Anonymat, réseaux sociaux et ligne éditoriale

Je poursuis les présentations en plantant le décor. Ce blog est loin d’être mon premier essai. Mes débuts de dilettante, et une autre expérience plus poussée m’ont permis d’apprendre de mes erreurs et de me fixer une nouvelle ligne de conduite pour ce nouveau projet. Revue de détails.

La question de l’anonymat

Lors de mes précédentes expériences, je m’étais fixé comme règle ce qui me paraissait être la base sécuritaire en matière de site public: pas de mention de mon identité complète, pas de localisation géographique, pas de photos de mes enfants.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces précautions n’ont pas suffi. J’ai donc choisi l’anonymat total pour cette nouvelle expérience: tu ne verras jamais mon visage, ni celui de mes enfants ou de ma famille. Je ne dévoilerai pas non plus nos prénoms, ni le lieu où nous habitons.

Il ne s’agit nullement d’un cadre qui me permettrait de dire tout et n’importe quoi, mais plutôt une barrière nécessaire entre vie réelle et vie virtuelle.

Je ne suis pas naïve: je sais que l’anonymat pur et dur est un leurre, ne serait-ce que parce qu’un blog renferme une dimension affective forte, et parce que tout cacher de son identité et de sa vie enlève toute proximité, toute possibilité d’identification, toute saveur à la démarche.

Mon point de vue évoluera peut-être, ou pas, en fonction du succès du blog, de sa visibilité, de mon envie d’assumer totalement ce que j’ai créé ou des opportunités.

Les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux et moi ne sommes pas de grands copains. J’y ai toujours été plutôt réfractaire, parce que je n’en saisissais pas l’utilité et que j’entrevoyais d’avance leur caractère chronophage. Néanmoins, je m’y suis essayée pendant 6 mois avec mon ancien blog.

Tu auras peut-être remarqué que seul le logo Facebook figure sur mon site. C’est un choix. Les réseaux sociaux, je ne m’y retrouve pas. Je m’y éparpille, j’y perds beaucoup de temps, j’ai l’impression de m’y forcer et de faire semblant. Néanmoins, Facebook est un média que je me suis facilement approprié, qui est facilement relayé et relayable par mes proches, je ne m’y noie pas. C’est le seul que j’ai choisi de conserver.

mobile-technology-number-phone-community-gadget-1240848-pxhere.com

Twitter, j’ai abandonné. Je trouve ce réseau social happant et addictif, mais il ne m’a apporté qu’un nombre de lecteurs limité.

Instagram, je ne veux même pas tenter, bien que ce réseau soit devenu La Mecque des blogueuses. C’est, paraît-il, le réseau social qui détient le plus gros potentiel de dépendance, et on peut même finir par ne voir le quotidien qu’à travers son prisme. Et puis, pour être honnête, ce ne sont pas les images qui motivent ma démarche.

Je pense n’avoir pas besoin des réseaux sociaux, du moins dans l’absolu. J’ai néanmoins préparé le terrain: j’ai répertorié les blogs que je voulais absolument suivre, parce qu’ils sont une source d’inspiration, d’échanges fructueux, de réflexion et d’analyse. J’ai vu des blogueuses talentueuses abandonner leur blog au profit des réseaux sociaux. Je fais la démarche inverse car je suis convaincue que les réseaux ne sont et ne doivent rester qu’un relais de contenu, et que le contenu, travaillé, réfléchi, analysé, approfondi, c’est sur les blogs qu’on le trouve. J’espère que le blogging exclusif n’est pas mort (mode Moyen-Age activé).

Par mes choix, j’ai conscience que je prends le risque que mon projet périclite, voire s’éteigne. Je l’assume.

La question du contenu

En bloguant, je me suis toujours posé la question de la frontière entre le partage et le déballage. J’ai toujours écrit mes anciens articles avec en filigrane la conscience de ne pas devoir dépasser certaines limites.

Les blogs sont souvent assimilés à des journaux intimes, par certains aspects, bien que le côté public des parutions entraîne forcément une mise à distance, une réflexivité sur les sujets personnels, car on publie toujours en pensant à ses lecteurs.

L’introspection et l’intimité posent sûrement plus de problèmes aux gens qui nous connaissent qu’aux gens qui nous sont étrangers, peut être à cause de la dualité proche/lecteur qui peut parasiter la réception des articles par les affects.

Un blog est un média aux frontières d’autres, entre l’auto-publication et les forums collectifs, et cela implique forcément des écrits au frontières de ce qui se dit et ne se dit pas, de ce qui est intime et ne l’est pas, de ce qui est tabou et ne l’est pas.

Ce qui me connaissent le savent, je cherche à travers mon blog, au delà du partage, à assouvir mon plaisir d’écrire. J’ai choisi de ne pas me brider. J’ai choisi d’écrire peut être différemment du style habituel des blogueuses. J’ai choisi de mettre en mots de multiples émotions, et dans une société habituée à les étouffer, je peux comprendre que ça puisse déranger.

Mais pour moi, bloguer sans un minimum d’introspection reviendrait à brasser du vent, parce que je n’éprouverais aucun plaisir à m’exprimer de manière impersonnelle. Cependant, j’avoue que mon expérience passée m’a fourni une conscience plus aiguisée des sujets à traiter et de la manière de les aborder. 

Tu l’auras compris, c’est avec beaucoup de recul, de prudence et d’analyse que j’inaugure ce nouveau blog. J’espère que tu t’y retrouveras, j’espère ne pas te décevoir.

Crédit photos: PXHere

18 commentaires sur “Anonymat, réseaux sociaux et ligne éditoriale

Ajouter un commentaire

  1. Evidemment, au vu de ton expérience précédente, je comprends que celle-ci s’apparente à marcher sur des œufs mais je suis sûre que tu sauras t’en sortir.
    Les réseaux sociaux sont chronophages à souhait. Pour ce qui est de Facebook, pour ma part, c’est le réseau qui m’apporte le moins de visibilité et surtout celui où je ne vois quasiment rien de ce que les autres publient. Question d’algorithme qui privilégie les pages sponsorisées.
    En tout cas, j’ai hâte de lire ton prochain article et encore bon retour dans la blogosphère 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. C’est certain que je suis échaudée…pour Facebook, j’en suis totalement consciente, ayant eu plusieurs retours comme le tien, mais le blog me prend déjà beaucoup de temps, je ne veux pas que le temps restant soit passé sur les réseaux à faire ma promotion. Si je gagne des lecteurs, tant mieux, sinon, tant pis! On verra ce que ça donne et si je finis totalement déprimée 😄

      J'aime

  2. ça y est ça a fait tilt ! et je suis bien contente de voir ce nouveau blog :-)) Je suis sûre que tu peux bloguer anonymement et garder une frontière nette avec ta vie privée. Pour ma part j’écris rarement sur ma vie à proprement parler et quand je le fais je romance un peu ou alors je sors du contexte, j’estime que ce n’est pas à moi de rendre publique ce qu’il se passe chez moi et surtout pour mes enfants et mon mari … Maintenant, est-ce que j’arrive à le faire, c’est une autre question ! Je suis sure qu’il y a toujours des gens pour confondre réalité et contenu édito mais pour le coup c’est leur problème 😉
    Quant au réseaux sociaux, je pense qu’effectivement c’est la fenêtre la plus « dangeureuse » vers sa vie privée (et aussi sur la déformation de celle des autres …) a prendre avec des pincettes donc 😉
    Contente en tout cas de pouvoir te suivre ici maintenant !

    J'aime

    1. Hello Virginie! Merci beaucoup pour ta réponse et ta réminiscence! Je suis d’accord sur le fait qu’il ne faille pas parler de sa vie privée, mais qu’on peut parler de choses privées sorties de leur contexte, c’est une nuance qu’il est parfois difficile à saisir et à appliquer. S’il est évident que je ne parlerais jamais de problèmes de couple ou de dossier médical sur le blog, quand on aborde des sujets tels que la maternité, la vie professionnelle, on en vient forcément à côtoyer une frontière, libre à nous de la franchir, de la romancer comme tu le fais (bonne idée que je te piquerai peut-être, je sens que je vais avoir une vie trépidante!), de la mettre à distance…
      Quant aux réseaux sociaux, c’est vraiment le côté chronophage et la sensation de m’y perdre qui m’y ont fait renoncer, mais nul doute qu’il y ait de nombreuses autres raisons de s’armer de prudence face à eux.
      Au plaisir de te lire!

      Aimé par 1 personne

  3. Je n’ai pas eu trop le temps de te suivre sur ton ancien blog et je suis bien contente de te retrouver ici.`
    Concernant facebook, c’est le premier réseau social qui a brisé mon « anonymat » J’avais pourtant créer un compte dédié, mais quand j’ai vu plusieurs de « mes amis » Facebook aimer la page de mon blog, je me suis posé la question, coïncidence ? En fait, je pense que Facebook a dû me tracer avec mon numéro de téléphone.
    Et pareil pour Instagram. Du coup, je blogue semi-anonymement maintenant 😂
    Bon et puis pour achever le tout, il y a un groupe de blogueuse dans ma ville que j’ai décidé de rejoindre alors, je ne serais plus du tout anonyme pour le coup !!!
    Enfin, pour en revenir à Facebook, personnellement je suis très peu sur ce réseau car il sélectionne trop les info. Par contre, depuis que j’ai découvert Instagram, j’aime vraiment beaucoup. Je trouve que c’est très complémentaire au blog pour l’échange 🙂
    Désolé pour ce gros pavé 😅

    J'aime

    1. Merci pour ton retour Claire et oui, c’est demi-anonyme tout ça, ne serait-ce que parce que 90% de mes lecteurs connaissent à peu près mon identité! Mais comme ils sont parfaits, ils font semblant 😂
      Pour Facebook c’est ce qui revient souvent, mais Instagram, je n’arrive décidément pas à franchir le pas: pas le temps, pas l’envie de prendre des photos, de me casser la tête pour qu’on me voit-sans-tout-à-fait-me-voir, pour travailler mon feed (yeah)….mais je ne doute pas de ses qualités!

      J'aime

  4. Ta réflexion est très saine et compréhensive après ta désagréable expérience! Etant moi aussi en pleine réflexion, je t’ai lu avec beaucoup d’attention et continuerai à le faire par la suite! Tu me donneras peut-être de bonnes pistes à creuser 😉
    Et puis pour les réseaux sociaux, au début, je n’en voulais pas pour une question d’anonymat et d’algorithme Facebook qui empêche pas mal ça… Et puis, sur un coup de tête, j’ai testé IG, en mode privé et je suis devenue addict… De temps en temps, je pense à fuir… mais le pas est encore trop difficile à franchir 😉

    J'aime

    1. Oui, nous sommes en ce moment dans les mêmes réflexions de « sevrage » 😄 J’ai vu sur son site qu’il n’y avait « que » le logo Insta, j’y vois une volonté de ta part de limiter les réseaux aussi…on passe déjà tellement de temps sur ces blogs, alors certes ça nous apporte plaisir et accomplissement, mais parfois au détriment d’autres choses, et je ne veux pas en rajouter une couche pour ma part. Ce que tu me dis sur Instagram me fait me dire que « je loupe » quelque chose et en même temps le mot « addict » me fait peur et me fait fuir!!

      J'aime

  5. Ravie de te voir de retour sur la blogosphère!! J’espère que cette aventure durera longtemps et sera aussi passionnante que la précédente! FB, j’y passe de moins en moins de temps, j’avoue aimer Instagramm…

    J'aime

  6. Je suis ravie de te lire par ici 😉 Tu as raison, l’anonymat total est un leurre, on en parlait justement avec ma soeur hier. Cependant, le fait de ne publier aucune photo est une barrière sûre et efficace: même si on te retrouve, il y aura toujours un doute! Je t’embrasse et welcome back!

    J'aime

  7. Je comprends tout à fait ta démarche étant donné ce que tu as vécu.
    J’ai moi-même choisi de rester anonyme sur mon blog et la seule photo que j’ai postée, on me voit de dos…et encore, je me tâte à mettre quelque chose de totalement neutre.
    J’évolue dans un boulot où je ne peux pas me permettre que mon blog soit découvert par d’autres, par des collègues, par mes proches, surtout vu les sujets que j’y aborde. Donc je comprends totalement ta démarche. L’essentiel est que tu aies trouvé un moyen de bloguer qui te convienne ;-).

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :