Survivre à un évènement mondain en solitaire

Je te préviens, mon mari, qui est mon attaché de presse attitré, à son insu et bénévolement bien-sûr, s’est fait chier comme un rat mort en lisant cet article. Je t’avise, comme ça, au cas où. Car le miracle n’a pas eu lieu. Je n’ai pas terminé la première soirée ultra chic de ma vie les poches remplies de cartes de visite, en dansant debout sur une table, à moitié nue et acclamée par la foule en délire. Mais revenons là où tout a commencé…

Mes recettes de feignasse ont été le déclencheur. Je n’avais pourtant pas misé un kopeck sur cet article, mais il s’est retrouvé en une de Hellocoton, et en tête de page. Au même moment, en plein Paris, une blogueuse en stage comme attachée de presse (une vraie, celle-là) me sélectionnait un peu par hasard grâce à cette une pour participer très logiquement à un évènement chic et gastronomique, le Trophée de la Pétanque gastronomique. Le fait que je ne joue pas à la pétanque, et que je sois une quiche en cuisine ne rentrait absolument pas dans l’équation. Parfait. Jamais avare d’expériences alternatives, il ne me restait plus qu’à mouiller la chemise pour te livrer ma tentative de survie à un évènement mondain en solitaire.

Quinze jours pour choisir la tenue, trois jours pour choisir le vernis, deux jours pour décider si je prendrai le monospace ou la voiture nettement plus sportive de mon mari. J’opterai évidemment pour la dernière solution, histoire de savourer pour quelques instants la gloire qu’on puisse me prendre pour une jeunette célibataire et nullipare. Les enfants douchés et à moitié nourris, je partirai avec une heure de retard, en passant par le satanique rond point de l’Etoile, et en me garant dans une rue annexe, décidant que j’avais décidément trop de dignité pour recourir aux services du voiturier.

Là, les choses sérieuses ont commencé. J’ai pointé mon invitation, on m’a redirigée vers l’accueil « presse », où j’ai eu le droit à un beau ruban rose pour signifier ma suprématie journalistique à tous les invités présents. En réalité, tout le monde avait des bracelets, et j’ai vainement tenté d’occuper ma soirée à en comprendre le code couleur. Je sais juste que le commun des mortels ne pouvait pas monter sur la péniche, là où se rassemblaient quelques célébrités, mais que moi, j’y avais droit. C’était la seule chose au monde qui m’importait.

img_4037

 

Et là, elle m’a encerclée. Elle m’a enveloppée. Elle m’a désignée à tous les convives présents, privilégiés et accompagnés, baignant dans une douce convivialité: la solitude. Surtout, faire comme si j’avais un but. J’erre de stand en stand, hum, un macaron, tiens, les terrains de pétanque, puis-je jouer? Ah mince, fallait s’inscrire avant, c’est con, on me l’a pas dit, et puis ça m’aurait bien occupée pour la soirée, j’aurais eu l’air hyper concernée par le tournoi et ça m’aurait permis de me fondre dans la masse. Que faire? Me sustenter? Merde, un hamburger debout, ça craint, je sens que je vais m’en foutre partout. Pas grave, allons au bar.

 

Un ice tea dans la main, je reprends contenance et courage. Soudain, mon oeil de lynx aperçoit dans l’assistance la blogueuse qui m’a invitée. Je fonds sur elle tel un aigle sur sa proie. Ouf, elle se souvient. Ouf, elle est sympa. Elle me présente à deux autres blogueuses, pas famille hein, lifestyle et tout, je tenterai avec pénibilité d’établir un contact mutuel, mais mes questions affables resteront sans la moindre réciprocité. Pas grave. Mon initiatrice, adorable, me fera découvrir tous les stands de dégustation, du meilleur jambon du monde pour lequel Victoria Abril me poussera sans ménagement, aux sushis préparés devant nous et bienvenus par la chaleur, en passant des glaces à la mangue, providentielles. L’ambiance est festive, il fait bon, les musiciens et le chanteur sont vraiment doués, bref, je commence à me détendre.

 

 

Non. Mon accompagnatrice me quitte. La solitude délatrice rabat son couvercle sur ma personne. Ça et là, j’aperçois des têtes connues. Je tenterai de demander une photo à Stéphane Plaza, mais il partira en trombe, non sans casser deux coupes de champagne au passage, juste au moment où j’allais lancer un courageux: « Eh, Stéphane! ». Point de Miss France ni d’Alleno, mais des chefs étoilés qu’en ignare culinaire, je suis incapable de nommer. Je repérerai aussi De Ménibus, Thomas Hollande, et plein d’autres people qui me feront dire: j’ai déjà vu ce visage quelque part, sans jamais parvenir à mettre un patronyme dessus. Heureusement, quelques jours plus tard, le diaporama Pure People mettra fin à mon inculture crasse. Tu seras d’ailleurs ravi(e) d’apprendre que la première personne qui s’affiche m’a tenu la porte des toilettes.

img_4041

J’ai galéré pour prendre cette photo floue à la va-vite, je te raconte même pas. Je suis certaine que tu es ébaubi(e).

Mon errance reprend. Je chope un macaron salé au passage (et merde, je pensais qu’il était à la framboise, ça le fait si je crache discrètement? Nan, ça le fait pas), et me dis que je ne fais que me bâfrer, et que je suis en train d’engraisser à vitesse grand V. Pour la peine, je vais me chercher un verre d’eau. Et là, mon salut. Je repère, dans un coin, mon double: une jeune femme, isolée, pas VIP, en train de tromper sa solitude sur son portable. Heureusement, je ne suis pas timide. Une dernière vérification, un regard autour pour contrôler qu’elle n’attend personne, et je passe à l’attaque.

Elle est seule. Elle n’est pas blogueuse. On parlera et on rira pendant presque deux heures, dans la nuit tombante, entre anecdotes sur notre enfance, considérations sur notre progéniture respective et débats sur la vie professionnelle. On s’échangera même les numéros, et en bonne opportuniste que je suis, je lui glisserai bien évidemment le nom de mon site. Nous nous quitterons le sourire aux lèvres, je ferai mon tour d’honneur alors que la finale du tournoi bat son plein et je rentrerai dans la douceur du soir, non sans prendre une photo de la Tour Eiffel illuminée pour mes filles qui doivent dormir, là, mes chéries d’amour.

 

J’étais aussi terrorisée qu’une souris acculée avant d’aller à cette soirée. Car, quoi de pire que d’être seule à un évènement convivial? J’ai survécu. Il n’y avait pas d’atelier cuisine, ça a sûrement aidé, mais j’ai survécu à la solitude, survécu à un milieu que je ne connais pas, survécu à l’épreuve des établissements de contacts, et tu sais quoi: au final, grâce à toi, E., qui me lis peut-être, j’ai passé un excellent moment.

C’est sûr, je suis prête pour Koh Lanta, maintenant.

46 commentaires sur “Survivre à un évènement mondain en solitaire

Ajouter un commentaire

    1. Naaaaaan, figure-toi que j’étais venue gonflée à bloc, mais PERSONNE ne demandait d’autographe à PERSONNE. Genre, on se connaît tous, ouaip, tout est normal. Je me sentais déjà assez seule comme ça, j’allais pas en plus m’afficher en mode groupie! Y’a que Stéphane qui se faisait prendre volontiers en selfie mais le temps que je réagisse…Il avait pris son casque et il s’était barré!

      Aimé par 1 personne

  1. Et bien moi je le trouve pas du tout ennuyeux cet article au contraire ! J’adore les mondanités – sous forme de récit et vu sous cet angle 🙂 – mais ce genre de soirées – seule- quel cauchemar ! Je m’en suis tapée quelques unes mais moi c’était pour mon boulot donc encore plus horrible car j’avais la pression de devoir ramener des cartes de visite en trophée !! Je croise les doigts pour ne plus jamais avoir à vivre ça ! En tout cas toi tu peux recommencer quand tu veux juste pour le plaisir de nous faire rire à nouveau !

    Aimé par 2 personnes

    1. Je vais me faire un plaisir de répéter ce compliment à mon mari, qui avec les années, est manifestement habitué à mon génie et ne sait guère le reconnaître! 😀
      Merci pour ton retour, heureusement je n’avais aucune directive particulière pour cette soirée, le ton de mon article était totalement libre et je t’avoue que je me suis lâchée 😉

      Aimé par 1 personne

  2. coucou!
    victoria april était là?
    Et Plazza tu es pu voir si il était vraiment maladroit???
    Sinon bravo à toi car vraiment je déteste aller à un évènement quand je ne connais personne… il n’est jamais aisé de pouvoir échanger dans ces moments, sauf à trouver des personnes dans la même situation!
    Bonne journée

    J'aime

    1. Oui, elle était là Victoria, on ne pouvait pas la louper! Elle kiffe le jambon! Quant à Stéphane, oui, aussi maladroit en vrai, puisqu’il a explosé deux coupes de champagne en enjambant une rambarde au moment de partir!
      Oui, tout le monde était accompagné, tout le monde semblait à l’aise, je t’avoue que j’ai guetté toute la soirée LA meuf seule, j’ai failli abandonner!

      J'aime

  3. Une question qui fâche : mais pourquoi diantre t’ont-il invitée, en dehors de tes indéniables talents culinaires et littéraires ? Quel courage tu as eu, moi qui suis trrrrès timide, je pense que je serais partie ventre à terre, au bout de 5 minutes (mais un macaron entre les dents et des tranchettes de jambon coincées dans le soutif, quand même).

    Aimé par 2 personnes

    1. Un coup de foudre, que veux-tu, comme celui qui nous lie présentement 😀
      Franchement? Pur hasard. Ah tiens, elle fait la Une Hellocoton celle-là. Tac. Une invit. Sauf que j’ai dit oui (certaines ont dit non apparemment).
      Et…MERCI pour le fou rire avec les tranchettes de jambon dans le soutif! Je me demande sincèrement si Victoria Abril ne t’a pas imitée…
      PS: Toi, timide??? J’y crois pas!

      J'aime

  4. oh la la comme je me reconnais dans cet article. A la lire je ressentais le même ressenti très désagréable d’être seule au milieu de divers groupes qui se connaissent et se parlent, complètement indifférent à cette petite chose qui erre désespérément. C’était au congrès à Nantes. J’avais l’impression de me promener avec un gros écriteau : je suis seule, je connais personne…j’ai pas d’AMIS!!!!!!! Bref, la loose intersidérale. Et là, un visage connu et sympa! UN!!! Et ça a suffit à rendre ces 2 jours supers. mais sinon il m’est génétiquement impossible d’aller directement vers des gens que je ne connais pas et m’incruster dans le groupe. No way! Il me faut forcément une ouverture de la part de l’autre, une invitation visuelle tout au moins. Donc bravo d’avoir fait la démarche de ton côté en tous cas.

    Et sinon, pour être redondante avec les autres commentaires : je t’avais dit que je pouvais venir…mais t’as pas voulu, hein! ^^

    Et sinon (encore une fois), BRAVO d’oser prendre ta voiture sur Paris. Je ne le fait déjà pas à Lille mais Paris!!!!!! Balèze la fille!!

    On aura l’occasion d’en reparler de vive voix. Et tu me diras quelle tenue, quel vernis…

    Aimé par 1 personne

    1. Bon, tu me rassures, je ne suis pas la seule à avoir éprouver cette sensation terrible, comme une réminiscence du collège quand tes 2 meilleures potes décidaient d’être cruellement absentes le même jour et que les autres disaient que « tu te tapais l’incruste » (mais dieu qu’on est con, au collège!)
      Je t’avoue que là, j’étais tellement désespérée que même sans le moindre signe visuel, j’aurais brisé toutes les conventions sociales 😀
      J’ai supplié les gens de m’accompagner sur FB…mais le prix était rédhibitoire malheureusement!
      Et j’ai souri pour les lignes sur la voiture! Quand j’ai vu le rond point de l’Etoile se profiler sur le GPS, j’ai dit: pas lui, pas lui!!! Finalement, je le prends toujours à la oneagainbistouflaïe, en respectant la priorité à droite une fois sur deux et en hurlant intérieurement: banzaaaaaaaaaaaaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!

      J'aime

  5. Tu t’es peut-être sentie seule ou ennuyée, mais qu’est que tu m’as fait rire ! Je t’ai imaginée là et me suis demandé si j’aurais seulement accepté d’y mettre les’ pieds ! Quel courage, quelle témérité ! Surtout quand on pense’ qu’il y avait des macarons salés ! Mais quel piège! Quelle trahison!) Bravo pour cet article !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci, en publiant l’article, je me suis dit que j’allais perdre la moitié de mes lecteurs si j’écoutais l’avis de mon mari mais nooooon, vous avez été au rdv de cet article que j’ai écrit totalement à chaud!
      Et une trahison, c’est exactement ce que j’ai ressenti en croquant dans mon faux macaron à la framboise!
      PS: j’ai corrigé ton commentaire, et mes affreuses fautes de cet aprem dans les miens au passage!

      Aimé par 1 personne

  6. Bah je ne me suis pas du tout ennuyée à te lire (oui, tu remarqueras que j’ai beaucoup de retard dans mes lectures mais aussi rédaction d’articles ^^)
    Par contre, je crois que jamais je n’aurais accepté cette invitation, par peur justement de me confronter à cette certaine solitude… Respect à toi 😉 Mais sincèrement, c’est quand même une chouette expérience je trouve!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton retour, même tardif 😉
      Je n’ai pas vraiment réfléchi en acceptant, je me suis dit « on verra bien », je pensais être mise en contact avec d’autres blogueuses plus…simples et sympas, mais seule celle qui m’a accueillie a été cool (et polie). Et oui, ça reste une expérience un peu hors du temps, dont je me souviendrai avec le sourire!

      J'aime

  7. C’est vraiment dommage que tu es vu cette soiree sous cet œil..
    Je t’ai présenté d’autres blogueuses comme toi adorable. Et figure toi que je ne t’ai pas invité par hasard, j’ai fais un tour sur ton blog pour voir ton travail et si tu veux savoir j’ai lancé seulement 6 invitations dont 4 favorables..

    J'aime

    1. Je ne l’ai pas vu que sous cet œil, ça a été une expérience à part pour moi et enrichissante dans tous les cas, vu ce qu’il en a résulté en terme de retours.
      Mon article détonne certainement des autres, j’en suis consciente, mais il est honnête. Pour les autres blogueuses, tu les as certainement trouvées plus sympas que moi et tant mieux, de ton côté tu n’as absolument rien à te reprocher bien au contraire.
      Quant aux critères d’invitation, je suis ravie de voir que je n’étais pas là par hasard, certains mots ou réactions m’ont laissé croire le contraire mais tant mieux si je me suis trompée.
      Très bonne continuation à toi.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :