Congé parental: l’une des plus belles périodes de ma vie?

Je le sens. C’est là, comme un ballon qui se gonflerait de jour en jour, ou comme une perspective lointaine qui se dévoilerait à l’oeil peu à peu. La plénitude. Le bonheur.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que mon métier ne me manque pas. C’est bien simple, je n’y pense quasiment pas, et ce qui est certain, c’est que je n’éprouve, pour l’instant, pas le moindre petit regret d’avoir balancé dix ans de certitudes, d’avantages et de jalons en l’espace d’une soirée.

La route a été longue. Les deux premiers mois ont été très difficiles. Je pleurais très souvent, fragilisée par ce que j’avais subi, perdue dans ce changement de situation brutal, terrorisée par l’avenir.

Mais depuis que j’ai enfin défini une voie de reconversion et que j’ai lâché prise, je me suis rarement sentie aussi bien, de toute ma vie. Si tu m’as suivie sur mon précédent blog, tu as dû sentir une différence notable dans la tonalité des articles. Beaucoup de gens m’en ont d’ailleurs fait part. C’est simple, je suis beaucoup plus épanouie depuis que j’ai quitté mon travail, et ça se ressent dans mon écriture.

Je suis épanouie par ce congé parental. Je ne l’aurais jamais cru. Je pensais sincèrement avoir besoin d’un rythme de vie qui pulse, qui imprime une dynamique à mon quotidien, qui me permettre de me sentir « utile » et d’avoir une vie sociale. Mais cette vie au ralenti, sans stress, cette attention et ce temps que je peux consacrer à mes enfants, cette organisation familiale qui coule de source diffusent un mieux-être familial global qui rejaillit sur nous tous. Regarder mon bébé grandir est un bonheur quotidien dont je ne me lasse pas. Je suis aux premières loges pour observer et mesurer ses progrès, aussi minimes soient-ils.

heart-762564_1920

Je ne m’ennuie pas, mais alors pas le moins du monde. Car je suis épanouie par le blog, évidemment. Sans lui, je n’aurais pas trouvé cet équilibre qui me satisfait tant aujourd’hui. Vu de l’extérieur, tu te dis sans doute que c’est un passe-temps futile, une occupation gentillette, une lubie temporaire et sans profondeur, mais je t’assure que quand on met le doigt dans le pot de confiture, c’est très difficile de s’en défaire. Je n’ai d’ailleurs aucune envie de m’en défaire. Ce blog me stimule intellectuellement comme rarement une activité l’a fait, et me donne confiance en moi. Je suis dans mon élément.

Je suis épanouie en tant que personne. Je commence à pouvoir regarder en arrière et mesurer le chemin parcouru. Je suis fière de m’être reconquise physiquement après des suites de couches très compliquées, je me sens bien dans mon corps, je n’ai pas l’impression de vieillir, ou en tout cas, mon corps ne me le fait pas sentir plus qu’avant. Je me sens réparée moralement de mon accouchement, du post-partum et de ce qui m’est arrivé en début d’année. Je ne ressens plus le moindre besoin de suivre une psychothérapie en ce moment, moi qui y prenais tant de plaisir, je suis surprise du sentiment de légèreté qui accompagne cette libération. Je sais que ces cicatrisations sont indispensables à ce qui va suivre, car la parenthèse enchantée de mon congé parental, sans aucune contrainte, aucune pression, prendra inévitablement fin en septembre avec l’amorce des révisions.

Peu importe ce qu’il adviendra par la suite. L’adversité m’a permis de vivre l’une des périodes les plus heureuses de ma vie, je le sais, j’en prends conscience au moment même où je le vis et ça ne fait qu’en amplifier l’impact. Rien que pour ces quelques mois de félicité en suspension dans un autre espace-temps, je dis merci à la vie, si imprévisible, si injuste parfois, de m’avoir donné la force de transformer de la malfaisance en quelque chose de bien, en quelque chose de bon, même si c’est éphémère, fugace, et que ça me coule inévitablement entre les doigts.

Quoiqu’il arrive, je connais désormais ma définition du mot bonheur.

 

34 commentaires sur “Congé parental: l’une des plus belles périodes de ma vie?

Ajouter un commentaire

  1. Tu as trouvé ta résilience. Et je rajouterai même: et si ce n’était que le début d’une avalanche de bonheur? Ne te projette pas d’ors et déjà dans la fin de cette période de félicité car elle n’est pas seulement liée à ton congés parental. C’est toi qui a grandi de tes expériences. Révisions, reprise d’activité, changement de rythme… à ton stade, tout passera comme une lettre à la poste et tu trouveras le bon dans chaque situation. Et si tu en doutes, je t’invite à lire Cyrulnik. Je suis heureuse de lire cet article, heureuse pour toi et ta famille.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ta réponse Elvire, elle est ultra motivante! Je ne suis pas aussi certaine que toi que ma résilience n’est pas seulement due aux circonstances, mais une chose est sûre: quand j’ai stoppé ma thérapie je n’avais pas la sensation d’avoir « progressé » mais aujourd’hui il est évident que c’est le cas; c’est comme un effet à retardement. J’ai beaucoup gagné en connaissance de moi-même et j’espère, je crois que ça me servira pour la suite, comme tu le dis si bien!

      J'aime

  2. je sais que tu vas aimer le mot que je vais utiliser : sublimation.
    Tu as sublimé un événement négatif pour en tirer du positif!
    BRAVO!

    Hâte que nous parlions de tes ambitions pro et leur orientation.

    Gros bisous

    Aimé par 1 personne

  3. C’est évidemment très agréable à lire… c’est une parenthèse dorée, peut-être, mais elle te donne aussi les clés pour pouvoir prolonger cet état de félicité au-delà, en ayant identifié ce qui te permet de l’acquérir. J’espère que ce bonheur poursuivra ta route bien au delà de cette reprise… et à te lire j’ai confiance!
    En tout cas moi aussi j’aime la confiture et je serai ravie de continuer à me délecter de la tienne!

    Aimé par 2 personnes

    1. J’espère que ce n’est pas dû qu’aux circonstances…je me connais et je sais aussi que je suis très sensible aux aléas de l’existence, mais ces moments capitalisés, personne ne pourra me les enlever!
      Et…je te rends la pareille pour la confiture 😊

      J'aime

  4. Je m’étais fait la réflexion sur la différence de ton entre les 2 blogs. On sent que tu es bien épanouie ici. Je voulais justement t’en faire part, mais je n’en ai jamais pris le temps ! C’est formidable comment tu as rebondi, et finalement comment tu as trouvé ton bonheur !!

    Aimé par 1 personne

  5. Je trouve génial de lire un billet pareil ! Je ne t’ai pas beaucoup lu sur ton précédent car je t’ai découverte vers la fin mais je reconnais que le style a quelque peu changé. Ni en bien ni en mal, juste changé, et je l’apprécie autant que le précédent 🙂
    Je te souhaite de continuer à t’épanouir et d’être heureuse !
    Bises
    Cécilia

    Aimé par 1 personne

  6. C’est vraiment super de lire ça. Je ne regrette pas non plus d’avoir mis en pause mon activité pour m’occuper de ma fille. Il y a énormément de pression dans ma profession d’architecte. J’adore mon métier mais chaque choses en son temps.
    Dans quoi souhaite tu te reconvertir ?

    Aimé par 1 personne

  7. Je ne connais pas ton blog précédent et j’ignore tout de ton histoire personnelle et des difficultés que tu mentionnes. L’ancien blog est il toujours en ligne ?
    Ceci dit je ne peux qu’être ravie de te savoir épanouie ! Profite bien des derniers mois de ton congé parental 😉.

    Aimé par 1 personne

  8. Je ne connais pas ton blog précédent, et finalement je ne te lis pas depuis très longtemps mais ce texte est emplie d’une joie sincère et profonde qui me fond penser que tu sais, ou que tu as découvert, où sont tes ressources. Et puis quelle plus grande utilité dans la vie que celle de prendre soin de ses enfants, d’en faire des personnes épanouies, autonomes et heureuses ?

    Aimé par 1 personne

      1. Je suis sur la même longueur d’ondes que toi! Je disais à ma mère hier: « heureusement que j’ai ce blog quand-même » et elle m’a répondu: « tu aurais fait autre chose ». Oui, mais sûrement pas quelque chose pour MOI. Là, l’équilibre est parfait, on m’avait enjoint il y a quelques mois de me « faire plaisir », je crois que le contrat est rempli 😊

        Aimé par 1 personne

  9. Heureuse de lire cet article ! Tu mérite tellement ce qu’il t’arrive! Profite profite de ces moments de bonheur et continue de nous en faire part à travers tes articles. Je ne laisse pas souvent de commentaires mais je lis tous les articles et je suis fan!

    Aimé par 1 personne

  10. Je suis très heureuse de lire cet article, c’est tellement important pour des parents de sentir ses enfants heureux ! Moi aussi j ai adoré mon congé parental : 3 années de bonheur que j aurais doublées si j avais pu mais je n ai repris qu à mi temps 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Oh, merci beaucoup, ton commentaire me touche et me fait du bien aussi! Je t’avoue que je n’aurais jamais cru pouvoir écrire ces mots il y a quelques mois…j’étais persuadée que le congé parental n’était pas fait pour moi! Je crois que je vais continuer de laisser la vie me surprendre et m’en apprendre plus sur moi-même!
      PS: bonnes vacances 😊

      J'aime

  11. Je suis si heureuse de lire que tu te sens si bien aujourd’hui! Et c’est vrai que ton écriture se ressent, du coup tu en deviens contagieuse 😉 Profite encore de ce joli congé parental pour faire le plein de bonheur!! Et bon courage pour les révisions à la rentrée 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup! Contente de lire que c’est contagieux, en tout cas cet article m’apporte plus de vues que d’habitude du côté de la Libre.Be! Le bonheur serait-il vendeur? 😉
      Les révisions je n’y pense pas, je vis au jour le jour pour ne rien gâcher!

      J'aime

  12. Moi aussi j’ai savouré cet article à sa juste valeur. Quand on a suivi ton parcours ces derniers mois, on sait d’où tu viens et de quoi tu te relèves, sur de nombreux plans. Je suis fière de toi, tu sais tirer parti au maximum de cette situation que l’on t’a imposée. Ta famille aussi doit savourer cette plénitude car elle est certainement contagieuse : si tu es bien, eux sont bien, non ? (l’objet d’un futur article peut-être ?) Je trouve en plus que tu as fait ce chemin rapidement, bravo ! J’espère que le prochain tournant professionnel sera tout aussi prometteur. PS : je viens de terminer un livre pour le boulot, « Les gens heureux ont toujours un plan B » et je trouve que tu illustres parfaitement le concept !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Ariane, pendant ces vacances, j’ai eu un gros passage à vide, j’en ai fait des cauchemars plusieurs nuits de suite. La preuve que ce n’est pas encore totalement digéré, mais je suis sur la bonne voie, c’est une certitude. Merci beaucoup pour tes mots qui me font vraiment plaisir, tu as raison, ma famille va forcément mieux qu’en début d’année, même si d’autres problématiques surgissent (vais-je réussir le concours? Va-t-on continuer à assurer financièrement?), mais la vie sans problèmes…ce n’est pas la vie! 😉
      Quant à ton livre, je m’y reconnais effectivement parfaitement, j’ai toujours eu un plan B, où que j’aille et quoique je fasse!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :