations protégeant la santé peuvent-elles se diffuser dans la population si l’on trouve du Mustela et des Pampers bourrés de substances nocives dans les chambres? De manière générale, les sages femmes présentes m’ont témoigné d’un manque de formation des professionnels de santé, et donc d’un manque de diffusion de l’information auprès de la population. Mais les choses changent, notamment en Nouvelle Aquitaine.

La substitution n’est pas (forcément) une solution

Tu t’es déjà demandé par quoi on avait remplacé les paraben dans nos cosmétiques, ou le bisphénol A dans nos plastiques? Bravo! Malheureusement, la réponse ne prête pas à sourire. Le bisphénol A, par exemple, a été tout simplement, oui, tout simplement remplacé par du Bisphénol S et F, dont on ne connaît absolument pas les effets sur la population. Le seul but, pour les industriels, étant de gagner du temps précieux sur la recherche scientifique. Et ça vaut pour tous les domaines de l’économie. Ouais, moi aussi j’ai regardé mes biberons bizarrement, après ça. Et j’ai culpabilisé. Pour changer.

Les portables provoquent des tumeurs du cerveau

Selon une étude commandée par 16 pays, mais jamais publiée (et pour cause), les (nano) ondes provoquent des tumeurs du cerveau chez les adultes et les enfants. Quant à la 5G, quand elle arrivera, dis-toi bien qu’il s’agit d’expérimentation humaine pure et simple.

Que faire? Mais oui, que faire?

Oui, je sais, c’est déprimant. Mais qui a dit que l’accès à la connaissance se faisait toujours dans la joie et la douceur?

Des conseils, parce qu’il y en a, ont été distillés par une gynécologue, une épidémiologiste, une endocrinologue, une députée (très remontée), une journaliste, un infirmier, une scientifique, mais aussi des sages femmes avec qui j’ai discuté pendant ma pause du midi, tout en me gavant de mignardises:

Membres WECF ngagements

Dans la cuisine

Privilégier l’alimentation biologique et les circuits courts (nan, le bio, c’est pas une lubie de bobos)

Préparer au maximum soi-même

Utiliser des récipients en céramique ou en verre

Ne jamais réchauffer dans un contenant en plastique

Utiliser des biberons en verre, les seuls à l’innocuité vraiment reconnue

Dans la salle de bain

Réduire le nombre de cosmétiques (les coiffeuses et esthéticiennes sont les plus exposées aux cancers et maladies dus aux polluants chimiques, les cosmétiques ont été reconnus responsables de pubertés précoces chez les filles)

Utiliser moins de filtres solaires (je vous avais bien dit que le bronzage était dépassé!)

Ne pas mettre de crème à bébé s’il n’a pas de problème de peau, partir du principe que le moins est le mieux

Laver les cheveux de bébé le moins souvent possible

Dans la maison/le jardin

Ne pas utiliser de produits phytosanitaires

Utiliser des produits ménagers naturels ou bénéficiant de l’écolabel

Réduire le nombre de produits d’entretien

Ne pas utiliser d’insecticide

Privilégier les jouets éco-conçus

toys-706162_1920

Aérer la maison deux fois par jour, si possible en évitant les heures de grande circulation

Privilégier les matériaux de construction ou de décoration labellisés A

Toujours aérer les meubles avant de les monter et de les exposer

Ne pas utiliser de bougies ni d’encens

Et enfin…

Etre particulièrement attentif aux substances chimiques dans les 1000 jours suivant la naissance de bébé

Offrir un portable à ses enfants, et un abonnement personnel le plus tard possible.

Ça ne nous empêchera pas de mourir hein…mais peut-être plus tardivement. Si tu veux aller plus loin, je t’invite à faire un tour sur le site de WECF, où tu auras un aperçu des problématiques traitées, des infos apportées et des solutions proposées.

Sur cet article très jovial et euphorisant, je te souhaite une bonne journée ou une bonne nuit, dans la sérénité et l’allégresse!

QUESTIONS EXISTENTIELLES

42 commentaires sur “Ecologie: mon expérience au ministère en 5 infos choc

Ajouter un commentaire

    1. hey!! c’est pas juste!!! si je suis pas la 1ère à commenter c’est que j’ai lu l’article et j’ai fait un long com’! Ah fuffff!!! je ne serais pas 1ère dans les sondages en fin d’année. Snif snaf snouf…

      Aimé par 2 personnes

  1. bel article que je pense être complet comme je te connais bien.
    Ca me fait toujours flipper ces conférences là, mais la peur n’arrête pas le danger.
    Perso, ça fait longtemps que je suis aux produits ménagers maisons ou écolabel.
    Le plastique…ben j’en ai encore pas mal mais petit à petit j’élague mon placard à boite en plastique. (D’ailleurs, petite question : quand j’achète des « tup » en verre, le couvercle est en plastique. Alors quoi? C’est pas une peu bizarre cette histoire. Il reste toujours un contact avec le plastique.). Sinon, quand je pense que Romain réchauffe ses plats presque tous les midi dans son plat en plastoc…. brrrr va falloir réfléchir autrement.
    Pour les grossesses…bah…trop tard pour moi. J’ai utilisé pampers à l’époque où lillydoo n’existait pas, des cotons jetables (je suis maintenant aux lavables), des crèmes (mais pas trop en fait…mais un peu qd meme),
    Je suis moi même en pleine transition écologique mais je prends mon temps et j’aime bien que ça vienne par phase, par déclic. Chaque chose en son temps tant que ça bouge, que ça évolue.

    Merci pour cet article violet myrtille sans paillettes ( les paillettes, ça pollue, alors on a qu’à les imaginer, c’est bien aussi.)

    Aimé par 1 personne

    1. Je te confirme, j’y pense beaucoup depuis deux semaines, et malgré ce que j’ai appris, j’en conclus que je suis comme toi: les changements ont lieu chez moi petit à petit, à la faveur de prises de conscience progressives et surtout répétées.
      Je trouve absolument hallucinant la progression du discours depuis 2011. En 2011, personne ou presque ne parlait des pertubateurs endocriniens, et si j’avais su (mais je savais pas), j’aurais fait plus attention aux crèmes, aux biberons et cie…et aux produits utilisés pendant ma grossesse. C’est affreux cette culpabilité à posteriori.
      Et je constate que chez toi aussi, l’information écologique ruisselle par la femme. Il paraît que c’est le cas quasiment partout. Ce sont surtout les femmes qui mènent la veille environnementale.

      J'aime

  2. Un article d’utilité publique ! Car si on sait tous ce que nous allons dans le mur, on refuse de voir la réalité en face et on continue à développer ce qui nous tue, et va tuer nos propres enfants ! C’est pour cette raison que, même si je comprends les souffrances de tous sur la cherté de la vie et tout, je ne comprends pas cette propension à occulter cette urgence qui est l’affaire de tous ! Merci pour ces astuces et conseils pour qu’au moins nous puissions contribuer et nous bouger les f… à notre niveau !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton retour. Je pense que l’une des solutions est de consommer moins, vraiment moins, mais mieux. Acheter moins de produits mais de meilleure qualité.
      Si nous continuons à aller droit dans le mur collectivement, c’est parce que l’argent gouverne tout. Absolument tout. On peut agir à notre niveau, mais on ne pourra jamais totalement ni même grandement se protéger…

      Aimé par 1 personne

  3. c’est sympa, au final ça donne juste envie de se suicider. pardon. mais comment l’être humain, censé être le plus intelligent des animaux sur cette terre, peut il causer sa propre perte ? finalement c’est toujours le même schéma qui se répète : on fait, sans penser, imaginer, ou tester les conséquences. on ne va jamais au bout de la réflexion. Oui je sais, j’écris ça alors que je suis assise tranquillement chez moi. Je ne suis pas scientifique, et c’est peut être pas si simple. mais en tout cas, aujourd’hui, avec tout ce qu’on sait, on devrait réfléchir a toutes les conséquences. s’il n’est pas trop tard…. l’être humain est court termiste. il veut des sous dans sa poche pour acheter une voiture et vivre bien. en espérant que ses enfants trouveront la solution pour sauver le monde. ( bon bah je vous laisse, vais m’ouvrir les veines dans la baignoire moi) .

    Aimé par 2 personnes

    1. Hier ça m’a empêchée de dormir. Avant j’avais peur pour moi, maintenant j’ai peur pour mes filles, peur qu’elles n’arrivent pas à avoir d’enfants, qu’elles développent un cancer…alors la seule chose qui reste à faire c’est agir à mon (notre) échelle et croiser les doigts pour le reste…Et je suis d’accord avec toi. L’aspiration au confort et au plaisir sera toujours plus forte que des épouvantails lointains agités ça et là…

      Aimé par 1 personne

    1. J’ai été étonnée, et impressionnée par la verve des gens qui ont pris la parole lors de cette conférence, dans un lieu officiel. On nous a dit qu’on devait demander des comptes à nos dirigeants. Qu’on nous cachait des informations. Que l’argent gouvernait toutes les décisions prises. On n’était pas du tout dans un discours policé, et certains intervenants ont été chaleureusement applaudis. Je trouve que c’est rassurant de pouvoir avoir accéder à ce type d’infos dans un ministère. Tout n’est pas perdu.

      Aimé par 1 personne

  4. Ok, c’est bon, je vais pleurer… Bon, à vrai dire, tu ne fais que confirmer ce qu’on sait ou pense savoir mais c’est tellement déprimant… Je me souviens de mes cours d’éco-tox… Tu sortais en te disant que tu mourrais demain, tu n’auras jamais d’enfant et j’en passe…
    Bref, il est temps d’agir, vraiment… Je crois qu’on va s’y mettre sérieusement!

    Aimé par 1 personne

    1. Je sais, moi aussi je préfère me voiler la face par moments, c’est moins douloureux et moins fatigant…moins culpabilisant aussi, quand tu vois qu’il est trop tard pour agir sur toi ou tes bébés. Je pense qu’il faut le temps de digérer tout ça, et que ça se traduira en actions concrètes, progressivement!

      J'aime

  5. C’est très intéressant cet article. Perso, ça fait déjà un bon moment que je suis au courant de tout ça et que j’ai adapté la plupart de mes habitudes en fonction. Mais je sens un changement depuis quelques mois. Les gens se sentent maintenant d’avantage concernés et c’est une très bonne chose. Après certains diront que ça prend du temps de cuisiner, de réfléchir aux alternatives, ce qui est vrai. Mais beaucoup préfèrent encore fermer les yeux disant que ça prend trop de temps ou que ça coûte plus cher. Après, je pense que tout est une question de priorité. Je t’aurais bien accompagné à ce colloque 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Par quel biais es-tu au courant de tout ça? Car je me renseigne régulièrement sur le sujet et certaines infos m’ont vraiment choquée.
      Je suis d’accord avec toi, la prise de conscience est de plus en plus large, mais il reste des sceptiques (j’en ai dans mon entourage), ou des gens qui ne ressentent pas l’envie ou le besoin de changer, ou n’en ont tout simplement pas les moyens. Mais je suis certaine que tout ça va se diffuser peu à peu largement. De toute façon, il faut modifier nos comportements, on n’a pas le choix…

      J'aime

      1. Je ne serais te dire exactement. Je fréquente les magasins bio depuis longtemps et J’ai des personnes ouverte sur les médecines douces, alternatives. Et puis en fait je pense que c’est aussi une question de logique d’une manière générale et d’equilibre. Sans forcément connaître tout les tenant et les aboutissants. Mais pour chaque progrès il a un prix à payer. Et puis je pense que c’est surtout une question d’argent. Si on se poser vraiment la question : qui est vraiment gagnant? Souvent c’est une grosse boite derrière qui se fait pleins de thunes sur le dos d’autres personnes ou de l’environnement. Il est très facile de se faire aveugler. Ça arrange tout le monde nous y compris. Enfin je sais pas si je suis claire et si je répond en partie à ta question. Quand j’était en psycho et je nous avons étudié la dissonance cognitive, ça m’a tout de suite parlé. Je trouve que le concept resume bien ce qui se passe. Si seulement l’éthique était plus présent. Et puis on peut aussi faire le parallèle avec l’éducation et la place des enfants. Enfin bref, je m’égare.

        Aimé par 1 personne

      2. C’est totalement une question d’argent. Quand on voit ce qu’on sait, quand on sait comment améliorer les choses, quand on a les moyens de le faire mais qu’on continue comme en l’an 40, oui, on se dit que le profit est le but numéro 1, et ce, quelque soit le pays et la problématique. Je me suis renseignée sur la dissonance cognitive et oui, on est totalement dedans et à plus d’un titre: protégez-vous du soleil mais pas de filtre solaire, mangez des fruits et légumes mais pas de pesticides, achetez le meilleur pour vos enfants mais meilleur ne veut pas dire sans danger…bref on est dans un écartèlement permanent! Merci beaucoup pour ton commentaire, tu as été très claire 😊

        Aimé par 1 personne

      3. tien, je viens de lire un article qui me parle beaucoup. Peut être que ça t’éclairera sur l’historique et pour le bisphénol A, il est interdit au Canada depuis 2010 😉

        J'aime

  6. Je pense que j’ai adopté bon nombre d’habitudes recommandées depuis qq années. Pour l’utilisation très raisonnée de produits de beauté et d’entretien, le DIY écolo au maximum, la diminution du plastique. La fameuse étude du lien entre portable et cancer du cerveau, je serais curieuse de voir les données (mais apparemment elles sont cachées). Je vais faire un petite recherche bibliographique et je te tiens au courant.
    Sinon merci pour cet article très intéressant, je le garde dans mes petits papiers, si je fais une page sur mon site avec trucs et bidules époustouflants 😉

    Aimé par 1 personne

    1. De mon côté j’ai tenté le DIY en produits d’entretien: j’aime pas, je trouve que mes sanitaires s’encrassent beaucoup plus vite, les traces ne partent pas vraiment, bref, je ne suis malheureusement pas du tout convaincue, je cherche une solution qui me satisfasse. Quant aux huiles et cie, je déteste m’en mettre sur le visage, je suis une addict des crèmes, je les prends Ecocert depuis quelques mois.
      La femme qui nous a relayé les données sur les cancers du cerveau est le docteur Annie J. Sasco, épidémiologiste et ancienne directrice de recherche à l’INSERM de Bordeaux. Elle a travaillé 22 ans au CIRC. Elle est reconnue experte sur des sujets controversés et a été nominée pour le prix Nobel de la Paix en 2005. Voilà pour étayer tes recherches. C’est une femme pleine de fougue, celle de l’injustice et de la révolte.
      Et merci pour la fin de ton commentaire 🙂

      Aimé par 1 personne

  7. Bon et bien je me doutais un peu de ce que j’allais trouver mais j’avais le secret espoir de trouver une formation super réjouissante …
    J’avais assisté l’année dernière à une conférence sur le plastique dans les cantines, gros combat à Bordeaux pour lequel les gens passaient pour des bobos sous ecsta …( j’avais même écrit un article à ce sujet tellement les informations données sur les perturbateurs endocriniens et le reste m’avaient parus dramatiques)
    Depuis je me méfie comme de la peste de tout ce qui est plastique par contre je n’arrive pas encore à m’en passer pour les biberons et même si je sais bien que le verre est le seul matériau sain !
    Enfin bon tout cela est quand même fort inquiétant, ce qui me mine le plus dans tout ça c’est le travail de lobby des industriels qui font tout pour retarder les études et les discréditer – alors que le simple bon sens nous dit que tout ce qui est chimique ne peut pas être sans effet par ailleurs sur nous !
    J’ignorais par contre qu’on devenait de plus en plus cons (même si je crois qu’on l’observe tous ^^) Du coup ça ne va pas nous aider à trouver des solutions tout ça ^^ je vais peut-être aller me pendre tiens :-p
    Joyeux noël en tout cas (et au passage merci pour cet article même si ces infos ne sont pas réjouissantes il est primordial que les gens prennent conscience du problème pour au moins changer leurs modes de consommation et enfin réaliser que ce que nous dit le marketing n’est PAS fiable (coucou le placement produit pampers vous offre vos premières couches à la maternité)!)

    Aimé par 1 personne

    1. La ville de Paris lance aussi un gigantesque plan anti perturbateurs endocriniens, je crois que l’impulsion doit venir des grandes villes riches, et que leurs efforts seront repris à plus ou moins longs terme dans d’autres municipalités.
      Je viens d’acheter des biberons en verre 😉 Mais je crois que ma fille ne les prendra pas à cause des tétines.
      L’info sur le QI m’a scotchée à mon fauteuil…Et les images qui l’étayaient, à coups de liste d’horreurs se trouvant dans le liquide amniotique, encore plus…
      Et je sais que tu es bien placée pour savoir jusqu’où peut aller le marketing!
      Joyeux Noël à toi aussi, paix et amour et santé sur ta famille 😀

      Aimé par 1 personne

    1. Désolée. Je n’ai pas tout de suite eu le contre-coup de ce colloque, j’étais hyper contente en sortant d’avoir appris tant de choses et mangé tant de petits gâteaux, mais depuis 2 semaines, j’y pense tous les jours!

      J'aime

  8. Quelles nouvelles désolantes ! Un tel colloque doit être très intéressant, d’ailleurs ton article l’est. Les informations que tu apportes sont déprimantes mais malheureusement, il faut bien démocratiser l’information pour renseigner le plus de personnes possible et espérer quelques améliorations. Merci pour les conseils apportés !

    Aimé par 1 personne

  9. Tu viens de plonger dans mon poste au ministère qui a duré 4ans. Je ne faisais que ça produits chimiques, bisphenol A et ses copains, perturbateurs endocriniens,.. c’etait Hyper interessant mais aussi stressant. Après ce n’est pas toujours évident de conclure sur ce qui est bien ou pas car les analyses sont très longues.. on ne sait pas encore tout… on apprend de nos erreurs et malheureusement c’est notre génération qui en fait les frais.. la génération d’avant c était l’amiante… nous c’est le plastique et les pesticides… il faut faire attention sans tomber dans l’extreme. Ta synthèse est très bonne maintenant y a plus qu à mettre en pratique 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Tu m’étonnes que ça devait être intéressant. Et aussi stressant. Tu devais en voir partout à force, nan?. On ne sait pas tout mais malheureusement les études apportent en général de mauvaises nouvelles et non l’inverse. Regarde: on a « déjà » découvert que le bisphénol F rendait les cancers du sein beaucoup plus agressifs…Et je trouve que faire attention ne suffit pas car de nombreuses choses se font et se défont à notre insu. On subit de toute façon une immense partie de nos expositions chimiques. Reste à limiter ce qui peut l’être…

      J'aime

  10. Et bonne journée, hein ! !
    Non je rigole, évidemment c’est très deprimant mais aussi motivant pour essayer d’adapter son mode de vie en conséquence. En écho avec mon article du jour donc…on est décidément sur la même longueur d’ondes!

    Aimé par 1 personne

  11. J’avais déjà eu le sentiment qu’on était de plus en plus con. Lis la biographie de Pascal, de Descartes, de Diderot… et tu vas te demander où ça a raté ! Je vis en Allemagne et le bio y est moins vu comme une préoccupation de bobos mais cette surconsommation permanente (coucou Black Friday et Noël), cette valorisation de la consommation, ce manque d’intérêt pour l’environnement et l’eau m’inquiètent énormément.
    Merci pour ton compte-rendu !

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci pour ton retour, j’irai jeter un oeil aux biographies dont tu parles car du coup tu m’intrigues! Pour la sur-consommation, pour le coup, c’est nous qui avons les clés en main et la maîtrise du problème. Mais pour ça il faut savoir prendre du recul, et on en revient à ton constat premier 😛

      J'aime

  12. Bon, j’avoue que tu m’as déprimée la semaine dernière, il m’a bien fallu le we pour que je revienne commenter !! 😉
    Bien sûr qu’on se sent encore plus préoccupé par tous ces sujets depuis qu’on a des enfants. Je trouve que c’est très perturbant de voir que le progrès peut être aussi néfaste sur notre environnement, et conduit par le profit. Je suis d’accord pour agir chacun à notre échelle, car tout le monde doit participer et surtout que cette ultra consommation n’apporte finalement pas grand épanouissement.
    Mais d’un autre côté, ne sommes nous pas passés à un extrême où on cherche la prudence maximum et un risque 0 ? c’est difficile ensuite de rester serein !

    Aimé par 1 personne

    1. Je crois que tous les gens qui optent pour des choix bio, labellisés et cie ne sont pas dupes: on n’est pas dans la recherche du risque 0, il n’existe pas et on est conscient que les enjeux nous dépassent, que la pollution se fait à notre insu. Pour moi le but est de minimiser au maximum les risques, de limiter l’effet « cocktail », qui est finalement le plus dévastateur à long terme. Mais tu as tout à fait raison de poser la question, pour certain ça peut devenir une obsession en effet!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :