J’ai 34 ans: 5 choses que tu ignorais sur mon auguste personne

A l’instar de maman BCBG, j’ai malheureusement vieilli, et affiche une année de plus au compteur, celle qui me rapproche sournoisement du milieu de ma dizaine. Pour fêter dignement cet avènement de probables nouvelles rides, j’ai décidé, inspirée par la blogueuse sus-citée, de te dévoiler cinq anecdotes croustillantes sur ma modeste personne: historiettes d’enfance, d’adolescence et même d’âge adulte qui ne pourront que te donner l’envie de me voir vieillir prématurément pour renouveler l’exercice.

Quand j’étais petite, j’aimais (déjà) pas les ongles sales

Dès la maternelle, je suis entrée en répugnance pour tout individu présentant le bout d’un ongle rongé par la crasse. Et j’avais raison, non? Mon instinct me disait déjà, que, sauf si on est mécanicien, quand on passe sous la douche ou dans le bain une fois par jour, on ne PEUT pas avoir les ongles noirs. Nan. J’ai donc développé un radar à marmots et adultes qui ne se lavent pas tous les jours. Faudrait que je pense à le breveter, un jour. Tu peux te détendre et cesser de regarder tes ongles, je peux pas les voir, d’où je suis.

J’ai fait allemand en LV1

Parmi mes nombreux défauts, je compte celui d’avoir été une germaniste forcée, dès l’âge de dix ans, d’avoir traîné pendant presque quinze ans cette langue pour laquelle je n’avais aucun goût, ni aucune facilité particulière. Après avoir choisi spécialité allemand au bac (mais pourquoi?), m’être farci La métamorphose de Kafka en bilingue, expérience innommable qui a failli me dégoûter à tout jamais de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un livre, et récidivé au concours en récoltant par je ne sais quel miracle un 18,5 à l’oral, j’enfoncerai le clou en passant l’habilitation, pour, à 34 ans, ne pas savoir dire autre chose que kartoffeln, Ich liebe dich et Gute nacht, Tobias (ouais, ils s’appellent tous Tobias, dans les livres d’allemand).

background-2956789_1920

Je suis devenue sportive sur le tard

Au grand damn de ma mère, qui s’est arraché les cheveux en me voyant incapable de poursuivre un sport plus de deux années de suite. A l’école, le sport me faisait décéder d’ennui, et je ne faisais logiquement aucun effort. Le déclic aura lieu à l’adolescence, quand, après avoir atteint l’apogée de la torture avec la gymnastique et plus particulièrement les agrès, je découvrirai que si, sport peut rimer avec plaisir, à travers la danse. J’affectionnerai aussi le badminton et le ping pong, discipline qui fera remonter ma moyenne en flèche pour le bac. J’enchaînerai avec la course à pied, m’explosant le genou en préparant le concours, puis la natation, le fitness, et je ne m’arrêterai plus jamais.

swimmer-1678307_1920

Je suis tombée dans les pommes quand on m’a percé les oreilles

Je suis une grande sensible, tu le sais. A 18 ans, je n’avais pas encore accouché sans péridurale, je n’avais aucune idée de ce que dénote le sens profond et ultime du mot douleur, et j’ai décidé de me faire percer les oreilles. A cet âge, tu te doutes pourtant bien que j’avais mûri et remûri mon choix. Cela n’a pas suffi à protéger ma délicate personne d’un malaise, en plein centre commercial, quelques minutes après que les trous minuscules, mais à l’endolorissement lancinant aient été perforés. Quand tout le service de sécurité a débarqué, ma mère a dû rassurer l’assemblée présente en jurant que non, je n’avais pas besoin d’un sucre, et que je venais seulement d’affronter l’expérience d’une souffrance et d’une mutilation aussi violentes qu’indescriptibles.

Enfant, je me bastonnais avec ma soeur

Et j’avais le dessus, évidemment, vu que je suis son aînée de trois ans. Ces accès de brutalité étaient heureusement rares, mais terriblement intenses, et, comme toute fille qui se respecte, j’avais recours aux sournoises griffures, aux morsures et à la technique éprouvée de l’arrachage de cheveux. Etonnamment, je n’ai absolument aucun souvenir du moindre combat avec mon frère, il faut dire que dans ma folie destructrice, j’avais encore la présence d’esprit de m’attaquer à plus faible que moi. J’en profite pour demander humblement pardon à ma soeur, pour toutes les atrocités que je lui ai indignement fait subir.

Tu connais désormais les jalons fondateurs de mon histoire personnelle, ceux qui m’ont façonnée, construite, dans l’adversité et l’épreuve, dans l’allégresse et le doute. Toi et moi, nous sommes désormais liés par les liens sacrés des ongles noirs et des oreilles percées.

55 commentaires sur “J’ai 34 ans: 5 choses que tu ignorais sur mon auguste personne

Ajouter un commentaire

  1. et bah !!!! déjà bon anniversaire, puisqu’à priori c’est le cas ! Pour l’allemand je compatis, on me l’a fait prendre en 2eme langue et je n’ai que peu de souvenirs. ma fille l’a pris en 6eme, elle y tenait absolument ! quelle hérésie ! tu seras contente d’apprendre que même si je ne prends pas de douche tous les jours, j’ai malgré tout les ongles propres ! ouf ! j’ai eu chaud… quand au sport, je dois ma révélation au sublime dessin animé Jeanne et serge, qui m’a fait découvrir le volley, j’ai pratiqué pendant toute mon adolescence. perso, je ne suis pas tombée dans les pommes quand on m’a percé les oreilles, (et j’avais 11 ans !) par contre, je suis tombée dans les pommes au marché en regardant le poissonnier vider une truite. ça compte ? ha ! et je tombais aussi dans les pommes à chaque fois que j’allais à l’hôpital voir quelqu’un… (une tante, un papi….) d’ou mon angoisse de tomber dans les pommes lors de mon accouchement ! heureusement, j’avais tellement mal que la douleur m’a maintenue bien réveillée !! (j’ai accouché de la première sans péridurale !) et enfin, je dirais que moi aussi je me suis bastonnée avec mon grand frère, qui heureusement pour moi n’était pas très costaud. bon au final je t’ai raconté toute ma vie dans ce commentaire !!!! que les blogueuses sont égocentriques mon dieu…..

    Aimé par 2 personnes

    1. Le but de mes parents était que je sois dans une « bonne classe », je venais du privé et les pauvres avaient peur de ce qui m’attendait au collège public. Au final, ils mélangeaient germanistes et anglicistes et j’ai donc fait tout ça pour rien (NB: on peut remplacer allemand par latin, même punition).
      Tu m’apprends par ailleurs que les gens à ongles sales sont encore plus crades que je ne le pensais. Je le savais.
      Le volley je détestais, ça me défonçait mes délicats poignets cette connerie 😄
      Et ouiiii ça compte le poisson, bien-sûr!!! J’ai de la concurrence!
      Et j’ai adoré te lire, mon but caché est justement de pousser à la confidence égocentrique 😉

      Aimé par 1 personne

      1. la même pour moi : « tu feras allemand pour être dans une bonne classe » résultat : on était mélangé ! et j’ai eu droit au latin, jusqu’en terminale…. rosa rosam rosae et tutti quanti ( ah mince ça c’est de l’italien) et le volley ça fait mal au poignet au début ! après, t’as des poignets en béton ( et des cuisses aussi !!!) bon depuis, j’arrive quand même à aller dans une poissonnerie ! j’ai même vu une vache vêler (encore une confidence tiens !! )

        Aimé par 1 personne

      2. Je devrais être en train de réviser et je réponds à un commentaire qui parle de vache! Je te jure 😀
        Mais le latiiiiiiiiiin! Je pourrais écrire un roman sur cette langue morte et mortifère, que je me suis tapé pendant 10 ans aussi, tout ça pour avoir 5 pauvres points supplémentaires au bac! Arnaque! Vendus!
        Je t’avoue que pour le volley je n’ai jamais passé le stade de « Aïeuh! Ma peau est toute rougeuh! C’est con ce truc à la fin! » 😀
        J’admire tes capacités de résilience animale!

        Aimé par 1 personne

      3. Je suis bien obligée de m’incruster dans la conversation et de te demander si par hasard nous n’avions pas été dans le même collège (voire, eu les mêmes parents ?). Classe mélangée, j’ai pu fréquenter d’un peu trop près de jeunes mais dangereux anglophiles, le début d’une longue descente aux enfers (mêmle qu’une fois l’une d’elle m’aun peu plus et je finissais en tôle. La claque, pour mes parents qui me voyaient déjà à l’ENA (sauvée par mon apprentissage de la langue de Goethe puisqu’ils étaient sur le point de dominer le monde, c’est Maastricht qui l’avait dit).
        Bref. Je me suis rattrapée en fuyant en Angleterre dès que j’ai eu le bac 😉

        Aimé par 2 personnes

      4. J’ai compris le début et la fin mais y’a eu un gros bug rédactionnel au milieu 😄
        De mon côté je suis restée fidèle à l’allemand jusqu’à la fin. Une sorte de masochisme, un hommage au choix parental d’alors, une volonté farouche de donner un sens à tout ça 😄

        Aimé par 1 personne

  2. Hahaha, tu me fais bien rire ! Pour le percement d’oreilles, c’est ma vrai problématique du moment. Pas pour moi, pour ma fille. Elle a été percée des oreilles depuis petite, mais sa boucle de l’oreille droite est tombée un jour et elle ne nous a jamais laissé la remettre. Du coup, le trou a été rebouchée avec le temps, et elle est depuis avec une boucle à l’oreille gauche et rien à l’oreille droite. Impossible de la faire accepter de la percer de nouveau !!!

    Aimé par 2 personnes

    1. Mes filles n’ont pas les oreilles percées. Je veux que ce soit un choix éclairé et réfléchi de leur part. Ma cadette commence à me tanner avec. Pour ta fille, je dirais de lui enlever la gauche, de laisser reboucher le tout et d’attendre qu’elle veuille absolument avoir les dernières paires à la mode à 18 ans. Au pire, elle tombera juste dans les pommes 😄

      J'aime

  3. En préambule, je te souhaite un joyeux anniversaire en retard ! 😉 Ensuite, j’ai connu une expérience un peu similaire lorsque je me suis fait percer le nez : léger malaise vagal alors que je ne suis pourtant pas une grande douillette… Comme quoi. En tout cas, tu as vécu bien pire lors de ton dernier accouchement hein ?

    Aimé par 2 personnes

  4. Ahahha j’adore ces anecdotes ! Bon anniversaire à toi. LVI allemand aussi !! (et pareil il ne me reste guère plus que kartoffeln 😉

    Et idem pour les combats avec mes frères et sœurs (je suis l’année je tombais sur tout le monde… et je ne gagnais pas toujours !)

    Aimé par 2 personnes

  5. Bon anniversaire. C’est sympa d’en apprendre un peu plus sur toi. Pour la langue allemande, j’aurai bien aimé en faire en LV1 mais la plupart des petits camarades de primaire on voulu faire de l’anglais et vu que j’étais la seule, ben j’ai pris aussi anglais en LV1 mais ça m’aurait bien plu. Pour les oreilles percées, on m’a percée les oreilles quand j’étais toute petite donc je ne me rappelle plus de la douleur.

    Aimé par 2 personnes

    1. Ce sont deux langues totalement différentes, l’allemand est tellement logique, l’anglais plus intuitif je trouve mais on baigne tous les jours dedans. Tu n’as pas pu prendre allemand en LV2?
      Je m’étais fait percer les oreilles une première fois à 6 ans mais les soins quotidiens avaient eu raison de mon choix 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Non j’ai préféré prendre l’Espagnol en LV2 et j’ai pris des cours de japonais en plus à partir de la seconde. Par contre c’est mon mari qui a l’allemand en LV1 et aujourd’hui il ne s’en sert pas du tout pour le boulot.

        Aimé par 1 personne

  6. Alles Gute zum Geburtstag 🎂!
    Moi aussi, j’ai fait allemand LV1 mais c’était mon choix, j’ai toujours détesté l’anglais… et maintenant j’habite en Allemagne et je suis mariée à un Allemand. J’avais aussi Latin et pas une bonne classe pour autant.
    Viel Spaß heute und bis bald!

    Aimé par 2 personnes

    1. Et bah voilà, je sais dire bon anniversaire en allemand! Merci pour cette petite piqûre de rappel!
      Ce qui me rassure c’est que j’ai compris ta phrase finale sans avoir à aller sur Google translate: l’honneur est sauf 😅
      Je sais à présent d’où viennent mes vues régulières d’Allemagne: merci de me lire de là-bas ❤️

      J'aime

  7. Mon regard sur toi a totalement changé, Maman Lempicka. Quoi quoi quoi, tu es une ex-germanique LV1 et tu passais ta soeur à tabac ???? Je n’ose y croire, connaissant ta douceur naturelle dans ton langage comme dans tes gestes !! Bon, puis, c’est promis, la prochaine fois qu’on se voit, je ferai super gaffe à mes ongles et veillerai à les vernir rien que pour toi. Ah bas la crasse (va falloir que je récure sec) !! Ca c’est un récit d’anniversaire pas commun, mais happy birthday quand même, hein !

    Aimé par 2 personnes

    1. Si tu savais à quel point je peux ne pas être douce parfois, notamment quand j’active mon bouton voix+tronche de vieille sorcière anti enfants récalcitrants!
      Mais tes ongles sont toujours impeccables ma chère Ariane et attention! Le vernis peut être un cache misère en la matière 😄

      J'aime

  8. J’ai remarqué que depuis que tu as dressé un podium des stars du commentaire, ton public se déchaîne avec passion, espérant certainement remporter le carambar d’or des prochains 6 mois ! Il faut désormais se battre pour exister au sein de cette nuée de fans au clavier
    !!!

    Aimé par 2 personnes

  9. Happy Birthday ! J’adore lire ce genre d’anecdotes … Perso j’ai jamais été forte en langue, il faut dire que j’étai partie dans l’idée que les langues étragère c’était juste une question de cryptage. Genre le A en francais = le C en anglais, grosse désillusion quand je me suis aperçue que pas du tout. J’ai mis ma scolarité à m’en remettre d’où mes notes pourries

    Aimé par 2 personnes

      1. Elle est venue en regardant un film… Toute petite, j’avais une autre théorie qui était : une valise contenant les langues parlées. Lorsque les personnes voyagent, ils ont des valises, donc une fois arrivés dans le nouveau pays, je pensais qu’on avait juste à ouvrir la valise, changer sa langue par celle qu on avait dans la valise …
        Bref, les langues étrangères m’ont beaucoup fait fantasmées … mais j’ai jamais ete à la hauteur

        Aimé par 2 personnes

  10. Moi aussi j’ai fait allemand mais en LV2, au collège ça allait mais au lycée, la prof d’allemand décédé des suites d’un cancer et m’a jamais été remplacée. Nous étions 4 lycéens pour 1500 élèves à faire allemand !!! Je te jure.
    Le lycée a demandé au rectorat d’avoir une dérogation pour ne pas avoir allemand au bac, refusé. J’ai eu 9, je ne sais pas comment car je n’ai rien compris au texte. On a du être surnoté.

    Aimé par 2 personnes

  11. Bon et bien mon immiscion dans la conversation s’étant soldée par un envoi impromptu (et donc un message incompréhensible) (mais j’ai la flemme de recommencer), je poursuit ici. Que de choses intéressantes dans ce billet !! Et notamment l’allemand, qui nous fait un point commun; contrairement à l’âge, qui nous fait 3 ans d’écart (je ne préciserai pas dans quel sens) (saleté de petite jeune). Je me demande si le perçage d’oreille tardif n’est pas lié au choix de l’Allemand – visiblement les parents germanophiles n’aiment pas bien les oreilles prématurément percées… j’avais pu négocier l’autorisation pour mes 16 ans (ce qui m’en avais pris 12, j’ai gagné, je pense; de guerre lasse)
    Pour les ongles, sais-tu que de plus en plus de médecin estiment qu’il faut laisser le noir sous les ongles car c’est à priori une aide au développement du système immunitaire de l’enfant ? Je l’ai lu il y a peu de temps, depuis je ne lave plus mes enfants que lorsque le noir a atteint le pli des coudes.

    Aimé par 2 personnes

    1. Mes parents ont accepté ma première tentative de piercing à 6 ans, c’est moi qui ne l’ai pas supporté. Et jamais eu l’envie de recommencer avant 18 ans. Transgression ultime 😅 et aujourd’hui les boucles d’oreilles sont mon bijou préféré, je dois en avoir une cinquantaine!
      Quant à la nouvelle trouvaille des médecins et à ton application extrémiste, je fais semblant de ne pas l’avoir lue ou comprise: les ongles noirs resteront l’ultime représentation de la crasse quotidienne jusqu’à ma mort 😉

      Aimé par 1 personne

    1. Quand tu as compris la construction de cette langue, tu te rends compte en effet à quel point le français c’est n’importe quoi. L’allemand a une vraie logique de construction et d’emploi.
      Par contre, j’ai jamais été transcendée par la bouffe allemande, faut le dire.

      J'aime

  12. Etant d’une contrée où on parle le germain, je ne peux que ne pas être d’accord sur les merveilleuses sonorités très douce de cette charmante langue ;). Mais ouai clairement dans un pays latin, ça doit être une torture à apprendre et à entendre.

    Au collège moi je gagnais tous les bras de fer contre les garçons. Je me souviens de cette boum où toutes les ados voulaient danser et moi je mesurer aux garçons. J’ai toujours été la féminité incarnée.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :