Je suis phobique des araignées: mon guide de survie en septembre

J’ai un défaut à peine avouable qui me gâche la vie dès la fin de l’été: j’ai peur des araignées. PEUR. Comme phobie. Effroi. Epouvante. Terreur. De l’origine du mal jusqu’aux solutions que j’ai listées, je te dévoile comment je m’y prends pour rester en vie au début de l’automne. Bien évidemment, je ne pouvais illustrer cet article par des images s’y rapportant. J’ai bien cherché « araignée mignonne » sur Google, mais force est de constater que ça n’existe pas. J’ai donc choisi des photos à la puissance psychologique apaisante manifeste pour adoucir l’horreur du sujet.

Cette phobie idiote, d’où vient-elle?

J’aurais tellement aimé être phobique des crocodiles. Ou des requins. Ou des gorilles. Ou des serpents (T’en vois souvent, toi, des serpents?). Ou même des escargots (car, n’en déplaise à l’une de mes amies, un escargot, tu as le temps de le voir arriver et d’étudier tout un panel de solutions pour ne éviter qu’il ne te saute à la gorge et t’étrangle avec son corps gluant).

snail-582201_1920

Non. Je suis phobique d’un espèce qu’on trouve partout, sous toutes les latitudes, sous tous les climats, dans tous les formats, toutes les couleurs, velues ou non, venimeuses ou non.

Mais pourquoi avoir peur d’une créature aussi commune? Je ne sais pas. Une phobie est, par nature, irraisonnée. Je la tiens de ma mère, qui la tient elle-même de feue ma grand-mère. C’est bien connu, une grande part des phobies sont héréditaires.

Pourquoi ça me gâche la vie?

Ces créatures ont, en Europe, une saison de prédilection pour faire suer les pauvres gens qui ne les goûtent guère: la fin de l’été/début de l’automne. Comme ça, sans transition, tu passes de je mange une glace sur le port à je fais une crise cardiaque en ouvrant la porte de mon sous-sol. La brutalité de ce processus temporel n’a d’égales que la violence et la surprise des attaques.

Donc, de mi-aôut (si, mi-aôut, ne nous leurrons pas), jusqu’à environ mi-octobre suivant les températures, je me déplace chez moi avec un radar visuel, sensoriel et olfactif (oui, je les sens), et je frôle la crise cardiaque tous les trois jours.

Les crises cardiaques sont proportionnelles aux caractéristiques physiques de la bête, et si elle est de taille supérieure à un petit bouton (mais petit, hein), je ne gère plus rien. Au sens propre. Je ne réponds plus de rien, et surtout pas de moi-même.

waterfall-802003_1920

Illustration

J’ai 29 ans. J’ai ma cadette de 18 mois en garde car je travaille à temps partiel. Il fait beau. La vie est douce. Il est 16h10, je suis à l’heure, la petite a goûté, une légère brise souffle, je suis pleine de confiance en la vie, je jette un coup d’oeil au miroir avant de partir pour aller chercher mon aînée à l’école maternelle. J’ouvre la porte d’entrée. Et là, embusquée derrière (parce qu’elle n’attendait que ça, la salo…pardon, la bougresse), une araignée immonde, noire, grosse, IMMONDE, décide de rentrer dans MA maison. Je hurle comme une possédée en délire qu’on exorcise. Faisant pleurer mon bébé d’effroi au passage. Que faire?

Cette question marque le début de la torture mentale. En général, mon mari providentiel est là, je l’appelle, ou plutôt je meugle après lui, et c’est réglé. Non, le pire, c’est de gérer une araignée SEULE. Que faire bordel, mais que faire?

Je rassemble les lambeaux de mon cerveau encore actifs malgré l’ignominie, et je cherche une solution. Il faut agir vite, sinon cette pu…pardon, cette bestiole va se tailler et ça, c’est l’acmé de l’abomination: savoir qu’il y a une araignée, mais pas où exactement. Que faire? Je vais être en retard à l’école. Comble de l’horreur, il y a une contrainte de temps.

Un dictionnaire? Non, le rapport périmètre de l’objet/taille de l’araignée n’est pas assez élevé.

Une chaussure? Il faut qu’elle soit dotée d’une triple semelle de sécurité, et en plus, ça me fait approcher ma main trop près de cette conna…de cette créature.

Je n’ai pas de bombe paralysante sous la main. Le temps que j’aille la chercher, je perdrai cette pouf…cet animal de vue.

Tu l’auras remarquée, je suis atrocement vulgaire dans mes phases arachnophobiques.

Mon salut: l’aspirateur. A pleine puissance. Il me faudra encore cinq minutes pour avoir le courage de l’impulsion finale pour engouffrer l’araignée, en hurlant tous les jurons les plus obscènes de l’univers, tout en mordant un tissu pour ne pas terroriser mon bébé et abîmer ses chastes oreilles, parcourue de frissons de dégoût à l’idée que rien de ne me sépare de cette répugnante chose exceptée la paroi du tuyau de l’aspirateur.

Je suis sérieusement atteinte, je suis au courant. Bien-sûr, cette scène laissera des séquelles, puisque je tremblerai, je pleurerai, et je t’en parlerai encore cinq ans après.

Mais au fait, faut que je te dise: l’aspirateur, c’est de la grosse merde, comme solution.

beach-hut-237489_1920

L’aspirateur et autres solutions improbables pour tuer une araignée

Bien entendu, ce paragraphe part du postulat que NON, il ne faut absolument pas laisser les araignées en vie, ni les relâcher dehors, qu’il y a plein de gens honnêtes sur cette terre pour le faire, mais que ma solution personnelle pour rester garder mon intégrité, c’est de les écrabouiller, de leur défoncer leur race, de leur rétamer la gueule, de leur trucider la tronche, bref, de les rayer, sinon de la surface du globe, du moins de la surface de mon foyer.

Autrui

C’est bien évidemment LA solution la plus sécurisante, la plus rapide, la plus efficace. Assure-toi d’avoir toujours un non-arachnophobe dans un périmètre proche du tien, d’août à octobre.

L’aspirateur

Solution d’urgence en mode gogo gadget au long bras, qui te permet de circonscrire la bête sans t’en approcher, mais attention: les araignées ressortent des aspirateurs, même laissés branchés à pleine puissance pendant deux heures.

L’eau bouillante

Noyer une araignée? Mouahaha, pauvre fou/folle, une araignée ne se noie pas, mais non, puisqu’elle ressort par le trou de la baignoire. Tu crois que l’engloutir sous de l’eau brûlante te sauvera? Arme-toi de patience, puisque tu devras attendre de longues minutes, en la regardant se tortiller, prête à te bondir dessus, avant que son recroquevillement final ne signe enfin l’aboutissement de sa torture, et de la tienne.

Le bon vieux explosage de tronche sur le sol/le mur

Radical, et rapide. Mais pas pour l’arachnophobe, qui sera capable d’attendre quarante minutes pour avoir le courage de passer à l’action, sans compter l’effort surhumain que demande l’impulsion d’approcher son membre à moins de vingt centimètres de la créature.

Les bombes paralysantes

Ont l’avantage de te faire gagner du temps pour trouver une ou des solutions plus acceptables et plus pérennes, où de déclencher chez ta modeste personne l’audace nécessaire à la mise à mort, puisque, c’est bien connu, il est plus facile d’écraser quelqu’un déjà à terre.

love-1643452_1920

La prévention

Consciente que la violence extrême de cet article ait pu choquer les fervents défenseurs de l’environnement, je ne clôturerai pas le sujet sans évoquer la plus probante des solutions, j’ai nommé la bienveillante et douce prévention.

Pulvériser les ouvertures de la maison de répulsif. Tu peux utiliser du répulsif chimique (fuck la nature), ou plus écologique, il paraît, j’ai bien dit il paraît, que les araignées n’aiment pas le vinaigre blanc, les marrons, les châtaignes, et la menthe.

Condamner tous les trous, les interstices et autres failles à insectes.

Faire (très) régulièrement le ménage.

Et enfin, se faire soigner.

J’y pense souvent, surtout en me disant que je serai capable de m’envoyer sur le premier poids-lourd qui me fait face si une araignée venait à survenir dans l’habitacle de ma voiture. Sache que des stages existent et que je lance le plus solennellement du monde un appel à tous mes compagnons d’infortune: et si on faisait une thérapie?

Et toi, es-tu phobique des araignées ou d’autres bestioles? C’est quoi tes trucs pour gérer?

50 commentaires sur “Je suis phobique des araignées: mon guide de survie en septembre

Ajouter un commentaire

  1. Oh la que je vous comprends , je suis pareil …….. J’hurle des que j’en vois une, même minuscule . Quand mon grand me dis  » Maman surtout ne regarde pas au plafond » Comment vous dire je prend 30 ans, je suis en transe et j’hurle. Fichu bestiole qui ne servent à rien en plus !!!!

    Aimé par 1 personne

    1. Ahaha, rien de pire pour l’arachnophobe d’entendre: surtout ne bouge pas/ne regarde pas en arrière/attends ne bouge pas: mon cerveau disjoncte dans ces cas-là 😄
      Les défenseurs de l’environnement ici présents argueront du fait qu’une araignée mange les insectes nuisibles. Pour ma part, je m’en fous: qu’elles crèvent 😄

      J'aime

  2. En tant qu’ancienne phobique des araignées, j’ai bien ri 🙂 et tu vois je suis la preuve que l’on peut s’en débarrasser (de la phobie, les araignées elles, finissent toujours par revenir).
    Dans mon cas je crois avoir été traumatisée par ma mère qui m’avait sortie -arrachée- du bain en hurlant car elle venait de voir courir l’une de ces sympathiques petites mais toujours trop grosses bestioles le long de la baignoire. Passé le moment de stupéfaction, je me suis mise à hurler de plus belle; enfin consciente du danger auquel je venais d’échapper. J’avais alors 5 ou 6 ans, j’ai cessé de crier 30 ans plus tard, avec l’arrivée de mes enfants; en me disant que ma phobie n’était finalement que celle de ma mère et pas la mienne. Surtout, je veux essayer de leur éviter 30 ans de torture (chez nous il y en a presque toute l’année).
    Je n’irai pas jusqu’à dire que je suis ravie d’en croiser une, et j’ai encore souvent recours à l’homme pour m’en débarrasser; mais je ne crie plus et il m’arrive même d’en relâcher certaines dans la nature moi même (les petites, j’essaie de me mettre à la place de leur mère). Dimanche j’ai d’ailleurs croisé un spécimen d’une très belle taille – je dirai environ 5×3, CHEZ MOI, je n’ai même pas sursauté. Je suis calmement allé chercher l’homme en lui disant « belle bête ». Évidemment, nous sommes sur le point de déménager depuis cet épisode. Vite. Très vite…

    Aimé par 1 personne

    1. Moi j’ai été fascinée par ton commentaire. On peut donc DÉCIDER de ne plus être phobique. Comme ça. Je comprends tes motivations, je suis dépitée de voir que je suis en train de refiler ça à mes filles mais c’est tellement incontrôlable…hier soir j’ai encore failli faire une syncope, et c’est toujours en beuglant et telle une furie que je fais appel à l’homme.
      Quels exercices mentaux t’ont aidée?? Imaginer que Di Caprio est dans la pièce et qu’il faut absolument garder sa dignité? Je veux tes secrets!!

      Aimé par 1 personne

      1. Je ne sais pas, peut-être qu’effectivement ce n’était pas une vraie phobie ! Je pense que le fait d’avoir identifié l’élément déclencheur m’a aussi permis de me dire que ce n’était pas MA peur mais celle de ma mère. Et de voir les enfants regarder les insectes avec autant de curiosité, je me suis dit qu’après tout une araignée n’était qu’un insecte comme un autre. En plus moche, certes. Mais qu’à priori, aucune araignée ne nous ferait jamais trop de mal (en tout cas pas plus que le produit pour les neutraliser :-P). J’ai du commencer par essayer de prendre sur moi avec les plus petites que je voyais, je les ai observées… j’ai essayé de me dire que ce n’était qu’une pauvre petite bête apeurée et affreuse, qui se sentait très seule et très malheureuse de faire fuir tout le monde (comme moi au collège, quoi). Du coup j’ai eu pitié. (Logiquement à ce stade tu auras presqu’envie de faire un câlin à la prochaine que tu vas croiser ^^)…
        Bon et puis j’arrive à me dire que tant qu’elle est dans mon champ de vision et pas sur moi (auquel cas je redeviens incontrôlable, soyons clairs) c’est que je maîtrise la situation ! Avec tout ça, je n’ai du appeler Leo qu’une fois – et encore il est pas venu, le goujat – 😉

        Aimé par 1 personne

      2. Merci beaucoup de m’avoir détaillé le processus, ce n’est pas non plus ma peur, c’est celle de toutes les femmes de ma famille, ma mère, ma sœur, ma tante…mais ça ne m’aide pas. J’aime bien ta description de ces mignonnettes petites créatures, c’est une bonne idée de procéder par progressivité. Tout ce que tu me décris est tellement logique…mais ma phobie ne l’est pas. Tu savais que dans une vie, on avale en moyenne deux araignées? Je sais, tu m’aimes, tout à coup 😂

        Aimé par 1 personne

  3. Bienvenue au club des arachnophobes. Moi aussi je déteste ces petites bêtes. Habitant en appartement je n’en vois pas des masses chez moi et quand elles sont toutes petites, j’arrive à les tuer (oui moi je ne suis pas pour leur survie!)mais celles qui sont plus grosses, là c’est la cata et c’est souvent mon mari qui se charge de la chassée (oui lui il est pour leur survie!). Chez mes beaux parents il y a souvent des espèces assez grosses et j’ai toujours un œil avisé lorsque je vais chez eux.

    Aimé par 1 personne

  4. alors là, j’aurais pu l’écrire celui là. Le passage avec l’aspirateur : j’ai fait. avec ma fille de 2 mois dans la maison (elle était entre moi et ladite araignée, qui s’était postée sur mon canapé BEIGE) et bien sur le mari a l’autre bout de paris. bref. j’ai moi aussi dégainé l’aspirateur, dans un geste de survie ultime. par contre, après, j’ai mis l’aspirateur dehors, sur le perron de la maison. Et quand mon mari est revenu, il a demandé « mais que fait l’aspirateur dehors ??? » bref, l’aspirateur a passé la nuit dehors. Par contre j’ai quand même une bonne nouvelle : a priori ça n’est pas héréditaire : il y a quelques mois de cela, j’étais de nouveau seule à la maison, avec ma fille, qui cette fois avait 11 ans. Et une horrible et grosse chose noire était là, dans un coin. et bien c’est ma fille qui l’a sortie, avec la fameuse technique du verre posé dessus et la feuille glissée en dessous, et hop, retour dans le jardin. Elle a fait tout ça pendant que moi j’étais planquée… dans les toilettes. A priori ma fille n’est pas phobique, a part pour les fourmis. Et moi les fourmis, je gére a l’aise blaise ! donc on se rend service ! une thérapie ? oui mais… ça obligerait a s’en approcher, des araignées, alors je préfère pas, non….

    Aimé par 1 personne

    1. Ah mais moi aussi, depuis que je sais qu’elles ressortent, je fous l’aspi dehors jusqu’à ce que super mari vide le sac.
      J’admire la technique (totalement inadaptée à un arachnophobe) de ta fille. J’aurais moi aussi passé l’épreuve dans les toilettes.
      Faudrait que je dresse les miennes mais c’est mal parti 😂
      Quant à la thérapie: oui, ça implique même de les toucher…

      J'aime

    1. La thérapie commence avec un test pour voir à quelle distance on est capable de s’approcher d’une araignée enfermée. Moi je crois que je pourrais tout près (si je suis certaine que le truc est scellé tel un coffre fort). Tout espoir n’est pas perdu!

      J'aime

  5. Mais quel brio, quelle imagination, quelle prodigieuse faconde pour décrire ta phobie viscérale des arachnides ! As-tu pu regarder le Seigneur des Anneaux, alors ? il y a un épisode qui devrait te faire grimper aux rideaux.
    Sinon, mon conseil : thérapie. Une bonne petite thérapie comportementale de derrière les fagots. En quelques séances ce sera bien atténué.
    Je détestais les araignées plus jeune (à ne pas pouvoir dormir avec une araignée dans ma chambre, et peu à peu, ça a passé. J’ai même passé plusieurs nuits avec des scorpions, en Ardèche. Je me suis douchée avec un cafard gros comme mon pouce, en Asie.Tu vois ? Il y a de l’espoir.

    Aimé par 2 personnes

      1. Et la fin de « ça », l’adaptation du film de Stephen King avec le clown ? Tellement naze par rapport au reste du film, ça te guérit une phobie en deux-deux ça ! Tu laisses ta peur des araignées au placard et hop, tu repars avec une trouille monstre des clowns ! Pas mal comme thérapie, non ? 😉

        Aimé par 1 personne

    1. Oh merci, je leur ai rendu un bel hommage, n’est-ce pas?
      C’est pas dans le Hobbit plutôt les araignées? De toute façon dans ce genre de film ils aiment bien les dégainer à tout-va! Alors étonnamment j’arrive à regarder. Mais avec la nausée. Ces créatures ne m’effraient pas seulement: elles me dégoûtent profondément, à tel point que j’ai du mal à regarder les crabes car leur démarche s’approche de celle des araignées.
      Et tu m’as cernée: je déteste de façon générale tous les types de bestioles, sans en avoir viscéralement peur.
      Quand je gagnerai à nouveau dignement ma vie, chiche, je me paie une thérapie!

      J'aime

  6. Je suis un peu comme toi aussi… Et depuis qu’une araignée m’a attaqué pendant les déplacements de mon homme, j’ai systématiquement une bombe insecticide à la maison… Fuck l’environnement sur ce point, ma santé mentale (et physique) avant ^^

    Aimé par 1 personne

  7. J’ai horreur des araignées !!! Je ne me pense pas phobique mais çà ne m’emp^che pas de frissonner d’horreur en voyant ces bestioles ! Pour moi, c’est l’explosage de tronche comme tu dis, et en deux temps trois mouvements !!

    Aimé par 1 personne

  8. Pensées émues et sonores pour toi ce midi quand, en réceptionnant un charmant gros colis prometteur, une abomination gigantesque s’est invitée dans ma maison sans crier gare… Heureusement, les flles n’étaient pas là ! Mais tout de même, je note – non sans fierté – que je me suis drôlement améliorée question cris et efficacité. Désormais, pour protéger ma merveilleuse progéniture, je suis capable d’exploser littéralement la tronche de l’ennemi, quitte à taper 10 minutes dessus avec mon chausson s’il le faut (« Tiens, prends ça ! Et ça ! »). La ramasser en mille morceaux, en revanche, c’est autre chose.Hum.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Ariane de soulever ce point crucial. Je prends pour exemple mon Lapin, cet été. Piqûres de moustiques : une bonne centaine. Piqûres d’araignées : 0. S’il fallait éradiquer une espèce du globe, sans états d’âme, je choisirais les moustiques. Pauvres araignées, on fait avec elles du délit de sale gueule !

      Aimé par 1 personne

  9. Je suis exactement aussi phobique que toi…malheureusement…et du coup je déteste cette période de l’année !! Depuis que je suis en maison c’est l’horreur…du coup je vaporise du « barrage aux insectes » autour de toutes les fenêtres/portes et sur les pieds de mon lit (et oui!!!ça grimpe ces m*rdes!!!). Et surtout, j’ai mon aspirateur super-puissant qui n’est jamais très loin…et je charge mon homme de le vider à chaque aspiration arachnéïde. Au mieux, j’essaie de les écraser (c’est tellement jouissif LOL)…et au pire, je me fâche avec les pro-araignées qui disent qu’il faut « juste » les remettre dehors…non mais les remettre dans le jardin???? Quelle idée !!! Mais il faut avouer qu’elles sont finaudes…et encore, on a pas encore eu très froid…mais parfois c’est tous les soirs qu’elles tentent d’entrer par la fenêtre de la chambre :s
    Bon, il y a aussi le chantier « moustique tigre » dot on pourrait parler…parce qu’on a dégusté cet été dans le sud-ouest!!!

    Aimé par 1 personne

    1. Je vois que nous avons le même arsenal de défense et de protection, et les mêmes réflexes! J’ai du mal à supporter l’écologisme de certains face à ma phobie, que feraient-ils s’ils étaient phobiques des serpents et qu’on relâchait une couleuvre devant leur fenêtre après l’avoir repêchée dans leur piscine (vécu l’été dernier)?
      Quant au fléau des moustiques dans le sud, j’en ai entendu parler!

      J'aime

  10. Une amie phobique des escargots? Parlais-tu de moi ou bien vais-je pouvoir enfin monter un club? (Je me sentirai moins seule). Je n’ai absolument pas peur des arraignées mais je sais ce que tu ressens car mes horreurs à moi, ce sont les gastéropodes terrestres (pas les jolis coquillages hein?). Pour moi, ça donne ça: une crise cardiaque pendant une nuit sous tente lorsque qu’un ami a allumé sa lampe et que l’on s’est rendu compte que des centaines d’escargots avaient décidé de passer leur soirée sur la toile de tente, si près de nous; des hurlements pour traverser en courant un chemin couvert de limaces (et impossible de passer dans l’herbe à côté puisqu’elle était pleine d’horties); des tremblements intenses en fac de bio lorsqu’on m’a demandé de disséquer un escargot… l’horreur. J’ai tenu le scalpel du bout des ongles et j’ai éloigné le visage le plus possible de l’affreuse bestiole… autant te dire que ma note de TP n’était pas top ce jour là. bref. Aujourd’hui, je me maitrise lorsque je croise un escargot mais je n’ai tjs pas réglé ma phobie des limaces. Bon courage à toi pour cette période.

    Aimé par 1 personne

    1. Mais nooooooooooon, ce n’est pas toi, mais Amandine, mon amie psy! Tu vas donc pouvoir officiellement monter un club! Et c’est fou car elle me décrit sa phobie dans les mêmes termes que les tiens! Les limaces comprises! Je me mets à ta place et je te dis respect, parce que dormir avec des dizaines d’araignées ou en disséquer une: je serais déjà décédée.

      J'aime

  11. TOI ET MOI c’est pareil et on sait pourquoi – moi j’ai failli me casser le talon en écrasant une araignée au bout de 30 minutes de réflexion et moi aussi je pense me faire soigner mais j’ai peur que l’on me mette en présence de cette horreur !! mais je pense aussi a l’accident de voiture …. bisoux ma chérie

    Aimé par 1 personne

  12. Je ne suis pas aussi phobique que toi mais pas loin quand même. Alors je te donne mon truc de mère indigne : j’ai formé mes enfants à me débarrasser de ces sales bestioles… Ce n’est pas beau, je ne suis pas fière, mais eux n’ont pas peur et sont ravis de cette occasion de se montrer aussi forts, alors pourquoi pas…

    Aimé par 1 personne

  13. Alors pour les araignées je me fais violence depuis la naissance des Pilous. Depuis le jour où seule avec Pilou1 dormant sur son tapis une put$#%@ de monstrueuse araignée degueulasse a essayé de monter sur le visage paisiblement endormi pour au moins 7 minutes de mon fils.
    Par contre J’ai longtemps pensé qu’à plus de trente ans j’avais encore peur du noir. Mais finalement non C’est plus complexe que ça. Je suis phobophobique. J’ai peur d’avoir peur ce qui explique en partie ma grande détresse dans les endroits sombres…
    Force et honneur ma belle ♡♡♡

    Aimé par 1 personne

    1. Ah là j’avoue, j’agis, en explosant l’araignée sur le visage de ma progéniture 😂 Non mais sérieux c’est atroce, ça veut dire qu’il faut à la fois ÉJECTER la bestiole puis la mettre à mort?? Je serais décédée. On a atteint le sommet de l’abomination. Moi aussi à ta place j’aurais peur d’avoir peur 😂

      J'aime

  14. Je viens de lire ton article (très bien écrit d’ailleurs, très drôle). Mes deux grands sont des fans absolus de tous les insectes : mon fils adore quand il y a une araignée dans sa chambre, il dit que c’est sa coloc et ma fille sauve les escargots sur le trottoir et les met dans les haies pour qu’ils ne soient pas écrasés… mais avant elle les promène sur sa main, leur fait des caresses et des bisous.
    Petite, j’avais une vraie phobie des limaces (en habitant à la campagne, pratique). Mes deux grands ont commencé aussi à ramasser les limaces et à les mettre sur les manches de leurs vestes. 😱😱
    J’ai stoppé net la chose en expliquant lourdement à quel point les limaces ressemblaient à un caca et qu’en plus, elles se mangeaient entre elles.
    Bonne journée sans araignée,
    Catherine

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup de m’avoir laissé un commentaire et merci pour ton compliment! Tu es un transfuge de PRGR, il me semble 😉?
      Ici, tous les insectes me posent plus ou moins problème, mais mes filles sont moins chochottes que moi. Quant aux rampants, ils ne m’ont jamais effrayée, d’ailleurs, j’adore les vers de terre.
      J’avoue que ta description tout à fait abominable des limaces vaccinerait jusqu’à leur plus fervent défenseur 😄

      J'aime

  15. Merci pour ta réponse ! Mais je suis novice en commentaire… Qu’est qu’être un transfuge de PRGR ? Je me suis creusée la tête… Mon passé d’agent double a-t-il été découvert ? 😁

    Aimé par 1 personne

    1. Je croyais que tu m’avais découverte grâce à un autre blog, PRGR.fr, qui, il faut le dire, me fait souvent de la pub! Mais non, tu as tout simplement été éblouie par mon génie 😂
      Merci beaucoup en tout cas de prendre le temps de commenter, ça me fait TRÈS plaisir!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :