D’une maman à sa maman

Maman,

Je suis aujourd’hui mère de trois enfants, comme tu l’as été avant moi.

Souvent, je me demande comment tu faisais, et me dis que tu étais une bien meilleure mère que moi. Tu étais une championne de la gestion du quotidien. C’est vrai, quoi: tu venais nous chercher les midis pour que nous ne mangions pas à la cantine, tu conduisais V. au foot plusieurs fois par semaine, C. à la natation, moi au dessin, nous tous à l’anglais. Tu repassais même nos petites culottes et nos slips. Encore aujourd’hui, ce souvenir dérisoire et pourtant symbolique me paraît démentiel, à moi qui jette tout en boule dans les tiroirs des filles, en les ouvrant avec un pied tout en récupérant un Playmobil au passage, à moi qui ne me verrais pas ajouter aux trajets du mercredi des aller-retours le week-end.

Tu préparais des plats maison, nous aidais à faire nos devoirs, nous conduisais chez nos copines, tout en travaillant, en gérant la maison, et sans aide notable des grands-parents.

Si, concrètement, je suis moins douée que toi -si, si, pas d’excuses-, il y a un paquet de domaines bien plus essentiels où tu m’as légué ta façon d’être mère, et je t’en remercie. L’écoute. La sensibilité. La tendresse. L’attention portée aux petits tracas, aux petites joies, aux préoccupations des enfants. Ton indéfectible patience pour gérer nos angoisses, nos interrogations, je la prends comme un présent, car aujourd’hui, elle me rend forte, elle me rend riche de solutions pour aider mes filles lorsqu’elles font face à ce trait de caractère que je leur ai sûrement transmis.

J’espère construire avec mes filles une relation qui sera aussi simple que la nôtre, aussi saine que la nôtre, sans rivalité, sans pression, sans ressentiment. Car maman, je crois qu’avec papa, le plus beau cadeau que vous m’ayez légué, c’est votre gentillesse. Elle fait qu’aujourd’hui, je suis incapable de vouloir nuire à qui que ce soit, incapable de vouloir ou de réclamer réellement vengeance pour les préjudices que je subis. Je sais avoir été élevée sans avoir reçu ou perçu de violence de votre part et ce socle équilibré me permet d’envisager l’éducation que je donne sous l’angle de l’humanité et de la compassion.

Merci de respecter ma façon d’être mère. De ne jamais t’être immiscée dans mes choix fondamentaux, de savoir garder une distance respectueuse, contenue, en même temps qu’une présence bien réelle, comme une toile de fond qui se tendrait quand il est nécessaire de prodiguer un conseil ou de rappeler une expérience.

Maman, je sais que je pourrai toujours compter sur toi. Tu as été un phare, un soutien, à plusieurs reprises dans ma vie, je sais que tu le seras encore, et cette certitude est l’un des piliers solide, confortable et rassurant sur lequel je sais pouvoir m’appuyer quand j’en ai besoin. Cette évidence rend ma vie plus douce et plus légère.

Maman, je te dis souvent cette phrase, sache que j’en pèse et pense chacun des mots: Merci pour tout. Je t’aime.

40 commentaires sur “D’une maman à sa maman

Ajouter un commentaire

  1. Très bel article. Tu as de la chance d’avoir une super maman. Et je pense qu’elle est fière de ses 3 enfants et très heureuse de voir les parents que vous êtes devenus. Belle réussite éducative grace à la bienveillance et l’amour.

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne sais pas quel message caché vous voulez faire passer mais on ne peut pas dire que mon idée soit d’une grande originalité le jour de la fête des mères donc OUI, coïncidence, je n’ai même pas lu votre blog. Je suis la première à citer mes sources d’inspiration.

      J'aime

      1. Vous vous adressez à votre mère comme je me suis adressé à ma maman . Il y’a beaucoup de similitudes dans nos 2 articles. Beaucoup de blogueuses ont écrit pour la fête des mères et leur article n’avait rien avoir avec le mien. Quand on a pas d’idées, on ferme son blog. Au revoir

        J'aime

      2. Je me répète, je n’ai MÊME PAS LU votre article. Le mien, je l’ai écrit avec mes tripes et dieu sait que je n’ai pas besoin de vous pour avoir de l’inspiration concernant ma propre mère. Quand on a autant de hargne, et pour rien, on peut aussi fermer son blog.

        J'aime

    2. mamandisney : a priori il manque un chouilla de bienveillance dans votre éducation… si vous surfez sur les blogs aujourd’hui vous aller en trouver plein, des « plagiats » de votre texte ! qui n’a d’ailleurs pas vraiment de similitude avec celui là, à part le thème qui est de saison. vous avez du boulot si vous voulez laisser des commentaires malveillants sous chacun ! J’espère que vous avez mieux à faire de vos journées.

      Aimé par 2 personnes

      1. j’ai été très bien éduqué, merci. Le commentaire était correct, j’ai encore le droit d’exprimer mon avis. Je n’ai jamais laissé aucun commentaire comme celui-ci car cette situation ou on écrit un article similaire au mien ne m’était jamais arrivé .Je n’ai aucune leçon à recevoir de votre part. Si pour vous il est normal de trouver des plagiats d’articles( moi je n’ai jamais dit que c’était un plagiat mais une ressemblance) alors bientôt on lira les mêmes articles. Je ne m’adressai pas à vous alors occupez-vous de ce qui vous regarde. Je ne répondrais plus j’ai autre chose à faire.

        J'aime

      2. Je suis allée lire l’article en question et je comprends d’autant moins le problème que je ne trouve pas de ressemblance. J’ose espérer que je ne suis pas la seule sur terre à vouloir rendre hommage à une mère qui a si bien rempli son rôle. Enfin…Merci d’avoir pris ma défense!

        Aimé par 2 personnes

  2. Bonjour ! Je suis la maman de Mamanlempicka et ce commentaire est destiné à Mamandisneyetplus : Je ne lirai pas l’article sur votre mère. Je n’en ai pas besoin car je sais d’où vient le message d’amour qui m’a été adressé. Je reconnais ma fille dans sa démarche, sa sensibilité. Je la reconnais dans chaque mot, dans chaque ponctuation. Je suis fière d’elle, de la jeune femme et maman qu’elle est devenue. C’est une personne entière et profondément honnête.

    Aimé par 3 personnes

  3. Waouh mais quelle ambiaaaaance par ici ! Alors, il paraît que tu as le culot de parler de ta mère, le jour de ta fête des mères ? Et en plus, tu pousserais l’originalité jusqu’à aimer ta mère et le dire ? Non, mais tu abuses. Je suis sûre qu’en plus, tu m’as plagiée et lui lui as passé un coup de fil pour lui dire que tu l’aimais. Sinon magnifique texte ma Tamara, très émotionnant 😉

    Aimé par 2 personnes

    1. T’as vu ça? Bientôt je vais réussir à créer une véritable dramaturgie rien qu’avec mes commentaires! C’est the place to be mon blog! 😀 Avec le recul, je trouve moi aussi qu’il est tout à fait révoltant et indécent d’oser parler de sa mère avec des termes aussi aimants que d’autres. L’exclusivité se perd de nos jours…Merci pour ton avis, ça me touche! 🙂

      Aimé par 1 personne

  4. Tu m’as mis les larmes aux yeux… Tes mots sont magnifiques! Mes parents aussi m’ont marquée et continuent de me marquer par leur gentillesse et leur immense générosité. Nous sommes chanceuses car comme tu dis, il n’y a pas plus grand cadeau que l’on puisse faire à son enfant, que celui de la bonté.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :