Défi: Le ou la prof de ta vie

Nous avons tous, je l’espère, je le crois, un ou une prof que nous portons dans notre cœur. Celui ou celle qui a donné tout son sens à sa dénomination. Souvent, d’ailleurs, ces profs font l’unanimité.

Je te propose, lecteur ou blogueur, de participer aujourd’hui à ce qu’on peut appeler un défi, un carnaval d’articles ou de commentaires (appelle cela comme tu voudras): écrire quelques mots, ou un article, sur le ou la prof de ta vie.

Celui ou celle qui a laissé une empreinte positive (j’insiste, les autres n’en valent pas la peine, on est d’accord?) sur la personne que tu es aujourd’hui. Lecteur, tu n’auras qu’à poser ta patte ou ta prose en bas de cette page, blogueur, tu pourras écrire un article en précisant que tu réponds à mon défi.

 

Voilà quelques questions pour guider les moins inspirés, mais tu pourras bien-sûr laisser libre cours à toute la passion que ce sujet ne manquera pas de déclencher dans ta chaumière!

  1. En quelle année de scolarité as-tu eu ce prof?
  2. Quelle(s) matière(s) enseignait-il?
  3. Pourquoi t’a-t-il marqué(e)?
  4. Qu’en gardes-tu aujourd’hui dans ta vie d’adulte?
  5. Si tu devais lui adresser un mot, quel serait-il?

L’idée de cet article m’est venue après avoir visité l’expo « MoMa » à la Fondation Vuitton.

J’y ai reconnu de nombreuses oeuvres que j’ai eu à côtoyer durant mes deux dernières années d’études, dans le cadre d’un cours sur les arts visuels, option que j’avais naturellement choisie à l’époque parmi trois autres.

LE-MOMA-A-PARIS_3712065072463582597

Ma culture artistique, je me la suis d’abord construite en véritable dilettante, au gré de mes coups de coeurs. J’ai toujours été attirée par l’art, je visitais des musées, allais voir quelques expos en fonction des lieux où elles se passaient, du temps dont je disposais, et des personnes qui voulaient bien m’accompagner (de bonne ou de mauvaise grâce).

Et puis, en formation, j’ai découvert, dans un lieu où je ne l’attendais plus, la prof de ma vie. Véritable ovni de compétence, d’investissement et d’efficacité, elle m’a fait découvrir en une année le véritable sens de l’art, et m’a permis de balayer, de comprendre, de retenir et d’aimer la plupart des courants artistiques, picturaux, cinématographiques, et visuels de ce monde. Elle m’a fait saisir des choses que je ne saisissais pas. Elle a élargi mes points de vue, ma culture, ma compréhension du monde. Elle m’a rendue plus intelligente.

Elle m’a permis d’obtenir la note maximale au concours, dans une épreuve épique au plus fort coefficient qui m’a fait établir sans sourciller des liens entre La laitière de Vermeer et le martèlement répétitif d’Arman (oeuvre présentée contre oeuvre imposée).

J’ai naturellement choisi cette prof comme directrice de mémoire. Ça tombe bien, elle a accepté. Encore aujourd’hui, je la remercie pour sa présence, son investissement, la pertinence de ses interventions, qui m’ont permis non seulement d’obtenir une note exceptionnelle pour clore mes études, mais aussi de me fournir des armes concrètes, poussées, efficaces pour mettre en pratique mes connaissances. Elle m’a fait éprouver ce qu’est transmettre avec fougue et passion.

Dans son cours, j’avais la sensation d’être vivante, de me ressourcer, entre bienveillance et exigence, je sentais les idées, les énergies et les intelligences fuser et se croiser dans la pièce, dans une sorte de ballet positif et créatif, où chacun apportait à l’autre, où les connaissances mises à notre disposition étaient organisées comme un présent, avec un supplément d’âme dont nous n’avions qu’à nous saisir pour nous nourrir.

Aujourd’hui encore, c’est grâce à elle que lorsque je vais voir une expo, je me sens à ma place, en connivence totale avec les oeuvres, comme dans un lieu familier, je les regarde avec compréhension, en ayant la sensation de communiquer avec elles, de saisir les démarches et les choix des créateurs.

I., où que vous soyez, j’envie les élèves qui ont encore la chance de vous avoir comme professeure, et je vous remercie de m’avoir donné la vision conjuguée de la pédagogie alliée à la passion.

Crédit photo: PXHere

50 commentaires sur “Défi: Le ou la prof de ta vie

Ajouter un commentaire

  1. un ou une prof marquant(e)?? hum… je dirais peut-être mon prof de philo de terminale.
    Ce n’est pas tant pour ses cours qu’il a été marquant, quoi que je ne puisse pas dire qu’ils n’étaient pas bien. Mais c’est surtout parce que je pouvais lui poser des questions existentielles qui m’envahissaient à l’époque. Je pense que j’ai du le confondre avec un psy pendant certaines pauses. Il me répondait simplement, comme il le pensait. Je ne sais pas ce qu’il pensait de toutes ces questions, de mon état mental de l’époque, …mais il répondait sans jugement apparent.
    C’est un peu sur la base de ses cours que j’ai pris la voie de la psycho, même si au final, ça n’avait rien à voir. Mais en terminal, psycho, c’est très vague.
    voilà ma toute petite contribution à ce défi.

    Si je devais lui dire un truc ce serait :
    « merci de ne pas m’avoir jugée (je pense) et de m’avoir écoutée et répondu simplement. ».
    C’est marrant mais c’est quand même la base du métier de psy cette phrase. (selon moi).

    Aimé par 1 personne

    1. Je trouve ton témoignage touchant. Ce prof de philo devait être parfaitement à sa place, pour savoir accueillir avec tant de respect et de pudeur les confidences d’ados, parce qu’il avait choisi de bosser avec des élèves de cet âge. Ce qu’il a pu en penser, on s’en fout, il a été au rdv et c’est ça qu’il faut retenir. Et en matière d’empreinte sur ta vie, il aura fait fort, quand-même 😄

      J'aime

  2. Eh beh la chance…..la seule qui soit sortie du lot pour moi etait ma prof de francais de 3eme, alcoolique, qui un jour avant les grandes vacances nous a dit avec un air dépité: « bon, si vous ne savez pas quoi faire de vos vacances, lisez le Rouge et le Noir… »

    Aimé par 1 personne

    1. Et là, on entend au loin une musique décroissante, qui illustre le vide qu’aura suscité mon sujet chez toi 😂 Bon, bah écoute, je révise mon jugement: c’était un « j’espère » plus que « je crois », et je souris de voir qu’au milieu de la médiocrité peut jaillir le génie…quand-même! (Tu l’as vraiment lu sur ce conseil désabusé?)

      J'aime

  3. Je trouve l’idée très intéressante, mais je ne pourrais pas la développer malheureusement…Car je n’ai pas eu de profs dont je puisse me rappeler et noter l’influence, aussi précisément que cela. J’ai eu une prof de français qui, en 4ème, a su nous présenter les oeuvres comme on le fait au lycée, et ça m’a donné le gout d’aller plus loin dans l’analyse de mes lectures, mais je n’ai finalement pas tellement dû aux profs ma capacité à apprendre, découvrir ou me dépasser – enfin, évidemment si, mais pas au delà de ce qu’il est normal d’attendre d’un prof, rien de plus – je crois que c’est surtout mon caractère et mon environnement qui m’y ont poussé. Mais j’ai hâte de lire les témoignages qui seront publiés!

    Aimé par 1 personne

    1. Je pensais vraiment être moins seule à avoir vécu ça, j’en ai parlé avec mon mari qui a lui-même été très marqué par un prof d’éco, mais apparemment, les profs exceptionnels sont rares…
      Je pense que j’ai eu la chance d’avoir cette prof à l’âge adulte, sans rien pour « parasiter » ce qu’elle avait à m’offrir. Les mots que tu emploies sont ceux que je ressens: elle m’a vraiment permis de donner le meilleur de moi-même. Et tu as raison de le noter: d’autres personnes que les profs peuvent heureusement et évidemment jouer ce rôle!

      J'aime

  4. Une prof d’anglais un peu timbrée en 6eme grâce à laquelle j’ai découvert ma voie… de prof d’anglais un peu timbrée!
    Elle nous faisait découvrir la langue de manière ludique, en faisant le clown… on chantait, on répétait, on communiquait (!!) et surtout, on s’amusait! L’approche actionnelle avant l’heure, elle était vraiment avant-gardiste, toujours la pêche et hyper positive. Je pense souvent que j’enseigne à sa manière et j’espère marquer certains comme elle m’a marquée!

    Aimé par 1 personne

    1. Je trouve ça génial que ça t’ait frappée si jeune…Et je suis certaine, vu la façon dont tu parles de ton métier, ici ou sur ton blog, que tu es la digne héritière de cette femme timbrée…dans le bon sens du terme!

      J'aime

  5. J’avoue que le thème de l’article me plait énormément… et m’a fais réfléchir mais je ne pourrai pas commenter car je n’ai pas eu « the » prof qui m’a marqué. peut être mon prof de maths de 4è et 3è qui avait une approche plus cool de la matière, avait toujours la pêche, était dynamique.. après j’aimais aussi cette matière donc mon regard n’est peut être pas objectif. tout comme je n’ai pas de mauvais souvenir avec un prof en particulier… Donc je ne pense pas avoir eu un prof qui a changé ma vie mais je garde de bons souvenirs de ces années sur les bancs de l’école et çà c’est top!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire Ambre, tu soulèves un point important: on est plus enclin à aimer un prof qui enseigne une matière qu’on aime. Il faut que les deux conditions soient réunies pour qu’un petit miracle se produise, d’où le fait que ce n’est pas si courant que cela! Et ce qui ressort aussi des témoignages, c’est cette importance d’enseigner avec plaisir, avec le sourire, juste donner le sentiment d’être content d’être là. Et avoir de bons souvenirs de l’école, ce n’est pas non plus donné à tout le monde, tu as raison de chérir cette chance!

      J'aime

  6. Personnellement, ce fut un professeur remplaçant d’histoire-géographie, que j’ai du avoir 1 mois en 4ème ou 3ème !
    Le seul qui ait su me faire (et nous faire) aimer ces matières que j’ai toujours trouvé ennuyeuses ! Vivant, hors norme (autorisation des chewings-gums, des déplacements pendant le cours), passionné, passionnant, il rendait les cours hyper réalistes. Nous ne l’avons eu que quelques semaines mais c’est l’un des seuls profs à qui nous ayant fait un cadeau à son départ !

    Bises
    Virginie

    Aimé par 1 personne

    1. Voilà un sublime exemple qui montre comme des personnes hors normes peuvent nous marquer, même si elles n’ont traversé que furtivement notre vie! Laisse-moi deviner: il était jeune?
      Je me souviens d’un prof d’histoire qui vivait sa matière par chaque pore de sa peau, mais le pauvre n’avait aucune autorité. Moi, j’aimais cette matière, j’étais bonne élève mais affreusement bavarde, et je pourrissais malgré moi, comme mes 25 autres camarades, son cours au contenu exceptionnel de qualité, mais à la pédagogie proche de zéro. Comme quoi les deux sont indispensables pour espérer capter un auditoire pubère!

      Aimé par 1 personne

  7. Je n’ai pas un prof qui ressort particulièrement.
    Par contre moi et l’art, ça fait 2, je n’ai jamais rien compris.
    Juste avec l’émotion, une ouvre peut me toucher, mais bon, on peut pas tout savoir sur tout. Je suis plutôt pratico-pratique 🙂
    En tout cas, c’est une très bonne idée ce défi 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Cette prof m’a justement fait comprendre des démarches qu’auparavant je rejetais. Sans angélisme, mais avec pédagogie, elle a vraiment su m’ouvrir d’autres horizons. Mais je comprends tout à fait que ce domaine puisse ne pas toucher! Et non, on ne peut pas être bon partout, tout maîtriser, et heureusement! C’est ce qui conduit les gens à se spécialiser et à viser l’excellence dans leur domaine! Merci pour ton avis sur mon défi et dommage pour ta participation!

      Aimé par 1 personne

  8. J’ai lu ton article hier et je ne l’ai pourtant pas commenté car je n’avais sur le moment aucun souvenir d’un prof marquant au sens où tu l’emploies. 24h plus tard, j’en suis malheureusement toujours au même point. Oh bien sûr, j’ai apprécié certains profs plus que d’autres, en ai détesté aussi quelques autres mais non vraiment, aucun n’a permis l’éclosion de la chrysalide…
    Je suis cependant convaincue qu’il existe d’autres cas comme le tien mais ils me semblent assez rares 😉

    Bises
    Cécilia

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Cécilia, c’est bien dommage et ça m’attriste de voir que si peu de monde puisse ne pas être frappé par un prof dans une scolarité toute entière!
      C’est vrai que j’ai eu une chance monstre et que c’est arrivé en toute fin de parcours de mon côté 😊

      J'aime

    1. Allez, allez, soyons fous!! Moi je verrais bien comment le raccrocher à ton blog, si cette personne a influé sur ta vie, elle influe sur tes projets actuels, même en filigrane…non? 😉Et si vraiment tu ne le sens pas tu as toujours la possibilité de participer en postant un simple commentaire! 😘

      Aimé par 1 personne

  9. Je me lance… 🙂
    De mon côté, ce prof est un prof de maths de terminale. A l’époque, je faisais partie des 5 élèves, à droite de la classe, toujours assis à la même place : « les 5 intellos » comme on nous surnommait. On ne parlait à personne d’autre. Et ces autres ne nous parlaient pas non plus, d’ailleurs. On n’était pas des leurs : « les populaires ». On n’était pas drôles, pas fun, on ne sortait pas boire dans les bars lillois, on n’avait pas de sac Longchamp… Cette vision était la leur, et, je l’ai intégrée, à l’époque, comme si c’était la mienne. Bref, ce gros sentiment d’infériorité, je l’ai vécu, un peu comme si c’était normal…
    Et ce prof, m’a ouvert les yeux! Il m’a fait comprendre que chacun avait sa personnalité avec ses propres richesses et qu’il ne fallait jamais baisser la tête devant quiconque. Etre fier(e) de ce que l’on est pour ce que l’on est.
    Et ça… ça a changé les choses, je pense que ça a changé ma vie.
    Aujourd’hui, simple petite instit’ de primaire, vivant dans un petit appartement, je n’aime toujours pas me saouler pas dans les bars lillois mais je suis fière de ce que je suis et ce que je suis devenue! Et je pense que c’est un peu (beaucoup) grâce à lui!
    Chaque jour, dans ma classe, j’essaye de transmettre à mon tour, ce sentiment de fierté personnelle, de réussite de chacun… En espérant, non pas les marquer, mais les rendre heureux et bien dans leurs baskets.

    (Et ces « 5 intellos » à droite de la classe, sont aujourd’hui, une belle bande d’amis « le club des 5 ». Et aujourd’hui, on se voit à presque 30 ans, sur les marches d’la place des grands hommes. 🙂 )

    Aimé par 1 personne

    1. Mélanie,
      Merci pour ce très beau témoignage du dimanche matin, c’est rare d’avoir des commentaires le dimanche 😊
      J’ai été touchée et surprise par ton témoignage. Touchée parce que je suis persuadée que les profs ne sont pas seulement des transmetteurs de contenu, mais des transmetteurs de savoir-être. Je sais que cette dimension est très présente au primaire, mais qu’elle a tendance à disparaître plus on avance dans la scolarité. Et je trouve salutaire que des profs se soucient aussi de la place de leurs élèves dans le groupe en tant qu’individus, et pas seulement en tant que détenteurs de savoirs.
      Surprise parce que le sobriquet dont tu as hérité, je l’ai reçu durant toutes mes années de collège, mais je n’ai jamais été impopulaire pour autant (je n’étais pas évidemment non plus la meuf qu’on s’arrachait, loin de là!). Et surtout, ça a totalement disparu au lycée, où je ressentais plutôt de l’admiration que du rejet. Je trouve ça lamentable qu’en Terminale, on n’ait pas encore le recul nécessaire pour mettre ce genre de jugement au placard. Peut-être suis-je allée dans un établissement plus mixte que le tien, plus ouvert aussi, car il n’y avait nulle part de sac Longchamp, pas de mode ni de ligne de conduite particulière à suivre. J’ai conscience, avec le recul, d’être allée dans un lycée exceptionnel de brassage de ce point du vue, où la différence, qu’elle soit vestimentaire, comportementale ou mentale, était peut-être mieux acceptée.
      Ton témoignage me fait venir beaucoup de choses à l’esprit. Encore merci d’avoir participé d’une façon si authentique, et bravo pour ta vision des choses!

      J'aime

      1. Ce ne doit pas être le seul facteur malgré tout! Je trouve ça top que votre bande soit restée en contact en tout cas. Les amitiés qui datent de l’école ont quand-même une saveur à nulle autre pareille!

        J'aime

  10. Je relèverai ton défi avec plaisir, tu seras au courant de la parution 😀
    J’espère aussi être un jour cette prof pour un de mes élèves, juste une fois et j’aurai ainsi mené mon travail jusqu’au bout !

    Aimé par 1 personne

  11. C’est une très belle idée à laquelle je serais ravie de participer à une seule condition: ça peut-être une instit et ma un prof? Car pour le coup, elle, elle était vraiment exceptionnelle 😉
    A très vite!

    Aimé par 1 personne

  12. Oh, je nous découvre plein de points communs ! Cette passion pour l’art et cette expo du Moma à Paris qui a été une des plus belles de ma vie! J’ai revu des œuvres expressionnistes allemandes qui sortent rarement de Berlin, j’étais super émue. Bref, est-il trop tard pour participer au challenge? J’adore l’idée!

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai particulièrement apprécié cette partie de l’expo aussi, pour la dernière partie j’avais moins de clés! Et 😊😊😊 pour les points communs!
      Ce n’est pas trop tard du tout! J’attendais encore une contribution et je serais ravie de te compter parmi les participantes!

      Aimé par 1 personne

  13. J’ai tout simplement adoré cet article car oui, je me reconnais pleinement dans cette idée du « prof qui a changé ta vie ». J’ai toutefois pris du temps pour y réfléchir, faire remonter pas mal de souvenirs, et au final, je me suis rendu compte qu’il y en avait plusieurs qui m’ont marquée à jamais, pour des raisons différentes. Il y a d’abord eu cet instit de CM1, qui avait un humour irrésistible, il était gai comme un pinson, nous chantait des chansons drôles. Je crois que je suis venue en courant à l’école chaque matin cette année-là, pour le plaisir de le voir. Il nous a emmenés en camp à la mer, je n’étais jamais partie en vacances avec mes parents : quel merveilleux souvenir ! Ensuite, il y a eu ma prof de français de 5ème, celle qui a détecté la littéraire que j’étais, qui m’a attribué des 19 et des 20 à toutes mes rédactions, qui ne tarissait pas d’éloges sur mes écrits et qui a reconnu, il y a quelques années, qu’elle n’était pas du tout surprise que je sois devenue journaliste. Quelle bonté chez cette femme, c’est si agréable d’être encouragé dans ses rêves à un âge où l’on doute tant de soi… Puis il y a eu ce prof de philo de terminale, passionné et passionnant, je buvais ses paroles, ressortais de ses cours transformée, avec une compréhension et une vision neuve de la vie. Il a ouvert beaucoup de portes. Je pense à lui très souvent également. Ensuite, il y a eu cette prof d’histoire des religions à SCPO, même profil : passionnée et passionnante. Mais surtout, dans mon parcours, il y a eu trois grands journalistes-profs/maîtres de stage qui ont énormément compté, soit parce qu’ils ont cru en moi, soit parce que je les admirais tant que leur exemple m’a poussée à me dépasser. Je leur dois tout, la confirmation de ma vocation et la possibilité d’exercer le métier dont j’ai toujours rêvé. Ce n’est pas sans un pincement au cœur que je pense à eux, car ce sont des personnes que j’aimerais toujours pouvoir côtoyer : tu sais, ce genre de personne inspirante qui te donne envie de déployer tes ailes pour aller réaliser de grandes choses…

    J'aime

    1. Mais c’est magnifique, ça!!! Ça fait du bien de voir qu’on est plusieurs à avoir côtoyé des profs marquants. Tu as bien de la chance d’avoir eu un bon prof de philo car c’est une très belle matière, mais autour de moi nous sommes nombreux à ne pas avoir eu un enseignement à la hauteur. Et finalement, je ne suis pas étonnée que les personnes les plus inspirantes arrivent en fin de parcours: elles correspondent à ce que nous avons ou avions choisi d’être, elles sont « en phase » à ce moment! C’est drôle parce que ta dernière phrase, en la lisant, je pense à ma psy. Elle m’a toujours encouragée à aller plus loin, elle a su sentir que j’avais besoin d’être « réparée » de mes choix professionnels.

      J'aime

  14. J’avais loupé cet article et excellente idée ! Je serai bien curieuse de connaître le lien entre la laitière et le martèlement ? La repetitivite du travail ? Le L, le A, le E le T ?! 😛
    Plus j’y pense plus je me dis que ce sont surtout mes enseignants de primaire qui m’ont marqué… et tu me donnes envie d’écrire sur eux ! Je ne te promet rien mais j’essaierai ! Merci en tout cas pour ce tag original et utile : pour moi enseigner fait partie des métiers les plus nobles et je trouve dommage (voire déplorable !) que les rares fois où l’on entend parler de cette profession soit en général pour les dénigrer (cette phrase est tout sauf française, mais tu vois l’idée)
    Bref, merci de les mettre à l’honneur !!

    Aimé par 1 personne

    1. Ayant construit mon exposé sur le lien entre Vermeer et la publicité, le lien avec Arman était la société de consommation, le rapport entre les objets et les hommes…mais LOL pour les lettres!
      Ravie que ce défi t’ait parlé et je serais heureuse que tu y participes, il est vrai que je n’ai pas mis de date butoir alors c’est open bar! Je vais bientôt faire une récap, je t’y ajouterai après coup si tu te décides! J’ai bien compris le sens de ta phrase 😉 et suis moi aussi pour La Défense et La sauvegarde du littoral professoral 😄

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :